Berne

03 juillet 2014 15:21; Act: 03.07.2014 15:28 Print

Le nombre de victimes est resté stable

Le nombre de personnes qui ont sollicité de l'aide après un acte criminel est stable depuis quelques années et a même reculé en 2013.

Une faute?

La hausse de la criminalité souvent déplorée ne se vérifie pas dans la statistique sur les victimes. L'an dernier, les centres d'aide aux victimes en Suisse ont enregistré 31'400 consultations, soit 770 de moins qu'en 2012. Depuis 2009, leur nombre oscille entre 30'000 et 32'000, selon l'Office fédéral de la statistique.

Toute personne qui a subi, du fait d'une infraction, une atteinte directe à son intégrité corporelle, psychique ou sexuelle a droit à l'aide aux victimes.

Plus de la moitié (55%) des victimes qui se sont annoncées étaient suisses, 30% d'origine étrangère. Pour 15%, la nationalité était inconnue. 74% des victimes étaient des femmes et 81% des auteurs d'infractions des hommes.

Lésions corporelles

Près de la moitié des consultations (49%) concernaient des infractions dans lesquelles la victime a subi une lésion corporelle ou des voies de fait; 31% ont cherché de l'aide suite à du chantage, des menaces et/ou coercition, 12% pour contrainte sexuelle ou viol.

En 2013, 690 demandes de dommages ou de réparations morales ont été acceptées, ce qui correspond à un taux de 57%. La somme totale versée est de 6,9 millions de francs, soit légèrement au-dessus de la moyenne de ces dernières années.

(ats)