Suisse

06 décembre 2017 14:34; Act: 07.12.2017 06:37 Print

Le Parlement salue les qualités d'Alain Berset

par Christine Talos - A gauche comme à droite, tous les parlementaires saluent la personnalité du président de la Confédération fraîchement élu.

Une faute?

L'Assemblée fédérale a élu mercredi Alain Berset à la présidence de la Confédération par 190 voix sur 210 bulletins valables. Le socialiste fribourgeois succédera ainsi en 2018 à la PDC Doris Leuthard. Agé de 45 ans, il sera l'un des plus jeunes présidents que la Suisse a connu. Le ministre de l'Intérieur réalise un score brillant, puisqu'il faut remonter à Pascal Couchepin en 2007 pour faire mieux.

Un score qui rend heureux le président du Conseil national Dominique de Buman, un autre Fribourgeois élu la semaine dernière. «Je ressens beaucoup de bonheur aujourd'hui et son score me rend très heureux», confie-t-il. «Je me réjouis de faire avec Alain Berset un duo à la tête de la Confédération, pas dans un esprit étroitement fribourgeois mais pour servir l'ensemble du pays. On pourra montrer à tous nos amis confédérés, ce qu'est cet esprit de Fribourg, un esprit de service, orienté vers les solutions, capable d'accepter l'autre, tout cela dans la joie de vivre», souligne-t-il.

«On se dope à la fondue moitié-moitié»

Son compatriote, le conseiller national PLR Jacques Bourgeois, renchérit: «aujourd'hui avec la brillante élection d'Alain Berset, on peut être fier, tout comme la semaine dernière également avec l'élection de Dominique de Buman. La recette peut-être, c'est qu'on se dope à la fondue moitié», plaisante-t-il. «Mais nous avons un canton ou il fait bon vivre et on ne peut être que fier de ces fortes personnalités. »

Cette brillante élection d'Alain Berset ne surprend guère le conseiller national UDC fribourgeois Jean-François Rime: en général, les présidents sont bien élus, à l'exception de Mme Calmy-Rey qui avait toujours peur des élections, indique-t-il. «Je crois qu'Alain Berset fait un bon travail de socialiste. Je suis convaincu qu'il représentera très bien notre pays, en Suisse comme à l'étranger. Je sais que cela se passera bien.»

Démonstration de cohésion

Du côté du PLR, on ne se montre guère surpris non plus. «C'est une fois de plus une démonstration de la cohésion de ce pays», estime le vice-président du PLR, le Genevois Christian Lüscher. «Il y a beaucoup de partis, qui se battent parfois, mais ils savent mettre en avant nos institutions et montrer à l'extérieur du pays que nous avons un vrai Conseil fédéral uni, élu par tous», continue-t-il. «Il n'y a pas beaucoup de pays qui pourraient se targuer d'avoir le président de la Confédération élu par l'ensemble de tous les partis. »

A gauche, on salue également le score brillant et la personnalité d'Alain Berset. «C'est un excellent résultat qui est à la hauteur de sa personnalité et de la présidence qu'il va avoir pour l'année à venir. C'est quelqu'un qui a un entregent extraordinaire, un feeling politique très bon, et qui maintenant dans nos rapports mouvementés avec l'Europe ne fera que du bien à la Suisse», estime ainsi le conseiller national socialiste genevois Carlo Sommaruga. «Il a mis en avant dans son discours les éléments fondamentaux de la réussite institutionnelle de la Suisse, à savoir les capacités de dialogue, du compromis, et d'aller de l'avant, de ne pas s'arrêter. Je pense qu'il va les promouvoir dans nos relations internationales et en tant que président. »

Image positive et dynamique

Même son de cloche chez sa collègue fribourgeoise Valérie Piller Carrard: «je pense qu'Alain Berset mérite ce score-là. Il a démontré à plusieurs reprises qu'il était capable de réunir les différentes forces politiques du gouvernement», souligne-t-elle. «Je crois qu'il fera un excellent président, c'est aussi le plus jeune, et qu'il va ainsi démontrer une image positive et dynamique à l'extérieur de notre pays. »

Le mot de la fin revient à la Verte vaudoise Adèle Thorens Goumaz: «Alain Berset est quelqu'un de très apprécié à Berne, il travaille beaucoup sur le compromis, et est capable de travailler avec tout le monde», juge-t-elle. «Il a fait un discours très institutionnel, et je pense qu'il est reconnu pour cette qualité, une qualité au dialogue et à l'ouverture. C'est cela qui explique le bon score qu'il a fait aujourd'hui. »

(nxp)