Charge anti-homosexualité

22 mars 2011 19:11; Act: 22.03.2011 19:11 Print

Le gay vu par l'UDC: caché, pute ou abuseur

par Raphaël Pomey - Le journal de la section lucernoise du parti ose une classification osée des différents types de gays.

storybild

L'auteur du texte, Emil Grabherr. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le début de la fin». C’est le titre alarmiste donné à un billet de Emil Grabherr, président de la section campagnarde de l’UDC lucernoise.

Des dangers pour la classe biberon

Dans un article publié dans un journal interne à son parti, le politicien se livre à une analyse des dangers planant sur la tête des bambins. Ceux-ci, craint l’auteur, seront bientôt amenés à apprendre qu’homosexualité, hétérosexualité et pédophilie se valent, au nom de la tolérance. Il classe aussi les gays entre gens en couple, donc propres en ordre, «putes mâles» ou abuseurs de gosses.

«Faux et diffamatoire »

«L’assimilation homosexualité et pédophile est fausse et diffamatoire», tonne Yves de Matteis, co-président de l’organisation homo Pink Cross. «Il aurait suffi à l’auteur de consulter les statistiques de l’OMS pour découvrir que la majorité des actes pédophiles sont commis par des pères ou des oncles, hétérosexuels et au sein-même de familles traditionnelles.»

Un sentiment d'impunité

Il déplore qu’aucune loi ne permette de poursuivre les auteurs de tels propos en Suisse. Une absence qui a conduit le Tribunal Fédéral à innocenter le jeune UDC valaisan Grégory Logean, en 2010. 40 plaignants lui reprochaient de les avoir blessé en qualifiant l’homosexualité de comportement déviant dans un communiqué. «Cela a donné un sentiment d’impunité à d’autres UDC», déplore l’avocat Phillippe Currat.

Grégory Logean assume

Grégory Logean, lui, assume avoir ouvert une brèche». Sans avis sur la forme du texte d’Emil Grabherr, il dit en partager les préoccupations.