Suisse

11 septembre 2018 12:10; Act: 11.09.2018 12:23 Print

Le nombre de «working poor» pourrait doubler

La Suisse n'est pas épargnée par le phénomène des «working poor». Environ 8% des ménages sont concernés, selon une étude. Mais ce chiffre pourrait même doubler.

storybild

Les familles monoparentales et les personnes migrantes sont particulièrement concernées par la pauvreté monétaire et la privation matérielle. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La Suisse compte 8% de travailleurs pauvres. Sans les diverses formes de transferts sociaux, le taux de «working poor» serait de 15%, souligne une étude, publiée mardi par la revue Social Change in Switzerland.

Depuis plusieurs années, les politiques sociales mettent l'accent sur un retour à l'emploi des personnes au chômage et inactives, souligne le sociologue Eric Crettaz, auteur de l'étude. Celle-ci vise à évaluer si la population active est à l'abri de la pauvreté en Suisse, et qui sont les groupes de personnes actives les plus exposées à ce risque.

Taux de privation matérielle

Car la Suisse n'est pas épargnée par le phénomène des «working poor». Environ 8% des ménages dans lesquels au moins une personne travaille gagnent moins de 60% du revenu médian.

Utilisant les données de l'enquête SILC (Survey on Income and Living Conditions) 2015, le sociologue a mesuré, en plus de la pauvreté monétaire, le taux de privation matérielle. Celui-ci est défini par le renoncement, pour des raisons financières, à au moins trois commodités telles que partir en vacances, faire face à une dépense imprévue de 2500 francs, aller chez le dentiste ou chauffer convenablement son domicile.

Privation matérielle: 3% des foyers

Le taux de privation matérielle indique une situation financière durablement difficile: elle s'établit en Suisse à 3% des foyers de personnes actives. Cela concerne principalement les personnes de moins de 40 ans, peu qualifiées, d'origine extra-européenne et les ménages monoparentaux.

Les couples avec plus de trois enfants et les travailleurs indépendants, très représentés parmi les «working poor», sont moins touchés par la privation matérielle.

Les familles monoparentales et les personnes migrantes sont ainsi particulièrement concernées par la pauvreté monétaire, mais également par la privation matérielle, car elles cumulent plusieurs facteurs de précarité. Le chercheur a notamment identifié quatre mécanismes: un volume de travail au niveau du ménage inférieur à la moyenne, un faible taux de rémunération, un nombre d'enfants par adulte supérieur à la moyenne, ainsi que l'insuffisance ou l'absence de transferts sociaux.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Que veut-on au final?? le 11.09.2018 12:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est temps de réagir!!

    Il y a 20 ans, un Suisse aurait touché (pour exemple) un salaire de 5000.-/mois. Maintenant que les patrons savent qu'ils ont la possibilité d'engager des français (ou autres!) pour un salaire ridicule de 4000.- brut, le Suisse doit revoir ses exigences salariales à la baisse, ce qui entraîne un appauvrissement de la population, une hausse des coûts des subventions et donc de nos impôts! Et pourtant, cette situation n'a pas l'air de déplaire à nos (très) chers politiciens...et après ils se disent défenseurs du peuple, la bonne blague!!

  • Mylène le 11.09.2018 12:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réalité

    Salaire dopticienne à 100% = 4200 CHF Loyer 3,5 pièces à Echallens = 2200.- Déduisez les frais de charges, nourriture, transports, vêtements, impôts, lunettes, loisirs. Heu non, il ny a pas de loisirs quand vous êtes à 0.- au bout du mois. Belle journée ...

  • Lune de Fiel le 11.09.2018 12:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Suisse d'abord

    C'est sûr qu en privilégiant pas les Suisses et favorisant ceux qui acceptent de bosser pour des salaires invivables en ville, ça aide pas

Les derniers commentaires

  • Chopel le 12.09.2018 10:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Why not ?

    Les frontaliers devraient avoir un régime salarial et fiscal adapté et proportionnel au pays dans lequel ils rentrent tous les soirs. Loyers et frais sont moins chers en France. Les indigènes subiraient moins de pression. Ainsi les gens seraient choisis pour leur qualité de travail et non parce quils sont moins chers.

    • Sitting boule le 12.09.2018 18:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Chopel

      Un Suisse né à Genève de parents Genevois qui habite Archamps, c'est plus un indigène ?

  • Amelie Merlot le 12.09.2018 07:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout va bien

    Et la majorité de nos chers partis veulent nous convaincre de voter oui aux 2 initiatives concernant lagriculture, pour encore faire augmenter les prix de la nourriture. Heureusement que le Conseil Fédéral y est opposé. Question: les partis de gauches vont-ils une fois soccuper des pauvres ou alors sont-ils devenus des partis riches et bourgeois?

    • Conseil Féodal le 12.09.2018 10:33 Report dénoncer ce commentaire

      pas si bien

      les partis de Gauche s'occupent en priorité des migrants et des étrangers pour récupérer des voix lors d'élections. le Suisse pauvre est un laissé-pour-compte, je sais de quoi je parle, j'en fais partie depuis 4ans.. 6mois à la rue, je ne compte plus le nombre de migrants qui me sont passé devant pour l'octroi d'un studio d'1pièce. pour ce qui est des 2 initiatives sur l'agriculture, c'est un mensonge de dire que les prix vont augmenter.. c'est juste un argument des lobbies. je préfère payer un peu plus cher pour de la qualité suisse que de payer le prix actuel pour de la m fabriqué en europe.

  • Dra 10 le 12.09.2018 07:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Suisse dabord

    Billag..!! À supprimer.. caisse cantonale maladie à crée..impôts fédéraux à réduire..!! Gratuité pour les enfants tous les transports jusquà 15 ans..!! Voilà un début de réponse à la vie des gens travaillant pauvre de notre pays..!!et aussi et surtout baisse drastique des indemnités pour les requérants dasile...!!vous voulez une redistribution des richesses pour les parents pauvres.. arrêtons de donner les milliards hors de Suisse...!!

    • corinne 2 le 12.09.2018 13:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Dra 10

      oui et non là c'est utopiste mais déjà si on supprime les aides à l'étranger et que l'on favorise la préférence nationale pour les emplois (mais vraiment ... pas comme a Genève) on aura les moyens de payer les transports de nos enfants, et surtout un logement décent à prix décent et la nourriture.

  • Joe le 12.09.2018 06:00 Report dénoncer ce commentaire

    Coûts de la vie

    Mes parents gagnaient moins que moi. Mais il leur restaient bien plus à la fin du mois. Pourquoi toujours vouloir gagner plus???? Baisser le coûts de la vie serai plus judicieux.

  • y en a marre le 12.09.2018 05:31 Report dénoncer ce commentaire

    bla bla bla

    Non, quel scoop !!