«Charlie Hebdo»

06 janvier 2016 12:30; Act: 06.01.2016 17:48 Print

Le numéro spécial a trouvé son public en Suisse

Les 20'000 exemplaires du journal satirique, commandés pour les lecteurs suisses, devraient satisfaire la demande en Suisse romande.

Voir le diaporama en grand »
Un an après les attentats qui l'ont endeuillé, le journal satirique Charlie Hebdo a publié un numéro spécial en hommage aux 12 victimes. Signe des tensions qui persistent, sa Une a été condamnée par les représentants du monde catholique et musulman. (Image 6 janvier 2016) La tension est aussi politique : le durcissement de ton après les attentats de janvier 2015 et ceux de novembre 2015 n'est pas du goût de tous, comme en témoigne la Une de gauche, édition hebdomadaire de Charlie Hebdo. (Image - 6 janvier 2016) La femme de Franck Brinsolaro, policier tué lors de l'attentat contre Charlie Hebdo, a déposé plainte contre X arguant que le journal ne bénéficiait pas d'une protection adéquate. (Image d'archive - 16 janvier 2015) Et dans un Paris également très marqué par les attaques sanglantes du 13 novembre 2016, de nombreux messages sont visibles. Ici, un collage, sur un mur, montre les dessinateurs Cabu (à g.) and Wolinski, tué en janvier 2015, dans les positions des deux célèbres anges de la chapelle Sixtine, auxquels ont été ajoutés un verre de vin, un pigeon et le Big Ben (Image - 5 janvier 2016) De gauche à droite, Luz et Riss lors des 20 ans du journal, en 2012. Depuis, la rédaction de Charlie Hebdo a été décimée, le 7 janvier 2015. Riss s'est exprimé à la veille de la première année après le drame. (Mercredi 6 janvier 2015) A cause de la faute d'orthographe concernant le nom de famille du dessinateur Georges Wolinski, la plaque commémorative, sitôt dévoilée, a été recouverte d'un voile noir. (Mardi 5 janvier 2016) Hubert du Fraysseix, le directeur du développement et de la gestion immobilière pour les entreprises immortalise cette plaque commémorative en hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo survenus il y a un an. (Mardi 5 janvier 2016) Hubert du Fraysseix, au moment de recouvrir la plaque commémorative erronée. (Mardi 5 janvier 2016) La plaque commémorative dévoilée ce 5 janvier 2016 comporte une faute d'orthographe sur le nom du dessinateur Wolinski. (Mardi 5 janvier 2016) La plaque commémorative en mémoire des victimes de l'attentat survenu à Charlie Hebdo est dévoilée ce 5 janvier 2016. Le hic: il y a une faute d'orthographe au nom du dessinateur Wolinski. (Mardi 5 janvier 2016) Une autre plaque commémorative a été installée à l'endroit où le policier Ahmed Merabet a été tué le 5 janvier 2015, lors de la fuite des terroristes après qu'ils eurent fait feu dans la rédaction du journal satirique. (Mardi 5 janvier 2016) Le président François Hollande et le maire de Paris Anne Hidalgo lors des commémorations de l'attentat survenu à Charlie Hebdo. (Mardi 5 janvier 2016) Le chef de l'Etat français et la maire de Paris lors des commémorations de l'attentat survenu un an plus tôt à la rédaction de Charlie Hebdo. (Mardi 5 janvier 2016) Une couronne en hommage aux 11 victimes de l'attentat survenu à la rédaction du journal satirique «Charlie Hebdo». (Mardi 5 janvier 2016) Un soldat français garde l'Hypercacher où est survenue la prise d'otages suivie d'une tuerie deux jours après les attentats de Charlie, le 9 janvier 2015. Ici, ce soldat est déployé un an après, le 4 janvier 2016. Une plaque commémorative a été apposée sur la façade du supermarché Hyper Cacher, le 5 janvier. (Image - 5 janvier 2016) Manifestation du peuple français en