Drogues

05 février 2019 09:34; Act: 05.02.2019 10:36 Print

En Suisse, on trouve tout ce qu'on veut 24h/24

La Suisse offre des conditions idéales pour la vente et la consommation de substances psychoactives, grâce entre autres à son pouvoir d'achat élevé.

Sur ce sujet
Une faute?

«Alcool, cigarettes et autres produits contenant de la nicotine, jeux d'argent, drogues illégales... On peut rapidement et facilement se procurer tout cela dans les villes», selon le dernier panorama des addictions publié mardi par Addiction Suisse. Les substances illégales sont omniprésentes et pour les produits légaux, ils sont disponible «24 heures sur 24 presque à chaque coin de rue», regrette Addiction Suisse.

Chaque année, les problèmes liés aux dépendances entraînent plus de 11'000 décès et des coûts de l'ordre de 14 milliards de francs. Addiction Suisse, centre national de recherche dans le domaine de la santé, appelle donc les politiciens, les acteurs de la santé et les autorités à s'intéresser d'avantage à la dynamique de ces marché.

Pression au Parlement

Il faut surtout «du courage pour affronter les problèmes liés aux substances psychoactives», avertit le panorama, face à des marchés qui «brassent des milliards de francs». Pour les produits légaux, «les fabricants et opérateurs font pression au Parlement et auprès du Conseil fédéral et combattent avec succès les restrictions imposées au marché».

Les ventes d'alcool profitent notamment d'une réglementation particulièrement libérale. L'augmentation de la consommation épisodique à risque par rapport à 2007 suscite pourtant l'inquiétude. Pour Addiction Suisse, il serait possible de réduire les problèmes liés à l'alcool en agissant sur les prix, mais la volonté politique semble faire défaut, alors que les coûts de la consommation d'alcool pour la société sont estimés à un peu plus de 4,2 milliards de francs.

Le constat est similaire pour le tabac, avec un nouveau projet de loi qui ne convainc pas Addiction Suisse. Le taux de fumeurs stagne à un peu plus de 25% depuis près de sept ans, alors que le tabagisme cause en Suisse près de 9500 décès par an. En 2017, 9,6 milliards de cigarettes ont été vendues, ce qui représente environ 56 paquets par habitant.

Six fois plus de pub pour le tabac

Le marché de la nicotine est toutefois en pleine mutation. Les consommateurs sont à la recherche d'alternatives moins nocives, notamment par le tabac à chauffer et le vapotage.

Mais leur impact sur la santé est encore mal connu. Et sans une politique antitabac très dynamique qui contribue à faciliter le passage à ces alternatives, ces produits généreront seulement «une consommation de nicotine supplémentaire», sans réduction du tabagisme.

C'est ce que «le nouveau projet de loi sur les produits du tabac laisse malheureusement craindre», souligne Addiction Suisse. La prévention devrait être largement renforcée, car «aujourd'hui, les jeunes sont confrontés six fois plus souvent à des publicités pour le tabac qu'à des messages de prévention».

Débat qui tourne en rond

Parmi les produits illicites, dont la consommation est bien moindre, le cannabis demeure la substance la plus consommée en Suisse. Si le CBD légal à faible teneur en THC a fait irruption sur le marché suisse en 2016, le débat sur la politique cannabis continue lui de tourner en rond. La situation internationale invite pourtant à développer un modèle de régulation adapté à la Suisse, préconise Addiction Suisse.

La cocaïne reste en vogue avec un volume de consommation annuel estimé à environ cinq tonnes pour des revenus de l'ordre de 330 millions de francs. Ce sont notamment des réseaux flexibles de trafiquants d'Afrique de l'Ouest qui écoulent la marchandise.

