Suisse-UE

23 novembre 2017 14:33; Act: 24.11.2017 09:37 Print

Le milliard que Berne veut verser à l'UE divise

par Christine Talos - Si au PS et au PDC, on salue la volonté du Conseil fédéral, à l'UDC on crie au scandale. Le PLR lui pose ses conditions.

Sur ce sujet
Une faute?

La Suisse a accepté de débloquer 1,3 milliard de francs pour continuer d'aider, comme elle l'a fait pendant dix ans, les pays d'Europe centrale et orientale membres de l'UE pour une nouvelle période de 10 ans. Le Conseil fédéral l'a annoncé jeudi à l'occasion de la visite à Berne du président de la commission européenne Jean-Claude Juncker.

Dans l'intérêt de la Suisse, pour le PS

Une décision saluée par le chef du groupe socialiste aux Chambres, le conseiller national vaudois Roger Nordmann. «C'est dans l'ordre des choses et tout à fait dans l'intérêt de la Suisse de verser un tel milliard, note-t-il, car cet argent est destiné avant tout à la formation». Par ailleurs, il relativise la somme à verser chaque année, soit quelque 130 millions. «Il faut rappeler le milliard de francs échangé tous les jours entre la Suisse et l'UE», souligne-t-il. Du milliard de cohésion versé, 200 millions de francs seront consacrés à la migration, soit 20 millions par année. «Cette somme est tout à fait normale pour aider des pays comme l'Italie et la Grèce», plaide-t-il.

Quant au manque de progrès sur l'accord-cadre, rien que de très normal selon lui. «En l'état, il n'est pas assez abouti et cohérent pour être signé», explique-t-il. Mais il ne s'inquiète pas. «Rien ne sert de précipiter les choses». D'autant qu'il faudra encore en Suisse, outre celui de la gauche, le soutien du PDC et du PLR sur la question, rappelle-t-il. Le socialiste se dit enfin d'accord avec le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker qui critiquait ce jeudi le terme d'accord-cadre et qui préférait parler de «traité d'amitié». Un traité dont il faut maintenant consolider les rapports, conclut Roger Nordmann.

Un scandale pour l'UDC

Evidemment, le son de cloche n'est pas du tout le même à l'UDC. «C'est un scandale, s'écrie le parti par voie de communiqué. Le Conseil fédéral fait à l'UE un cadeau de 1,3 milliard de francs aux frais des contribuables. Ceci sans obtenir une contrepartie notable de Bruxelles», s'énerve le parti. «Juste pour se faire valoir auprès de Jean-Claude Juncker, la présidente de la Confédération lui a fait ce cadeau de Noël anticipé», continue l'UDC. C'est bien l'avis de sa vice-présidente, la conseillère nationale genevoise Céline Amaudruz: «Non seulement, c'est un scandale, mais c'est inquiétant», s'exclame-t-elle. «C'est comme si on versait une rançon avant que les preneurs d'otages nous fassent part de leurs exigences », critique-t-elle vertement. «On donne 1,3 milliard de francs sans contrepartie, sans négociation, c'est insensé».

Pour elle, deux possibilités: soit l'UE a des exigences et le Conseil fédéral n'en dit rien, et il est «malhonnête» ; soit il offre un milliard en espérant que l'UE soit gentille, et dans ce cas, il est «naïf», estime-t-elle.

L'UDC critique également la volonté du Conseil fédéral de conclure un accord-cadre sur la reprise automatique de droit et la reconnaissance de juges UE, «traité qui fera de la Suisse une colonie du moloch bureaucratique et antidémocratique bruxellois». Selon Céline Amaudruz, cela montre surtout que le gouvernement n'est pas à l'écoute du peuple qui a dit oui à l'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse le 9 février 2014. «C'est inquiétant, car il ne fait que répéter un vieux discours tout en étant incapable de s'adapter.»

Sans surprise, le premier parti du pays annonce qu'il se battra «de toutes ses forces» dans le cadre de la procédure de consultation et des débats parlementaires.

Etat des lieux nécessaire

Le PLR est lui bien plus nuancé dans ses propos. Il estime qu'un état des lieux est nécessaire dans le dossier européen. Il s'agit à présent de répondre à plusieurs questions en suspens liées au futur de cette relation entre la Suisse et Bruxelles, écrit le parti. L'une d'entre elles concerne la contribution à la cohésion.

Et le parti de lier son consentement aux conditions suivantes : d'une part, des avancées durables dans les relations entre la Suisse et l'Union Européenne sont impératives. Les relations bilatérales doivent être normalisées et il faut en finir avec toute forme de politique de blocage, estime-t-il. D'autre part, les projets soutenus doivent aussi présenter une plus-value pour la Suisse, notamment dans les domaines de l'économie et de la politique migratoire, car le milliard de cohésion n'est pas un cadeau de la Suisse sans contrepartie.