faveur de la liberté d'expression, 8 janvier 2015. Une personne a donné par mail des instructions à Amédy Coulibaly au moment des attentats de Paris (Mardi 13 octobre 2015). Un image tirée d'une vidéo de surveillance du 12 janvier 2015 montre Hayat Boumeddiene lors d'un passage devant les douanes de l'aéroport Sabiha Gokcen à Istanbul. Elle aurait rejoint la Syrie dans la foulée. Sur une vidéo postée sur la Toile, un homme ressemblant à Amedy Coulibaly a revendiqué l'attaque qui a coûté la vie à une policière à Montrouge. Le djihadiste a été tué par les forces de l'ordre. (11 janvier 2015) Le cadet des frères Kouachi «avait dans son environnement des individus terroristes djihadistes connus pour avoir été formés au Yémen et dont on sait qu'ils se trouvent actuellement au Yémen et en Syrie», a fait savoir le procureur de la République. (10 janvier 2015) Une photo de Hayat Boumeddiene circule sur les réseaux sociaux où on peut la voir revêtue d'un voile noir la couvrant entièrement à l'exception des yeux et tenant une arbalète. (10 janvier 2015) Hayat Boumeddiene, la compagne de Coulibaly (d) tué vendredi soir, est toujours activement recherchée par les forces de l'ordre. (10 janvier 2015) Après trois jours de sang et d'angoisse causés par trois djihadistes, de à une épicerie juive de Paris: c'est une France soulagée mais traumatisée qui s'apprête à manifester en masse. (10 janvier 2015) Les trois preneurs d'otages, les frères Kouachi et Coulibaly, ont été tués dans deux assauts simultanés. (9 janvier 2015) L'assaut a également été donné du côté de la Porte de Vincennes, dans l'épicerie casher. Les deux preneurs d'otages seraient morts. (9 janvier 2015) Quatre otages sont morts dans la prise d'otages à la Porte de Vincennes. Coulibaly, le preneur d'otage, en avaient tués trois avant l'assaut. (9 janvier 2015) L'assaut a été donné dans l'épicerie casher à la Porte de Vincennes. (9 janvier 2015) Un commando français en action. Les deux frères Kouachi sont sortis pour tirer. (9 janvier 2015) Le commandos français du GIGN se sont déployés sur le toit de l'entreprise où étaient retranchés les frères Kouachi. (9 janvier 2015) Peu avant 17h00, des détonations et des explosions ont été entendues et de la fumée a commencé à monter depuis le site. (9 janvier 2015) L'assaut a été donné contre l'entreprise où sont retranchés les frères Kouachi. Bruits d'explosions et de coups de feu. (9 janvier 2015) Les forces de police sont mobilisées après la prise d'otages dans une épicerie casher à Paris (9 janvier 2015) Les forces de police sont mobilisées après la prise d'otages dans une épicerie casher à Paris (9 janvier 2015) Les forces de police sont mobilisées après la prise d'otages dans une épicerie casher à Paris (9 janvier 2015) Les forces de police sont mobilisées après la prise d'otages dans une épicerie casher à Paris (9 janvier 2015) Les forces de police sont mobilisées après la prise d'otages dans une épicerie casher à Paris (9 janvier 2015) Amedy Coulibaly, qui pourrait être le preneur d'otages en cours à Vincennes, a été condamné à 5 ans de prison pour un projet d'évasion en 2010 d'une figure de l'islamisme radical. L'autre personne visée par l'appel à témoins, Hayat Boumeddiene, 26 ans, était au moment de cette enquête sa concubine. Le périphérique parisien est coupé dans les deux sens et le trafic RATP perturbé du côté de la porte de Vincennes (Vendredi 9 janvier 2015). Nouvelle fusillade à l'est de Paris dans une épicerie casher (Vendredi 9 janvier 2015). Nouvelle fusillade à l'est de Paris dans une épicerie casher (Vendredi 9 janvier 