Accident de car en Norvège

30 juillet 2014 15:46; Act: 30.07.2014 18:41 Print

Le chauffeur a été inculpé de conduite imprudente

Au lendemain de l'accident d'un car argovien en Norvège, qui a fait quatre tués et 13 blessés, la police norvégienne accuse le chauffeur d'être responsable de la tragédie.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous avons inculpé temporairement le chauffeur de conduite imprudente», a indiqué à l'ats le chef des secours de la police de Nord-Trondelag, Morten Evensen, confirmant une information de la version en ligne du journal norvégien «Tronder-Avisa». L'homme, de nationalité allemande, grièvement blessé, n'a pu être entendu que brièvement par les enquêteurs. L'interrogatoire formel n'a pas encore eu lieu.

Une demande de mise en accusation fait partie du processus habituel en Norvège lors d'enquêtes en cours. «Cela donne à une personne mise en cause le droit à un avocat», ce qui ne serait sinon pas le cas, a expliqué M. Evensen. Il se peut que l'inculpation soit abandonnée à l'issue des investigations, atténuée ou au contraire renforcée.

Trois personnes - deux hommes de 72 et 78 ans et une femme de 56 ans - ont été tuées dans l'accident. Une quatrième, un homme de 49 ans, a succombé mercredi à ses graves blessures à l'hôpital universitaire de Trondheim, où il avait été héliporté.

Qualité de la chaussée critiquée

Le car, propriété de l'entreprise Eurobus basée à Windisch (AG), se trouvait sur le chemin du retour d'un voyage de deux semaines en Norvège lorsque l'accident est intervenu. Pour une raison encore inconnue, le véhicule a quitté la route et fini sa course dans un fossé.

Les premiers résultats de l'enquête ne sont pas attendus avant jeudi au plus tôt. «Nous investiguons pour savoir si des causes techniques, par exemple une défectuosité du bus, pourraient expliquer l'accident, ou si ce dernier est imputable à une erreur humaine, ou une combinaison des deux», a indiqué à l'ats le responsable de l'enquête, Kjetil Ravlo. Le temps était beau au moment de l'accident, a-t-il noté.

Selon l'un des enquêteurs, Rolf Mellum, une des causes possibles pourrait être le nouveau revêtement de la chaussée à cet endroit. Des médias norvégiens s'étaient fait l'écho de critiques sur sa dangerosité déjà avant l'accident. Selon l'AFP, des témoins ont dit avoir vu le véhicule tanguer avant sa sortie de route.

Deux avions affrétés

Neuf des blessés légers ont été transportés dans l'après-midi par bus à Trondheim, d'où ils devaient s'envoler à bord de deux avions ambulances affrétés par le gouvernement suisse.

Le long trajet en bus jusqu'à Trondheim - 200 km - a été épargné à trois autres blessés. Ils devaient s'envoler dans l'après-midi directement de Namsos à bord d'un vol de ligne, accompagnés d'un médecin, d'un psychiatre et d'une infirmière.

Ces blessés sont trois femmes qui ont perdu un proche dans l'accident, a indiqué Svein Karlsen, porte-parole de l'hôpital de Namsos. La plupart des passagers étaient âgés de 60 à 70 ans. Le président de la Confédération Didier Burkhalter a exprimé sa sympathie aux victimes dans un communiqué.

La représentation suisse en Norvège est en contact avec les autorités locales responsables de l'enquête. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a indiqué soutenir dans le cadre de la protection consulaire les victimes et leurs proches.

(ats)