Suisse

02 septembre 2019 11:36; Act: 02.09.2019 12:08 Print

Le nombre d'avortements a légèrement augmenté

La plupart des interruptions volontaires de grossesse pratiquées en Suisse ont été effectuées par voie médicamenteuse, la chirurgie ne représentant qu'un quart des avortements.

storybild

Aucun avortement n'a été opéré sur des adolescentes de moins de 16 ans en Suisse. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Après quelques années de recul, le nombre d'avortements a légèrement augmenté en Suisse. Il s'élevait à 10'457 en 2018, soit 420 de plus que l'année précédente.

Les femmes résidant en Suisse ont eu recours à 10'264 de ces interruptions volontaires de grossesse (IVG), selon des chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS) publiés lundi. Parmi elles, 3,3? étaient des jeunes femmes âgées entre 15 et 19 ans. Un chiffre reste stable par rapport à 2017. De plus, aucun avortement n'a été opéré sur des adolescentes de moins de 16 ans.

La quasi-totalité des IVG (95%) ont eu lieu durant les douze premières semaines de grossesse, soit dans les délais légaux. Ensuite, l'avortement ne peut être pratiqué que si un avis médical le prescrit. Il faut démontrer que la femme enceinte est en grave danger ou dans un état de détresse profonde.

Dans trois quarts de cas (74%), les IVG ont été effectuées par voie médicamenteuse. La méthode chirurgicale a été utilisée pour 26% des interventions.

Aucune IVG en Appenzell Rh.-Int.

Les avortements ont augmenté dans toutes les régions suisses, notamment dans l'Espace Mittelland ( 179 cas), la région lémanique ( 131) et Zurich ( 46). Si elle n'affiche pas la hausse la plus forte, la région lémanique reste cependant la plus concernée, avec un total de 3003 IVG. Viennent ensuite Zurich avec 2327 interventions et l'Espace Mittelland avec 2065.

Malgré une hausse générale, neuf cantons ont enregistré une baisse plus ou moins forte du nombre d'IVG. Parmi eux, un seul romand: le Valais qui passe de 264 à 257 cas. Deux cantons conservent un nombre identique d'interventions, à savoir Bâle-Ville (329) et Uri (14). En Appenzell Rhodes-Intérieures, aucun avortement n'a été effectué depuis 2012.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MichouLeRipou le 02.09.2019 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    Vie privée

    Pourquoi ouvrir cet article aux commentaires? Qu'il y a til a commenter? C'est un choix PERSONNEL qui ne regarde que la personne qui en decide.

  • ... le 02.09.2019 12:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    leurs choix...

    On parle également d'avortement quand la personne est en détresse ou en danger, il faut lire l'article avant d'être trop pressé de juger! Se ne sont pas des "simplettes". Il faut également du courage pour prendre cette déscision qui n'est sûrement pas facil même si le désir d'un enfant n'est pas là. Et vous pensez aux femmes qui veulent un enfant et qui doivent interrompre la grossesse pour des raisons médicales? Monde de jugement, c'est triste...

  • Aria le 02.09.2019 12:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je doute

    Aucune IVG en Appenzell RI depuis 2012..?! Probablement que les femmes de ce canton préfèrent aller chez les voisins par peur de se faire stigmatiser.

Les derniers commentaires

  • Dont Forget le 02.09.2019 22:10 Report dénoncer ce commentaire

    Prise de conscience

    Ne jamais oublié qu'une femme qui passe par cette solution et peu importe la ou les raisons s'en souviendra toute sa vie...ce n'est pas sans conséquences, les problèmes physique c'est une chose, le psychisme c'en est une autre...

  • Meissa i le 02.09.2019 18:27 Report dénoncer ce commentaire

    Statistiques

    Combien de femmes ont été contrainte à avorter ou tapée jusqu'a ce que son enfant meurt ? Le ministère public genevois publie les chiffres .... de leur déni

  • mateo le 02.09.2019 17:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    un jour peut-être

    nous avons avorté avec ma copine en 2014 car nous avons pas les moyens avec notre salaire il est difficile avec tout ses facturations de par tout

    • Tsssss le 02.09.2019 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @mateo

      Euh....prendre des précautions et calculer avant le tit coup, ça ne vous à pas frôler, non ? On appelle cette attitude : être irresponsable, ce qui ne semble pas être votre cas ! S'il faut avoir un compte bancaire bien fourni pour assumer une progéniture, ça se saurait ! Et je précise que je ne suis pas contre l'IVG.

    • Raiflaischi le 02.09.2019 22:03 Report dénoncer ce commentaire

      Réfléchir, toujours réfléchir

      Faut réfléchir avant pas quand c'est fait, la vie d'un enfant ou les factures à payer une question de choix.. que tu aies un enfant ou pas les factures elles, seront toujours là, c'est juste ne question de logique de savoir gérer. En même temps tu es assez logique puisque tu préfères dire que tes moyens sont limites pas comme certains...ils n'ont pas les moyens , font un enfant en vont pleureur aux servies sociaux, là il n'y a pas de logique...toi tu as réagis...c'est pas la meilleure des façons mais voilà...

  • SC le 02.09.2019 16:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tabou

    Ceux qui viennent déverser leur haine au nom de la religion ou du fric qu'il faut pour les IVG, se contredisent eux-mêmes. Les premiers finiront en enfer (selon leur PROPRE croyance) parce qu'on ne juge pas son prochain en le stigmatisant et en appelant à la haine. Quant aux seconds, pour rappel un IVG coûte moins cher qu'une grossesse et accouchement. De toute façon il faudra vous y faire. C'est un des plus grands tabous de notre civilisation mais la survie de notre planète passera obligatoirement par un contrôle des naissances, que ce soit en amon avec la contraception (rappelons quand même QU'AUCUNE contraception n'est sure à 100%) soit avec des avortements obligatoires.

  • Universal le 02.09.2019 15:49 Report dénoncer ce commentaire

    Il serait interessant de savoir...

    .. les raisons de cette augementation nationale d'IVG. A part celle qui sont liées à des aggressions sexuelle (ce que je trouve horrible). Les autres raisons sont relativement égoiste. Car outre le fait qu'on peut se protéger facillement, se dire que de toute façon il est facile de tuer l'enfant d'hésumanize complétemement l'acte et cela retire la résponsabilités des personnes qui ont choisit de se mettre dans cette situation.

    • lena le 02.09.2019 20:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Universal

      je vois que vous ne connaissez pas grand chose a la grossesse. certaines femmes decouvrent que leur bebe a ete toucher par le CMV ou autre virus et maladie contre les quelles on a beau se proteger le risque 0 nexiste pas .... d'autres sont atteintes de pre-ecclampsies (le seul moyen den guerir est d'accoucher .. ou qu'en soit la grossesse) d'autres sont en telle detresse qu'elles ne voient aucune autre solution ... il existe 10000 raisons de mettre un therme a une grossesse et toutes ne sont pas egoistes. Personnellement je ne pourrais pas le faire. et j'ai eu la.chance d'avoir une grossesse heureuse. Une amie a du interrompre sa.grossesse a 7 mois et avcoucher d'un bebe mort né car ils.se sont appercu tardivement que ses poumons ne s'étaient pas formés du tout ... avant de juger .. on reflechit!

    • Maman qui a dû avorter le 03.09.2019 10:15 Report dénoncer ce commentaire

      Pitié

      Parle pas sans savoir. Et respecte le choix des gens