2015). Nouvelle fusillade à l'est de Paris dans une épicerie casher (Vendredi 9 janvier 2015). Les hélicos survolent Dammartin-en-Goële (Vendredi 9 janvier 2015) Le GIGN dans l'enceinte de l'entreprise où les frères Kouachi sont retranchés à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) (Vendredi 9 janvier 2015) Un hélicoptère en survol stationnaire au-dessus du site de l'intervention. Une «opération» est en cours pour «neutraliser les auteurs» de l'attentat contre Charlie Hebdo, précise lee ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. (Vendredi 9 janvier 2015) Le GIGN dans l'enceinte de l'entreprise où les frères Kouachi sont retranchés à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne). Ils retiennent une personne en otage, selon des sources policières. (Vendredi 9 janvier 2015) A visages découverts, les deux frères sont armés de kalachnikov et disposent d'un lance-roquette, selon la vidéosurveillance. (Vendredi 9 janvier 2015) Opération en cours à Dammartin-en-Goële Les coups de feu se sont produits à hauteur de la commune de Dammartin-en-Goële, où les habitants ont été priés de se cloîtrer. (Vendredi 9 janvier 2015) Les forces de l'ordre ont échangé des coups de feu et se sont lancés dans une course-poursuite sur la N2 en Seine-et-Marne avec deux suspects qui pourraient être les frères soupçonnés de l'attentat contre Charlie Hebdo. (Vendredi 9 janvier 2015) La traque policière des frères Kouachi, soupçonnés d'être les tireurs de Charlie Hebdo, a repris en Picardie. (Vendredi 9 janvier 2015) Un membre du GIGN à Fleury, dans le nord de la France. (Jeudi 8 janvier 2015). La police française, ici à Longpont, dans le nord de la France, à la recherche des terroristes en fuite. (Jeudi 8 janvier 2015) A 20H00, les lumières de la Tour Eiffel se sont éteintes en hommage aux victimes. (Jeudi 8 janvier 2015) Des gens font la queue à l'ambassade française de Copenhague, au Danemark, pour signer le livre de condoléances. (Jeudi 8 janvier 2015) Place de la République à Paris. (Jeudi 8 janvier 2015) Plusieurs milliers de personnes se sont à nouveau réunies jeudi en fin d'après-midi Place de la République à Paris en hommage aux victimes. (Jeudi 8 janvier 2015) Le Campidoglio à Rome, éclairé aux couleurs de la France. (Jeudi 8 janvier 2015) Le Raid et le GIGN, unités d'élite de la police et de la gendarmerie, en position. (Jeudi 8 janvier 2015). A Corcy, les forces d'élite passent au peigne fin. Les forces d'élite. (Jeudi 8 janvier 2015) Les deux suspects, Cherif Kouachi et son frère Said Kouachi, sont vus jeudi matin dans le nord de la France alors qu'ils étaient à bord d'une Clio grise et porteurs d'armes de guerre. Le gérant d'une station-essence à proximité de Villers-Cotterêt a «formellement reconnu les deux hommes. Ils sont cagoulés, avec kalachnikov et lance-roquettes apparentes (Jeudi 8 janvier 2015). Une image assez hallucinante des fouilles dans l'Aisne, maison par maison (Jeudi 8 janvier 2015). La région du nord de la France a été placée au niveau maximum d'alerte antiterroriste (Jeudi 8 janvier 2015). Les deux suspects ont été repérés jeudi à la mi-journée près de Villers-Cotterêts (Aisne), où ils ont braqué une station-service. Celle-ci, située en rase campagne, était complètement bouclée par les forces de l'ordre (Jeudi 8 janvier 2015). Les unités d'élite de la police et de la gendarmerie nationales GIGN et Raid (photo d'illustration) «sont positionnées dans le nord de la France où les deux suspects ont été aperçus (Jeudi 8 janvier 2015). La France s'est recueillie jeudi 8 janvier à midi en mémoire des