Haute-Garonne

18 mars 2011 18:30; Act: 12.03.2019 10:09 Print

Le mystère de la joggeuse reste entier

L'homme interpellé et placé en garde à vue jeudi matin dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'une joggeuse de 49 ans, a été relâché vendredi après-midi.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«La garde à vue a été levée vendredi, vers 17 heures, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre cet homme», a déclaré Michel Valet, procureur de la république à Toulouse.

Le suspect avait été interpellé jeudi matin à son domicile, situé dans une commune proche de Bouloc. Il n'est pas connu des services de police et de gendarmerie. Son domicile et son véhicule ont été perquisitionnés jeudi par les enquêteurs.

Le procureur de la République s'était montré très prudent concernant la garde à vue de cet homme. «Cette garde à vue intervient dans le cadre de la procédure conduite par le juge d'instruction mais on ne peut pas en tirer de conclusions», avait-il déclaré. «Nous procédons à des vérifications».

Témoignages concordants

Des témoignages concordants ont signalé la présence de cet homme d'une quarantaine d'années aux abords de l'endroit où Patricia B. a disparu et dans le même créneau horaire, précisait-on de source proche de l'enquête. Un automobiliste aurait signalé son comportement bizarre après l'avoir pris en auto-stop à Bouloc, le jour de la disparition de la joggeuse.

C'est la deuxième garde à vue dans le cadre de cette disparition. Un homme de 38 ans avait été placé en garde à vue le 25 février et relâché le lendemain.

Le 14 février, comme à son habitude, Patricia B., secrétaire dans un cabinet d'avocats à Toulouse et résidant à Bouloc, avait quitté son domicile aux environs de 4h30 pour faire son jogging. Ne voyant pas son épouse revenir, son mari avait donné l'alerte vers 6h30. Les premiers gendarmes étaient intervenus sur place vers 8h.

Du sang, des cheveux ainsi que des effets personnels retrouvés le lendemain de la disparition, sur un chemin situé à un kilomètre du domicile de Patricia B., ont été formellement identifiés comme lui appartenant.

(ap/afp)