Enfin, le PLR veut des réponses aux différentes questions en suspens concernant l'avenir de la relation entre la Suisse et l'UE. Il attend donc du Conseil fédéral qu'il élabore un état des lieux du dossier au printemps 2018. Pour le parti, le gouvernement doit montrer comment il compte défendre les intérêts de notre pays et poursuivre les accords bilatéraux.

Le PDC salue la normalisation

Du côté du PDC, parti de la présidente de la Confédération, on salue «la normalisation des relations entre la Suisse et l'Union européenne». La rencontre entre Doris Leuthard et Jean-Claude Juncker permet enfin de faire bouger le dossier des relations bilatérales, estime le parti.

Quant au milliard de cohésion, c'est «une reconnaissance des avantages économiques de l'élargissement à l'Est du marché unique européen », estime le parti qui soutient le principe d'un engagement supplémentaire via cette contribution. «Les entreprises suisses et l'économie dans son ensemble profitent du renforcement de ces partenariats économiques.»

Le PDC revient encore sur la reconnaissance de l'équivalence de cadre juridique et du dispositif de surveillance suisses sur les marchés. « C'est un succès important pour la place financière suisse, estime-t-il.

(nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • À méditer! le 23.11.2017 15:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mes parents valent moins??

    "Cette somme est tout à fait normale pour aider des pays comme l'Italie et la Grèce"...par contre pour donner un coups de pouce à nos retraités, là les caisses sont vides!! Apparemment le CF a défini ses priorités...et après on vient s'étonner d'une (inattendue) poussée du nationalisme, en Suisse comme en Europe!!

  • M. Nesi le 23.11.2017 15:49 Report dénoncer ce commentaire

    C'est au peuple de décider = votation

    Et pourquoi on n'a pas notre mot à dire?

  • Reltih le 23.11.2017 16:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    HONTEUX !!!! SCANDALEUX !!!!!!

    Il n'y a même plus de mot assez fort pour décrire les imbécilités de notre Conseil fédéral !!!!!!!!!

Les derniers commentaires

  • Pour les suisses le 26.11.2017 12:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    souveraineté

    Permettez moi de dire au vu du nombre de commentaires que oui la Suisse pourrait bien être indépendante vis à vis de l'ue. C'est juste un manque de volonté de nos politiques. Si des études sérieuses étaient faites, nous pourrions mettre une agriculture responsable et automne pour subvenir à tout le pays. Des nouvelles énergies comme le biogaz et les énergies hydraulique pourraient être envisagées. Cela créerait de la recherche et de l'emploi ainsi que des grandes et réelles avancés en terme écologique...

  • Suisses pas riches le 25.11.2017 17:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    CF mauvais

    On n'a pas de spécialistes en Suisse et on dépense 1'300 millions pour en former à l'Est !!! Et pourquoi pas nos jeunes et les chômeurs de plus de 50 ans ? Tout ça pour se faire bien voir par Juncker. Il doit bien rire. Il est parti en ce disant que vraiment on peut nous en demander encore plus. On voit que nos conseillers fédéraux n'ont pas eu à se battrent dans leur vie. Franchement on a les politiciens les mieux payés au monde, on pourrait en attendre mieux. En attendant on a donné ce qui manque dans de nombreux domaines et pas d'accord. On a un gouvernement qui s'occupe des autres et très mal des suisses. Unique au monde.

    • @denis le 25.11.2017 17:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Suisses pas riches

      pas d'aujourd'hui malheureusement

    • Mark Stein le 26.11.2017 14:44 Report dénoncer ce commentaire

      Intérêts Internationaux.

      Les socialistes sont tellement internacionalists que les problèmes des autres pays sont la priorité pour eux: pauvreté et guerre -> immigration en masse, chômage en France -> plus de frontaliers, dètes italienne et grecque -> l'argent suisse les payera. Et les autres parties ne voulent pas faire face à cette façon de penser.

  • M.ABR le 25.11.2017 15:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au scandale

    Voilà que maintenant ils veulent donner quelques millions pour la formation des jeunes pour les pays de l'Est et quand ils seront bien formés ces jeunes viendront travailler dans notre pays. À coup sûr nos jeunes de Suisse devront eux aller travailler dans ces pays avec des conditions salariales plus q'inférieur que chez nous. Merci la Suisse vous êtes sur la bonne route et on nous diras encore et encore que chez nous...nous n'avons pas de personnels qualifiés. toujours les mêmes rengaines. Pour moi la Suisse n'a plus son palmarès de first country

  • Lolo le 24.11.2017 23:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stop

    Aux peuple de dire oui ou non !!!

  • @denis le 24.11.2017 17:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    boum

    peut-être bientôt un grand chambardement en Suisse tellement le peuple en a marre .