victimes de l'attaque de Charlie Hebdo, comme ici sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame à Paris. Une traque effrénée est en cours en France pour arrêter Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans (Jeudi 8 janvier 2015). D'autres lieux de culte musulmans ont été visés par des tirs d'armes à feu ou d'autres projectiles. Au Mans, trois grenades d'exercice ont été lancées contre une mosquée d'un quartier populaire. A Port-la-Nouvelle, dans l'Aude, un ou plusieurs coups de feu ont été tirés en direction d'une salle de prière musulmane, vers 20H00, une heure environ après la fin de la prière (Jeudi 8 janvier 2015). Une explosion d'origine criminelle s'est produite jeudi 8 janvier vers 06h00 à Villefranche-sur-Saône (Rhône) devant un snack kebab jouxtant la mosquée de la ville, sans faire de victime. L'explosion a soufflé la devanture du restaurant, L'Impérial. Selon le député-maire UMP de la ville, «c'est lié a priori à la situation dramatique» de Paris (Jeudi 8 janvier 2015). Nicolas Sarkozy, de retour à l'Elysée pour la première fois depuis la passation de pouvoir du 15 mai 2012, a été accueilli par François Hollande, avec lequel il devait s'entretenir des suites de l'attentat contre Charlie Hebdo. (8 janvier 2015). Les deux suspects de l'attaque des locaux du journal Charlie Hebdo avaient fait l'objet d'une surveillance mais aucun élément les concernant ne témoignait d'un passage à l'acte imminent, déclare le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à gauche. Le premier ministre Manuel Valls, à gauche, demande lui aux médias d'être «particulièrement prudents» concernant l'enquête en cours. (8 janvier 2015) Une fusillade a éclaté jeudi matin à Montrouge (Hauts-de-Seine), au sud de Paris. Deux policiers sont à terre (jeudi 8 janvier) Manuel Valls a annoncé que plusieurs interpellations et gardes à vue au lendemain de l'attaque à Charlie Hebdo (jeudi 8 janvier 2015). La police traque toujours deux frères dont un jihadiste connu des services. (Jeudi 8 janvier 2015) Les tireurs élite du RAID ont pris position durant une opération de police à Reims. (Jeudi 8 janvier 2015) Les tireurs élite du RAID prennent position. (Jeudi 8 janvier 2015) Les tireurs élite du RAID prennent position. (Jeudi 8 janvier 2015) Les tireurs élite du RAID prennent position. (Jeudi 8 janvier 2015) Les tireurs élite du RAID prennent position. (Jeudi 8 janvier 2015) Les motos de police sont prêtes à escorter le convoi des forces de l'ordre pour l'intervention (Mercredi 7 janvier 2015) pour arrêter des suspects dans l'attentat contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo. (Mercredi 7 janvier 2015) La police reste très présente en soirée devant les locaux de Charlie Hebdo. (Mercredi 7 janvier 2015) Les assaillants sont sortis de l'immeuble et se sont trouvés face à une patrouille de police, entraînant une fusillade. Ils braquent le conducteur d'une Clio, s'emparent de la voiture et prennent la fuite à bord de la Clio. On perd leur trace porte de Pantin. (Mercredi 7 janvier 2015) Le président français François Hollande a appelé à la télévision à l'unité nationale. (Mercredi 7 janvier 2015) Les Berlinois sont descendus dans la rue pour manifester leur solidarité à la France. (Mercredi 7 janvier 2015) L'impact d'une balle des tueurs qui ont décimé la rédaction de Charlie Hebdo. (Mercredi 7 janvier 2015) Une voiture de police devant le consulat de France à New York. (Mercredi 7 janvier 2015) Des fleurs ont été déposées devant le consulat de France à New York. (Mercredi 7 janvier 2015) Des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés