Législatives en Grèce

06 mai 2012 11:05; Act: 06.05.2012 11:10 Print

Le dirigeant socialiste hué au moment de voter

Evangélos Vénizélos a voté au bureau de Salonique (nord) dimanche, sous les huées de contestataires.

storybild

Le dirigeant socialiste grec est menacé selon les sondages de perdre plus de la moitié des 44% d'électeurs socialistes de 2009. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le dirigeant socialiste grec et ex-ministre des Finances a subi des huées dimanche, au bureau de Salonique. Il était venu y voter pour des législatives marquées par un rejet massif des partis gouvernementaux pro-austérité.

«Voleurs», «votre politique nous renvoie faire les travailleurs émigrés en Allemagne», ont notamment crié des contestataires - moins de dix, selon les médias locaux. Certains venaient également voter, tandis que d'autres sont sortis sur leurs balcons en face de l'école où les urnes étaient installées.

«Responsabilité historique»

«Ce jour est le plus crucial pour le pays depuis 1974», au retour de la démocratie, a pour sa part affirmé M. Vénizélos, qui a fait campagne en agitant la menace d'une sortie de l'euro si les électeurs devaient rejeter la politique de redressement appliquée depuis 2009 par son parti au pays.

Menacé selon les sondages de perdre plus de la moitié des 44% d'électeurs socialistes de 2009, il a appelé les Grecs à voter «en conscience de leur responsabilité historique, avec sang-froid et bon sens».

Les représentants des partis socialiste et conservateur, unis depuis novembre dans un exécutif chargé de remettre le pays sur les rails de la rigueur et du redressement économique ont dû faire profil bas tout au long de la campagne, face à la colère d'une opinion publique les rendant responsables de la débacle financière.

(ats)