Graves morsures à Tenniken (BL)

19 juin 2019 21:37; Act: 19.06.2019 21:49 Print

Le berger allemand retiré à sa «maman»

Les autorités ont décidé de confier définitivement au vétérinaire cantonal le chien qui a violemment attaqué une femme et une fillette jeudi.

storybild

(Image d'illustration) Selon le vétérinaire, la chienne présente une «disposition très agressive» dans des circonstances particulières. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le chien qui a grièvement mordu une femme de 37 ans et blessé un enfant de 3 ans à Tenniken (BL) ne restera pas auprès de sa propriétaire. Les autorités de Bâle-Campagne ont décidé d'en confier définitivement la charge à l'Office vétérinaire cantonal.

Les faits s'étaient produits jeudi dernier dans le jardin de la propriétaire du chien, une femelle berger allemand, en l'absence de sa détentrice. Celle-ci avait demandé à la trentenaire de se rendre chez elle pour laisser la chienne aller faire ses besoins dans le jardin.

Attaque dans un jardin

Lorsque la chienne est sortie dans le jardin, elle a d'abord attaqué l'enfant en bas âge et l'a blessé à la jambe et au fessier. Lorsque la femme est intervenue, l'animal s'en est pris à elle en la mordant à plusieurs reprises.

Les secours ont emmené l'enfant à l'hôpital qu'il a pu quitter rapidement. Les blessures de la trentenaire étaient, en revanche, si graves qu'elle a dû être héliportée par la Rega pour un séjour hospitalier de plusieurs jours.

La police a d'abord saisi la chienne et l'a confiée à l'office vétérinaire cantonal qui l'a aussitôt placée dans un refuge spécialisé. Des traces de sang ont été relevées sur l'animal. Il a été restitué à sa propriétaire sous des conditions strictes.

Sort de la chienne encore ouvert

Mercredi, l'office cantonal a toutefois annoncé que la chienne était définitivement retirée à sa propriétaire par précaution, après avoir étudié son comportement. La chienne ne présente «pas un comportement fondamentalement agressif» mais une «disposition très agressive» dans des circonstances particulières, écrit l'office.

Des spécialistes s'occupent désormais d'elle. Le sort de l'animal sera décidé après que l'office vétérinaire aura «étudié entièrement» son cas.

(nxp/ats)