mercredi soir à Paris et dans plusieurs villes de France pour marquer leur solidarité avec l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, (Mercredi 7 janvier 2015) «Je suis Charlie» , slogan de la solidarité envers les victimes des tueurs. (Mercredi 7 janvier 2015) Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées en fin d'après-midi à Paris, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. (Mercredi 7 janvier 2015) «Je suis Charlie», slogan de la solidarité et de l'émotion sur la Toile et dans la rue (Mercredi 7 janvier 2015) Les caricaturistes Cabu, Tignous (en haut de gauche à droite) et Charb, Wolinski (en bas, de gauche à droite) ont été tués. (Mercredi 7 janvier 2015) Une scène de l'attaque photographiée par un témoin. (Mercredi 7 janvier 2015) Des roses et des bougies à Paris pour saluer la mémoire des victimes. (Mercredi 7 janvier 2015) Des experts à la recherche d'indices après l'attentat Charlie Hebdo (Mercredi 7 janvier 2015) Un soldat français.veille au pied de la Tour Eiffel. Le plan Vigipirate a été relevé à «alerte attentats», le niveau le plus élevé, en Ile-de-France. (Mercredi 7 janvier 2015) Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées en fin d'après-midi à Paris, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. Certains arboraient un autocollant noir «Je suis Charlie» (Mercredi 7 janvier 2015) Plusieurs syndicats, associations, medias et partis politiques ont appelé à un rassemblement ce mercredi place de la République à Paris. Ici un rassemblement à Strasbourg la mémoire des victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. (Mercredi 7 janvier 2015) Des experts examinent la voiture qui aurait été utilisée par les tueurs de Charlie Hebdo (Mercredi 7 janvier 2015) Des roses pour saluer la mémoire des victimes. (Mercredi 7 janvier 2015) Un témoin de la scène a pris cette image. On y voit les tireurs sortir des locaux de Charlie Hebdo. Ils font feu sur la police, qui réplique. Ils sont parvenus à prendre la fuite. (Mercredi 7 janvier 2015) Émotion et tristesse. Plusieurs personnes en état de choc sont prises en charge par les pompiers, une autre, apparemment inconsciente, est évacuée torse nu sur un brancard.(Mercredi 7 janvier 2015) Émotion et tristesse. Plusieurs personnes en état de choc sont prises en charge par les pompiers, une autre, apparemment inconsciente, est évacuée torse nu sur un brancard.Émotion et tristesse. (Mercredi 7 janvier 2015) Un témoin de la scène a pris cette image. On y voit les tireurs qui viennent de sortir des locaux de Charlie Hebdo. Ils font feu sur la police, qui a répliqué. Ils sont parvenus à prendre la fuite. (Mercredi 7 janvier 2015) Le dessinateur Cabu est décédé dans l'attaque (Mercredi 7 janvier 2015) Le dessinateur Charb est décédé dans l'attentat (Mercredi 7 janvier 2015) Le dessinateur Tignous est mort dans l'attaque (Mercredi 7 janvier 2015) Le dessinateur Wolinski fait lui aussi partie des victimes (Mercredi 7 janvier 2015) Des deux hommes cagoulés ont tiré sur la police, avant de prendre la fuite. Des impacts de balles. (Mercredi 7 janvier 2015) Un blessé est évacué (mercredi 7 janvier 2015) Des pompiers de Paris évacuent des blessés. (Mercredi 7 janvier 2015) Le président François Hollande se rend au siège du journal attaqué. (Mercredi 7 janvier 2015) Vue plongeante. Une deuxième blessée est prise en charge. (Mercredi 7 janvier 2015) Des pompiers de Paris évacuent des blessés (Mercredi 7 janvier 2015) Le quartier est bloqué. (Mercredi 7 janvier 2015) Des impacts de balles (Mercredi 7 janvier)

