Suisse

17 août 2018 10:56; Act: 17.08.2018 15:11 Print

Le litre d'essence bientôt à 2 francs?

Les prix à la pompe ne cessent d'augmenter en raison de la situation géopolitique et de la canicule. Et ce n'est pas fini. Explications.

storybild

Les Suisses ont déjà dû payer en 2008 l'essence à près de 2 francs le litre. La situation pourrait se répéter. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le prix de l'essence à la pompe commence à peser toujours plus sur le porte-monnaie des Suisses. En effet, ces derniers jours, le litre de sans plomb avoisine 1,70 francs, voire plus selon les régions. Ceci alors qu'il y a une année, il était encore à moins de 1,50 francs. Et il pourrait encore grimper, selon 20 Minuten vendredi.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord a en effet augmenté de 40% en un an. Il y a peu, il oscillait entre 70 et 80 dollars. Et il devrait franchir le cap des 80 dollars dans les trois prochains mois, explique Elias Hafner, de la Banque cantonale zurichoise.

Situation géopolitique

Plusieurs facteurs expliquent cette hausse. A commencer par les marchés pétroliers qui sont actuellement suspendus aux sanctions dont le gouvernement américain menace Téhéran. Washington fait en effet pression pour mettre un terme aux importations de pétrole en provenance d'Iran dans le monde entier. Or, l'Iran est l'un des pays producteurs de pétrole les plus importants au monde. «Si les États-Unis parviennent à couper l'Iran du marché, il y aurait une pénurie notable de l'offre et, par conséquent, une hausse des prix», déclare Norbert Rücker, expert à la banque Julius Baer.

Il rappelle que le prix du pétrole est étroitement lié à la situation géopolitique. «Si celle-ci s'aggrave encore, le baril de brut pourrait même atteindre 90 dollars», estime-t-il. Conséquence pour les automobilistes: le prix de l'essence va sans doute franchir le seuil de 1,80 franc le litre dans les stations-service, prévoit-il.

La canicule aussi

Les automobilistes se souviennent qu'ils avaient dû payer parfois plus de 2 francs le litre de sans plomb juste avant la crise financière de 2008. La situation va-t-elle se répéter? «On ne peut rien exclure», lance prudemment de son côté Daniel Hofer, le patron de Migrol qui s'attend lui aussi à une hausse des prix. Il ajoute pour sa part que la demande sans cesse croissante en carburant de pays comme la Chine ou l'Inde a eu aussi une influence sur les tarifs à la pompe.

Mais il n'y a pas que la géopolitique. La canicule a aussi joué un rôle important dans cette inflation. Du moins en Suisse. En effet, la moitié des carburants arrive chez nous par bateau sur le Rhin. Or, en raison de la sécheresse qui a fait descendre le niveau du fleuve, les navires peuvent transporter des cargaisons moins lourdes que d'habitude. Ce qui fait que les coûts du fret ont explosé, passant de 20 francs en moyenne la tonne de brut, à 74 francs, explique David Suchet, porte-parole de l'Union pétrolière suisse. Corollaire: quelques centimes de plus à la pompe...

(cht/nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • boby le 17.08.2018 15:16 Report dénoncer ce commentaire

    excuses

    Il y aura toujours des excuses pour augmenter, jamais pour baisser

  • aa le 17.08.2018 15:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    coup de maître

    On a connu le baril bien plus haut pour des prix à la pompe équivalents... Question au journaliste : a-t-on cherché à savoir qui profite de cette hausse artificielle pour les consommateurs ?

  • Mc le 17.08.2018 15:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toujours des bonnes raisons ...

    De toute façon il y a toujours une bonne raison pour laugmenter...

Les derniers commentaires

  • clap le 19.08.2018 10:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    clap

    j ai une idee. si on organisait 2 Week end ou plus personne ne prenait de voitures histoire de creer un petit trou de taxe a Berne, vous pensez que ça donnerait le ton pour dire que vous ne voulez plus être des pigeons?

    • Michel MARTIN le 19.08.2018 21:19 Report dénoncer ce commentaire

      Choc pétrolier

      Les dimanches sans voiture restent de bons souvenirs ...

  • Andreas le 19.08.2018 00:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bla bla bla

    Bla bla bla

  • Michel le 18.08.2018 20:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    encore un peut plus de dictature

    encore un raquette organisé pour nous faire quitter nos véhicules...URSS te re-voilà! bientôt un visa intérieur et déplacements uniquement par transport publics...pfffff et ces gauchos rejettent la faute sur Trump, bientôt ils vont l'accuser de manipuler le taux libor, pour justifier l'interdiction d'avoir une propriété ou un bien!

  • Le Grisonnais le 18.08.2018 16:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voie libre !

    De toute façon, l'essence serait à CHF 10,- le litre, il y aurait toujours autant de voitures ! Alors, profitez-en, compagnies pétrolières et gouvernements, vous avez la voie libre...

  • Luca le 18.08.2018 16:24 Report dénoncer ce commentaire

    salaires

    et pour augmenter le salaires ?