Suisse

07 juin 2017 12:27; Act: 07.06.2017 12:47 Print

Le Parlement ratifie l'accord de Paris

La Confédération s'est engagée à réduire ses émissions de CO2 de 50% d'ici à 2030 par rapport au niveau de 1990.

storybild

Beat Rieder (PDC/VS) a rappelé que la Suisse est, en tant que pays alpin, l'un des plus exposés au changement climatique. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La Suisse doit s'engager à appliquer l'accord de Paris sur le climat. Après le National en mars, la Chambre des cantons a autorisé mercredi le Conseil fédéral à ratifier le traité par 39 voix contre 3, issues de l'UDC.

L'accord de Paris, approuvé par la communauté internationale (plus de 190 Etats) en décembre 2015, vise à poursuivre l'action pour limiter l'élévation de la température à 1,5 °C. Il oblige les États membres à déposer tous les 5 ans des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et à prendre des mesures.

Celles-ci seront définies dans la révision de la loi sur le CO2 que le gouvernement présentera aux Chambres d'ici la fin de l'année. La taxe sur le CO2 devrait augmenter jusqu'à 240 francs par tonne de CO2. Les exigences pour les véhicules devraient être renforcées. Les combustibles fossiles pourraient même être bannis des bâtiments si nécessaire.

La part de la réduction des gaz à effet de serre réalisée au niveau national devrait atteindre au minimum 60%, jusqu'à 40% pouvant être réalisés à l'étranger. La Suisse s'est engagée à réduire ses émissions de CO2 de 50% d'ici à 2030 par rapport au niveau de 1990.

Trop ambitieux

Au nom de la minorité, Werner Hösli (UDC/GL) a proposé un objectif moins ambitieux de 30% de réduction des émissions de CO2. «Si l'objectif est déjà de 50%, quels seront les suivants?», s'est interrogé l'élu. Il craint pour la place économique suisse.

M. Hösli «doute» que les Etats membres respectent réellement leurs engagements de diminuer les émissions. Un pays peut, même sans accord, mener une politique climatique excellente alors qu'un pays qui en fait partie peut en avoir une très mauvaise, a-t-il argumenté.

La Suisse très exposée

Même si l'objectif est ambitieux et coûteux, il est nécessaire. La Suisse est, en tant que pays alpin, l'un des plus exposés, a contré Beat Rieder (PDC/VS). Les conséquences du réchauffement climatique sont déjà visibles: les glaciers fondent, le niveau de la mer augmente, les périodes de sécheresse sont plus fréquentes, a énuméré Werner Luginbühl (PBD/BE) au nom de la commission. Il est important que la Suisse contribue à cette lutte.

Et Raphaël Comte (PLR/NE) d'ajouter qu'aucun pays ne sera épargné par le changement climatique et que, pour cette raison, la solution doit être globale. Il a, comme nombre d'autres sénateurs, critiqué la décision du président américain Donald Trump de se retirer de l'accord. «Cette décision a peut-être une seule vertu, celle de faire réagir les autres pays en espérant qu'elle agisse »comme un aiguillon«.

Ne rien faire sera plus cher

Répondant aux opposants, la ministre de l'environnement Doris Leuthard a déclaré que ne rien faire coûtera bien plus cher que prendre des mesures pour stopper le réchauffement climatique. »C'est une transition rentable«. En tant que place financière forte, la Suisse peut avoir une influence non négligeable.

Atteindre l'objectif de 50% ne sera pas facile, c'est sûr, a dit la conseillère fédérale. Elle est néanmoins convaincue que les domaines de la technologie et de l'innovation vont aider à les réaliser. »Un peu de courage et d'ambition ne fait pas de mal en politique", a-t-elle conclu.

Référendum pas exclu

Le National avait donné son feu vert au protocole de manière moins nette, par 123 voix contre 62. L'UDC, dont certains membres ont été jusqu'à remettre en cause les origines et les effets du réchauffement climatique, avait fait bloc contre l'accord. Le parti avait mené campagne contre la stratégie énergétique 2050. Il n'est pas exclu qu'il lance un référendum lors de la mise en oeuvre de la loi sur le CO2.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Skyisthelimit le 07.06.2017 13:44 Report dénoncer ce commentaire

    Mais bien sure

    ok pour réduire mais 50% en si peu de temps... va falloir expliquer comment et surtout sans que nous mettons la main à la poche encore un fois!

  • Lolo le 07.06.2017 14:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A vos mouchoirs

    Nous allons bientôt regrettez et Passez a la caisse et surtout pleurer !!

  • José le 07.06.2017 15:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Logique, mais...

    ... que fait-on si comme souvent ou je dirais plutôt toujours les autres pays signent l'accord pour se faire bien voir et ne font rien??? On s'autotaxe à fond la gomme juste pour avoir bonne conscience???

Les derniers commentaires

  • MishMash le 07.06.2017 19:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Médiocratie

    Bel effort! Maintenant, à la buvette!

  • Paul54 le 07.06.2017 17:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un pour un......et on est d'accord

    Et pour faire fonctionner les CFF et tous les transports publics......ont branchera des pédaliers devant chaque place assise.....de même pour les ordinateurs et les smartphones.....j'aimerais que chaque kilowatteur "durable" soit produit avant d'arrêter un horrible Kwh provenant d'une centrale nucléaire......

    • Alain le 07.06.2017 17:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Paul54

      Juste pour votre culture: l'accord de Paris consiste à diminuer les émissions de CO2 pour maîtriser le réchauffement climatique (le CO2 étant un gaz à effet de serre). Les centrales nucléaires ne produisent PAS de CO2; c'est simplement potentiellement dangereux. La fumée blanche qui sort de la grosse cheminée c'est de la vapeur d'eau (pas du CO2) qui a servi au refroidissement des réacteurs. -> histoire de remettre les choses à leur place.

    • Paul54 le 07.06.2017 19:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Alain

      Alors pourquoi les arrêter précipitemment.....je crois qu'il s'agit plus d'une mentalité de Zadiste qu'un véritable réalisme économique....

    • Alain le 07.06.2017 21:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Paul54

      Justement parce qu'elles sont potentiellement dangereuses! Tchernobyl, Fukushima ça vous parle? Si une centrale à gaz explose, ça fait boum et on nettoie. Avec le nucléaire, certes ça fait boom mais tout à proximité est contaminé pour plusieurs décennies. Sans parler des représailles internationales (car la radioactivité se propage avec les vents), les maladies génétiques et les cancers (d'où les petites pilules d'iode que vous avez certainement reçues de la confédération si vous vivez à moins de 50km d'une centrale). Je pourrais continuer mais j ai plus de caractère disponible. :-)

  • José le 07.06.2017 15:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Logique, mais...

    ... que fait-on si comme souvent ou je dirais plutôt toujours les autres pays signent l'accord pour se faire bien voir et ne font rien??? On s'autotaxe à fond la gomme juste pour avoir bonne conscience???

  • Marty le 07.06.2017 14:51 Report dénoncer ce commentaire

    Retour vers le futur du passé

    Réductions des émanations de 50% alors que la Suisse ne cesse de croître grâce à la non-application du 09.02.2014. Comment peut-on être plus et pollué moins?! Mais nous allons y arriver, les centrales nucléaires seront fermées et on s'éclairera à la bougies. Bravo Doris! un pas en avant, 2 pas en arrière.

  • Lolo le 07.06.2017 14:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A vos mouchoirs

    Nous allons bientôt regrettez et Passez a la caisse et surtout pleurer !!