Cirque Knie en Suisse

15 août 2017 10:10; Act: 15.08.2017 18:37 Print

Le clown interdit de séjour pendant cinq ans

Le clown italien David Larible a comparu mardi devant le tribunal de district de Zurich pour actes sexuels avec une ado.

Sur ce sujet
Une faute?

Le tribunal de district de Zurich a reconnu le clown italien David Larible coupable d'actes d'ordre sexuel avec enfant et de harcèlement sexuel. Il écope de 160 jours-amende à 120 francs avec sursis. Il est en outre interdit de séjour en Suisse pendant 5 ans.

Le tribunal a entièrement suivi le réquisitoire du Ministère pubic. Celui-ci accusait le clown, qui a participé à la tournée du cirque Knie en 2014 et 2016, d'avoir embrassé à trois reprises une adolescente de 14 ans sur la bouche, de lui avoir caressé le dos sous ses vêtements et encore une fois embrassée sur le décolleté.

La défense demandait pour sa part un acquittement. Le prévenu a contesté les accusations, affirmant qu'il ne s'intéressait pas aux jeunes filles et n'avait fait que la serrer dans ses bras.

Âgé de 60 ans

Dans l'acte d'accusation, le Ministère public réclamait une peine pécuniaire avec sursis de 160 jours-amende à 120 francs, ainsi qu'une amende de 600 francs. Il demandait également que le prévenu soit interdit de territoire suisse pendant cinq ans.

Les faits reprochés se seraient produits en octobre 2016 dans une chambre d'hôtel à Zurich. Le prévenu aurait embrassé l'adolescente à trois reprises avec la langue, lui aurait caressé le dos sous ses vêtements et l'aurait encore une fois embrassée sur le décolleté, tout en sachant que la jeune fille était mineure.

Le prévenu âgé de 60 ans nie ces accusations. Il n'a jamais embrassé la jeune fille avec la langue, avait-il affirmé à l'antenne de la télévision régionale Tele Züri. Il aurait invité sa jeune fan dans sa chambre pour lui donner un livre. Il dit l'avoir simplement prise dans ses bras et lui aurait donné un baiser sur le front ou la joue.

«Assassinat professionnel»

La police tessinoise a arrêté le clown à la fin novembre 2016, après la dernière représentation de la tournée du cirque Knie, donnée à Lugano. Elle l'a alors remis aux autorités zurichoises. Placé en détention durant deux jours, l'artiste de cirque a ensuite été remis en liberté.

L'affaire a suscité une importante attention médiatique, coûtant au clown presque tous ses mandats. Il s'agit d'un «assassinat professionnel», estime le représentant du prévenu, le célèbre avocat zurichois Valentin Landmann.

(nxp/ats)