L'héroïne est elle importée et vendue essentiellement par des groupes albanophones. La quantité d'héroïne en circulation est estimée à 1,8 à 2,5 tonnes par an, alors que les prix sont beaucoup plus bas qu?il y a 20 ans.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • frank le 05.02.2019 10:48 Report dénoncer ce commentaire

    Monsieur

    mais toujours pas de restaurant, magasin et autres commerces disponible 24/24. On peut se défoncer, mais pas manger xD

  • Coco le 05.02.2019 10:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et on fait quoi ???

    Très bonne image. Et on laisse faire. Y a pas l feu au lac in? Comme ce pays se dégrade de jours en jours. Pourtant quand vous parlez de ce sujet à un étranger,il n'y croit pas. Et pourtant..............

  • dede le 05.02.2019 11:10 Report dénoncer ce commentaire

    pas étonné

    Et ca fait des années. Il faut ouvrir les yeux

Les derniers commentaires

  • cent sûr le 05.02.2019 20:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    surtout

    n'ouvrez pas les commentaires concernant les détenus qui ontbondis en 30 ans! des fois qu'il y aurait des commentaires pertinents

  • Muller le 05.02.2019 19:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Coco

    Vers chez moi (GE) il y a des magasins ouvert toute la nuit et ont y trouve de tout sa va du pain à des crevettes...après c'est sûr si vous habitez un patelin de 100 personnes et que la moyenne d'âge es de 62 ans il y a aucun intérêt à ouvrir un magasin tout la nuit c'est pas rentable...et pour l'histoire des dealers que soit disant la police ne fait rien c'est un peux facil de dire ça...leS dealers non jamais rien sur eux et sont organiser donc la police va les arrêter pour quoi ? Pour rester dans un coin de rue...et non c'est pas parcque vous vous les voyez que c'est la même pour la police

  • DC28 le 05.02.2019 14:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La pub tabac

    les jeunes sont plus suspectible de fumer dès leur jeune âge et pis on parle de plus de pub, je n'en voit pas plus qu'il y'a 10ans, ma mère vendais des clops dans un kiosque et fesait hyper gaffe pour ne pas en vendre aux mineurs et on a même été felicité pour la prévention qu'on fesait a l'epoque dans le commerce

  • Mécol le 05.02.2019 13:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une bonne mousse

    Par contre t'as passé une longue journée au bureau et que tu veux savourer une bonne bière dans le train, alors là tout est fermé...

  • marco le grand le 05.02.2019 13:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une politique d autruche et 1980..

    Le problème, fumer un joint, il y a 40 ans était un scandale, de nos jours, tout le monde a des amis qui fume des joints. La jeunesse de nos jours trouvent plus facilement de la coke que de l herbe et moins chère... le problème, certains politiciens ( pas tous ), sont simplement des dinosaures... avec des idées reçu qui ne fonctionne pas. comment lutter contre cela! 1) être beaucoup aggressif contre les vraies dealers ( pas ceux qui vendent 50 grammes par semaines ) mais ceux qui vende des Kg. 2) Retirer le permis de voiture, sous influence est aujourd'hui la meilleure arme. 3) Toutes personnes qui se fond arrêter par la police, devrait suivre une seule seance psy, voir max 2 et une prise de sang qui défini la consomation ( pas encore augmenter les prix de Lamal), pourquoi, suivant la graviter, leur retirer le permis de conduire ou l interdiction de passer le permis ( 3 mois ou 6 mois )... justement, pour que les personnes se remettent en question. 4. appliquer, les mêmes lois au canabis que l alcool.. l alcool tue plus... voilà la théorie des 4 piliers de ma part. namaste.

    • saloon le 05.02.2019 13:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @marco le grand

      Vous devriez postuler pour le Conseil fédéral....

    • Claude Risse le 06.02.2019 08:50 Report dénoncer ce commentaire

      M.

      Depuis 1981 on m'a retiré le permis 4 fois. Chaque fois ça n'avait rien à voir avec la conduite, car je ne conduisais pas et n'avait pas de voiture. Abus d'autorité. Je suis dégouté.