Réfugiés tunisiens

30 mars 2011 11:35; Act: 30.03.2011 12:06 Print

Le Tessin craint l'afflux de migrants illégaux

Le nombre de sans-papiers tunisiens qui tentent de gagner la Suisse à partir de l'Italie est en hausse.

Une faute?

Au mois de mars, les gardes-frontière tessinois ont appréhendé quatorze migrants tunisiens par semaine. En temps normal, la moyenne se situe aux alentours de cinq.

Presque toutes ces personnes seront renvoyées en Italie, a expliqué à l'ATS Davide Bassi, porte-parole des gardes-frontière de la région de Lugano. Pratiquement aucune d'entre elles ne possède de papiers valables.

Seule une petite partie des migrants enregistrés ces dernières semaines vient directement de Lampedusa après un trajet en bateau depuis la Tunisie. La plupart d'entre eux affirment avoir été présents en Italie depuis un certain temps.


Pas de tensions


Malgré cette augmentation du nombre d'immigrés illégaux, la situation est loin d'être tendue, souligne M. Bassi. Cela s'explique aussi par le fait qu'en cette saison les migrants venant d'autres pays sont peu nombreux, notamment ceux du Nigéria. Ces derniers restent pour beaucoup en Italie afin de travailler comme ouvrier agricole ou dans le domaine du tourisme.

Au Tessin, aucune augmentation d'effectif des gardes-frontière n'a pour l'heure été décidée, indique M. Bassi. Toutefois, si la situation devait se dégrader, «nous avons l'assurance de recevoir à tout moment des renforts des autres cantons», ajoute-t-il.


Frontex

Face à l'afflux d'immigrés suite aux révolutions arabes, la Suisse participe aussi à la surveillance des frontières extérieures de l'Union européenne par le biais de l'agence communautaire Frontex. Berne a ainsi envoyé fin février deux agents spécialisés des gardes-frontière en Italie, l'un à Bari et l'autre à Caltanissetta en Sicile.

Cet engagement en Italie a été prolongé à la demande de Frontex jusqu'à la fin avril, a indiqué à l'ATS Walter Pavel, porte-parole de l'Administration fédérale des douanes. Les deux premiers agents présents en Italie vont rentrer fin mars en Suisse et être remplacés par deux autres agents qui resteront en poste jusqu'à la fin avril.


Engagement à Malte?

Malte ayant demandé un contingent Frontex, il se peut que la Suisse y envoie également des agents, au maximum deux, précise M. Pavel. Toutefois, la Suisse n'a encore reçu aucune demande formelle en ce sens.

Le Corps des gardes-frontières dispose d'un «pool» de 30 agents formés pour des engagements à l'étranger. Ils sont spécialisés dans le domaine des documents, des véhicules, ou de la surveillance aérienne. Le nombre de personnes détachées simultanément est limité à cinq au maximum.

(ats)