Minorité linguistique

09 mars 2011 16:42; Act: 09.03.2011 16:47 Print

Le français malmené au National

La langue française a été malmenée lors du débat sur les avions de combat, au point de faire bondir Jean-François Rime à la tribune pour appeler ses collègues romands à protester.

storybild

Le conseiller national UDC fribourgeois Jean-François Rime. (Photo: Keystone)

Une faute?

Si la Chambre du peuple a déjà vu deux Alémaniques lui rapporter les travaux de la commission préparatoire, l'un d'eux s'est toujours efforcé jusqu'ici de s'exprimer en français. Mercredi toutefois, les deux rapporteurs ont tenu leur discours dans la langue de Goethe.


Fin du bilinguisme


Ulcéré, Jean-François Rime est intervenu. «Il y a bientôt huit ans que je siège dans ce Parlement et ce qui est en train de se passer cet après-midi est unique. On a deux rapporteurs de langue allemande sur un objet et on n'est pas supposé, même s'il y a une traduction simultanée, parler allemand. C'est la fin du Parlement avec bilinguisme!»

Et d'appeler ses collègues romands à s'abstenir avec lui lors du vote en guise de protestation. Pris à partie, Pius Segmüller (PDC/ SZ) a bredouillé quelques excuses dans un français bancal, évoquant ses difficultés avec la langue de Molière.

Il s'est rattrapé à la fin de débat en exposant les vues de la commission, les lisant dans un français correct. Il en profité pour présenter une nouvelle fois ses excuses.

Le président du National Jean-René Germanier est lui aussi intervenu. Il a appelé les commissions à désormais veiller à prévoir un rapporteur dans chaque langue. Rassurés, les députés romands ne sont pas massivement abstenus.

(ats)