Météo

13 novembre 2018 12:07; Act: 13.11.2018 16:27 Print

Le climat en Suisse va être encore plus extrême

Les experts de MétéoSuisse, de l'EPFZ et de l'Uni de Berne ont élaboré les scénarios climatiques qui nous attendent. Il fera plus chaud et il y aura moins de neige.

Pendant l'été, la température sera en moyenne de 2,5 à 4,5 degrés plus élévée qu'aujourd'hui. Il tombera jusqu'à un quart de pluie en moins.
Sur ce sujet
Une faute?

La Suisse va connaître un climat plus sec, plus chaud, avec des précipitations plus abondantes, mais moins de neige. Ce sont les scénarios climatiques CH2018 développés par les experts de MétéoSuisse, de l'EPFZ et de l'Université de Berne.

«Nous devons nous préparer aux changements climatiques et nous y adapter», a indiqué mardi à Zurich Andreas Fischer, chef de projet des scénarios climatiques CH2018 chez MétéoSuisse. Les scénarios présentés constituent la base de la stratégie fédérale d'adaptation au changement climatique.

Les nouveaux scénarios confirment et précisent l'image du changement climatique que nous connaissons déjà. Il faut s'attendre à quatre changements principaux pour le climat au milieu du siècle si rien n'est entrepris au niveau mondial: des étés secs, des journées tropicales, de fortes précipitations et des hivers peu enneigés.

Périodes de sécheresse

A long terme, les quantités de précipitations moyennes vont diminuer. Les sols seront donc plus secs. Pendant l'été, la température sera en moyenne de 2,5 à 4,5 degrés plus élévée qu'aujourd'hui. Il tombera jusqu'à un quart de pluie en moins. Il faut s'attendre à des périodes de sécheresse d'environ trois semaines en été.

Les températures maximales augmenteront bien davantage que les températures moyennes. Les jours les plus chauds en été, les températures maximales pourraient augmenter de 2 à 5,5 degrés par rapport à la situation actuelle. La température pourrait atteindre régulièrement 40 degrés en été à Genève.

Etés caniculaires

Les étés caniculaires comme ceux de 2003 et 2018 pourraient devenir la norme. Le stress thermique sera le plus fort dans les zones urbaines densément peuplées et situées en basse altitude.

Les experts prévoient qu'à l'avenir les fortes précipitations seront nettement plus fréquentes et plus intenses. La journée avec les plus fortes précipitations annuelles donnera en moyenne environ 10% de pluie en plus.

Les hivers seront nettement plus doux qu'aujourd'hui avec une élévation possible de la température de 2 à 3,5 degrés. Il y aura davantage de précipitations, mais sous forme de pluie. Il neigera moins et plus rarement.

Diminution des zones enneigées

Dans les régions de basse altitude, la couverture neigeuse sera environ deux fois moins importante qu'actuellement. L'isotherme du zéro degré pourrait s'élever jusqu'à une altitude de 1500m contre 850m aujourd'hui. Les zones enneigées vont donc fortement diminuer en Suisse, soulignent les experts.

Les chercheurs ont calculé le climat suisse pour les cent prochaines années en considérant deux scénarios des experts du climat de l'ONU (GIEC): le premier sans protection du climat et le deuxième avec des mesures qui limitent le réchauffement global à 2 degrés par rapport à l'ère préindustrielle.

Les mesures de protection sont efficaces. «Une protection du climat conséquente permettrait d'éviter près de la moitié des changements climatiques possibles en Suisse d'ici le milieu du 21e siècle et près des deux tiers d'entre eux d'ici la fin du siècle», selon Reto Knutti, climatologue à l'EPFZ.

Tendances plus précises

Les scénarios climatiques CH2018 sont les troisièmes du genre après ceux de 2007 et 2011. Avec sept années supplémentaires de données, les tendances sont plus précises, souligne Christoph Raible, du Centre Oeschger de recherche sur le climat à l'Université de Berne.

Le rapport 2018 permet d'établir des prévisions quantitatives et plus seulement qualitatives. C'est le cas notamment pour les précipitations, a déclaré Peter Binder, de MétéoSuisse.