Sur ce sujet
Une faute?

Le numéro spécial anniversaire des attentats de Charlie Hebdo s'écoule bien en Suisse romande, même si le phénomène ne revêt pas la même ampleur qu'en janvier 2015. En France aussi, sa sortie n'a pas entraîné de ruée dans les kiosques comme il y a un an.

Les 20'000 exemplaires du journal satirique français commandés devraient pouvoir satisfaire la demande en Suisse romande. «Cette fois, nous avons pu anticiper. Il ne devrait pas y avoir de rupture de stock comme l'année passée», a précisé mercredi à l'ats Raphaëlle Casta.

Directrice des relations éditeurs auprès de Naville presse, elle s'est rendue tôt mercredi matin dans un kiosque romand. «L'ambiance était assez calme, mais les premiers numéros partaient déjà», souligne-t-elle.

Plus de retard

Depuis les attaques du 7 janvier 2015, Naville a augmenté ses commandes du journal. Elles sont passées de 750 exemplaires avant les attentats à 2500. L'événement, qui a coûté la vie à une partie de la rédaction de l'hebdomadaire, a donc eu un effet sur les ventes.

Charlie Hebdo est désormais disponible le mercredi dans les kiosques romands, soit le même jour que sa parution en France. Auparavant, il n'était accessible que le jeudi. «Cela a aussi contribué à l'augmentation des ventes», indique Raphaëlle Casta.

Quant au nombre d'exemplaires spécial anniversaire déjà écoulés en Suisse romande, il est encore trop tôt pour avancer un chiffre. Le numéro spécial restera sur les étals un mois. «Mais nous avons bon espoir qu'il s'épuise rapidement», conclut Raphaëlle Casta.

Au compte-gouttes

En France, la sortie du numéro, tiré à un million d'exemplaires, n'a pas provoqué la ruée et les queues devant les points de vente qu'avait connu le «numéro des survivants» publié après l'attentat. Au kiosque du boulevard Saint-Germain entre les cafés de Flore et des Deux Magots, hauts lieux de la vie chic et intellectuelle de Paris, les journaux partaient mercredi matin au compte-gouttes.

Actuellement, l'hebdomadaire se vend à environ 100'000 exemplaires en kiosque à travers le monde, auxquels s'ajoutent 183'000 abonnements. Avant l'attentat, Charlie Hebdo, en grandes difficultés financières, n'écoulait qu'environ 30'000 numéros par semaine.

En Suisse, Dynapresse, la société qui gère les abonnements du journal, a constaté une forte hausse des souscriptions au lendemain des attaques et tout au long de l'année 2015. Il reste cependant dur de dire si cet engouement va se poursuivre en 2016, les renouvellements de contrats étant en cours.

«Combat marrant»

Dans un éditorial rageur en pages intérieures, le directeur du titre Riss, l'un des survivants de l'attentat, rappelle que le journal en a toujours eu «rien à foutre de plaire au plus grand nombre». Et beaucoup souhaitaient sa disparition bien avant l'attentat.

Protégé par cinq gardes du corps, Riss a raconté comment les rescapés ont réussi à faire renaître l'hebdomadaire que les djihadistes croyaient avoir tué. «Un journal de combat, mais un combat marrant, déconnant!», notamment sur la laïcité, a-t-il confié.

«Charlie Hebdo ne lâche rien», constate le quotidien Le Parisien. «Résolument, qu'on les aime ou pas, ils sont Charlie!». " Contre les dévots, les fanatiques, les agenouillés, les conformistes et les dogmatiques, Charlie vivra», se félicite le directeur de Libération, Laurent Joffrin, dont le journal a hébergé l'équipe de l'hebdomadaire après l'attentat.

Vives critiques

Mais cet athéisme provocateur n'est pas du goût de tout le monde. Le journal du Vatican, l'Osservatore Romano, a déploré que «derrière le drapeau trompeur d'une laïcité sans compromis», Charlie Hebdo omette de rappeler que de nombreux dirigeants religieux ont condamné la violence au nom de la religion.

Le président du Conseil français du culte musulman, Anouar Kbibech, s'est dit «blessé» par cette caricature. Selon lui, cette dernière «vise l'ensemble des croyants des différentes religions».

A l'instar du quotidien conservateur Le Figaro, de nombreux médias se demandent également si la France a «tiré les leçons» de l'attentat du 7 janvier, alors que le terrorisme djihadiste a encore tué 130 personnes le 13 novembre à Paris.

(nxp/ats)