Suisse

21 mai 2019 11:50; Act: 21.05.2019 12:41 Print

Le Parti socialiste lance ses six revendications

Après une «législature perdue», la délégation socialiste veut ramener l'égalité sur le devant de la scène et la promouvoir lors de la législature 2019-2023.

Les six revendications du Parti socialiste.
Une faute?

Congé parental, avance sur pensions alimentaires, meilleur accueil extrafamilial: le groupe socialiste passe à l'offensive en matière d'égalité. Il a présenté mardi son plan en six points. Le but est de concrétiser ces propositions lors de la prochaine législature.

Après une «législature perdue», la délégation socialiste veut ramener l'égalité sur le devant de la scène et la promouvoir lors de la législature 2019-2023. Pour ce faire, de nouvelles majorités sont nécessaires sous la Coupole, ont indiqué les ténors du partis mardi devant les médias à Berne.

Congé parental

Dans leur plan, les élus socialistes réclament un congé parental «digne de ce nom», de bonnes conditions cadres pour les jeunes parents qui travaillent ainsi que des places de crèches abordables et de qualité.

Davantage de justice en matière d'avance sur les pensions alimentaires et une meilleure reconnaissance de la prise en charge des proches font également partie de leurs revendications. Finalement, le PS souhaite une meilleure protection des salaires pour les femmes et contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail.

Congé parental et temps partiel

Dans le détail, le PS demande un congé maternité et paternité de 14 semaines ainsi qu'un congé parental d'au moins dix semaines. Actuellement, un homme bénéficie lors de la naissance d'un enfant d'un congé similaire à celui octroyé pour un déménagement, note le PS.

Le parti veut également obliger les employeurs à permettre aux jeunes parents de passer à du temps partiel suite à la naissance d'un enfant. De plus, il est nécessaire de proposer des places de crèches de qualité et abordables pour tous. Pour ce faire, l'Etat et les employeurs doivent s'impliquer davantage dans le financement de ces structures; un financement qui doit être harmonisé au niveau national. Il convient également d'améliorer les conditions de travail des employés de crèches.

Avances sur pensions alimentaires

Tous les cantons doivent verser des avances sur pensions alimentaires lorsque le parent ne s'acquitte pas de son devoir, exige le PS. Actuellement, seuls sept cantons ont mis en place un tel système et les montants alloués varient fortement. Les familles monoparentales sont plus exposées à la pauvreté, un risque accentué lorsque la pension alimentaire n'est pas versée, rappellent les élus socialistes.

Un des points du plan concerne les proches aidants, qui sont la plupart du temps des femmes. Pour le groupe socialiste, il est nécessaire de mettre en place une allocation pour charge d'assistance à l'échelle nationale. Les employés qui s'occupent d'un proche devraient en outre pouvoir bénéficier d'un congé spécifique et baisser leur taux d'occupation d'au maximum 20%.

Protection contre la discrimination

Les femmes gagnent toujours en moyenne 7,4% de moins que les hommes du simple fait qu'elles sont des femmes, souligne le PS. Pour lutter contre la discrimination salariale, ce dernier préconise que les entreprises qui emploient au moins 50 personnes effectuent une analyse de leurs salaires. Le Parlement a fixé cette obligation à partir de 100 employés. Les entreprises fautives seraient placées sur une liste noire. En cas de récidive, elles risqueraient jusqu'à 40'000 francs d'amende.

Finalement, le PS s'attaque au harcèlement sexuel sur le lieu de travail. Il souhaite que les entreprises de plus de 50 employés mettent à disposition une personne-ressource externe vers laquelle pourrait se tourner les personnes concernées. De plus, si l'employeur n'a pas pris des mesures suffisantes pour prévenir ou mettre fin au harcèlement, il devrait verser une indemnité plus importante à la victime.

(nxp/ats)