Canton de Zurich

18 novembre 2019 06:05; Act: 18.11.2019 06:56 Print

Le facteur voleur laisse un butin embarrassant

Un employé de La Poste a été condamné pour avoir ouvert le courrier et s'être servi dedans. Parmi les objets retrouvés chez lui, certains vont être difficiles à tracer.

storybild

Le postier gardait pour lui les colis dont le contenu lui semblait intéressant. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Vous croyiez que le contenu de votre courrier était confidentiel et en sécurité? Normalement, c'est le cas. Mais une affaire jugée au Tribunal pénal fédéral et relatée par le «SonntagsBlick» fait exception à cette règle.

Un facteur employé dans le canton de Zurich a en effet ouvert des centaines de lettres et de colis durant ses tournées afin d'y dénicher des objets de valeur, qu'il gardait alors pour lui. En un an, l'homme a chapardé pour environ 16'000 fr. de paquets jusqu'à ce qu'il soit découvert, en novembre 2017. Il a été condamné à une lourde peine pécuniaire ainsi qu'à une amende.

La Poste confirme qu'elle est au courant, sans entrer dans les détails, mais précise qu'un tel comportement n'est pas toléré, sans dire si des mesures ont été prises contre cet employé et lesquelles. Le géant jaune précise toutefois qu'un extrait de casier judiciaire est systématiquement demandé lors de la candidature initiale, et les cas suspects font l'objet d'une enquête interne.

Clés de voiture, billets de cinéma, anneau pénien

Après son arrestation, les forces de l'ordre ont découvert chez le facteur voleur des centaines d'enveloppes non distribuées. L'employé était particulièrement intéressé par les clés de véhicule, les objets en or, les bons et cartes cadeaux ainsi que les billets de cinéma.

Maintenant que l'affaire est jugée, les objets dérobés doivent être rendus à leur propriétaire. Toutefois, dans de nombreux cas, leur destinataire initial ne pourra pas être retrouvé. Restent ainsi sur les bras de la Confédération des bons pour une valeur de plusieurs centaines de francs, un kit pour test ADN ou, plus embarrassant, un anneau pénien d'une valeur de 15 fr. Un appel public sera fait, mais si personne ne revendique ces objets, ils tomberont entre les mains de la Confédération ou seront détruits.

(rmf)