C'est important, par exemple pour déterminer la dimension des digues de protection contre les inondations, a expliqué Christoph Raible à Keystone-ATS. Ces chiffres aideront les politiciens, les entreprises et les assureurs à prendre les bonnes décisions.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • balain le 13.11.2018 12:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On le savait déjà

    Quand j étais gamin, les congés de chaleur étaient rares et pourtant, en vigueur au dessus de 30 degrés, aujourd hui 35 en été est de plus en plus courant et ça va bientôt être la norme, donc pas besoin d études universitaires pour prendre conscience du réchauffement climatique, mais comme la majorité qui décide préfère minimiser le problème, voir même prétendre que c est une fake News, espérons que la répétition de ces études changera les mentalités...

  • Inertie le 13.11.2018 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Vroum le mur.

    L'Humain préfère ignorer les faits pour ne pas avoir à modifier ses convictions. Continuons sur notre lancée et réjouissons-nous de bientôt pouvoir aller à la piscine toute l'année, tant qu'il reste de l'eau.

  • Samuel le 13.11.2018 13:09 Report dénoncer ce commentaire

    Hypocrisie et bisness

    On fera des économies en chauffage cool. Je vis parfaitement faisant un peu attention, tant quon continue à faire payer que les résidents pour tous nos voisins pollueurs, quand on consomme toujours plus denergie avec le tout électrique ... batteries etc etc, je me fais vraiment aucun soucis que la planète est foutue et que nos élus nen on pas grand chose à faire tant que tout le monde est sous médoc et consomme pour les grosses entreprises pollueuses. Lécologie nest pas compatible avec notre économie de marché et lultra libéralisme mais avec lhypocrisie oui.

Les derniers commentaires

  • Miroslave Lenoeud le 14.11.2018 22:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Balivernes

    Arrêtez donc avec vos scénarios catastrophes! Perso, je m ´ en tape, je ne crois pas ces conneries! Chaque fois que des soi-disant spécialistes nous parlent de prévisions, ils se plantent lamentablement! N ´ écoutons plus ces bobets!

  • Trump le 14.11.2018 06:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et moi je predit

    L'Inverse ,dans peu de temps beaucoup de volcan vont se réveiller et a cause de leur fumée la température va chuté un peu partout...

    • Sébastien Derivaz le 14.11.2018 12:07 Report dénoncer ce commentaire

      Pourquoi beaucoup de volcans @Trump...?

      Il en suffirait qu'un seul et géant qui se réveille: Le Yellowstone.

  • Philippe le 13.11.2018 17:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On sen fout...

    La moitié de la population est déjà habituée au chaud.

    • Le Mar about le 13.11.2018 19:57 Report dénoncer ce commentaire

      C'est comme la-bas ....

      C'est vrais comme cela les dealers se sentirons plus chez eux .

  • Gaspard le 13.11.2018 17:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Facile et compliqué à la fois

    Il faut supprimer et interdire le climatiseurs et toutes les climatisations des véhicules, ça refroidit dun côté, et ça réchauffe de lautre. Il y a 30 ans on partait en avion 1x par an pour 2-3 semaines et aujourdhui on part 10x par an pour le week-end. Tout ceci pour le simple confort de chacun. Il y a tellement dautres loisirs plus bénéfiques et peu polluants, il suffit de réfléchir un peu. Mais qui osera sattaquer à la diminution du tourisme inutile........

    • Pierre le 13.11.2018 19:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Gaspard

      Ce qui est facile aussi c'est votre réflexion... Très facile si ont aime pas ça... Avez vous que des loisirs purement écolo ou votre truc à vous c'est le moto cross par exemple ?

  • Daniel le 13.11.2018 16:38 Report dénoncer ce commentaire

    Rien d'étonnant

    De quand date le rapport Meadows commandé par le Club de Rome? L'aveuglement des groupes d'intérêts - au nom du Veau d'or - conduit aux extrémismes et le climat n'échappe pas à cette règle, donc là aussi, rien d'étonnant.