Votation du 10 février 2019

16 janvier 2019 06:59; Act: 16.01.2019 07:04 Print

Le oui à l'initiative contre le mitage s'effrite

A moins d'un mois de la prochaine votation fédérale, 52% des Suisses comptent accepter le texte souhaitant geler pour une durée illimitée la surface totale des zones à bâtir à son niveau actuel.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Limiter l'extension des zones à bâtir en Suisse. C'est l'objectif visé par l'initiative «Stopper le mitage - pour un développement durable du milieu bâti», soumise au peuple le 10 février prochain. Sa mesure phare prévoit que toute nouvelle parcelle à bâtir doit être compensée par le dézonage d'une parcelle de valeur équivalente ailleurs. En dehors de la zone à bâtir, seules les constructions destinées à l'agriculture dépendante du sol ou d'intérêt public et dont l'emplacement est imposé par leur destination pourraient être autorisées.

A moins d'un mois de la votation, 52% des Suisses comptent accepter le texte, révèle la 2e vague du sondage Tamedia, éditeur de «20 minutes». Ce taux était légèrement plus élevé (54% de oui), fin décembre, lors de la 1re vague. Le camp du non se monte actuellement à 46% et celui des indécis à 2%.

Si fin décembre le texte était encore soutenu tant par les sympathisants des partis de gauche que par ceux de la droite, il n'est actuellement plus que soutenu par les électeurs des Verts (85% de oui), des Vert'libéraux (67% de oui) et du PS (70% de oui).

Autre détail intéressant: le mitage semble diviser hommes et femmes. L'initiative est en effet rejetée par une majorité d'hommes (52% de non) alors qu'une majorité de femmes compte l'accepter (60% de oui).

Des disparités se constatent aussi au niveau des régions linguistiques. Par rapport à la 1re vague, l'approbation du texte a quelque peu baissé en Suisse alémanique. En revanche, le camp du oui a augmenté en Suisse romande et en Suisse italophone.

Quelques informations sur le sondage

La 2e vague du sondage en ligne a été réalisée entre le 10 et le 11 janvier sur les sites des différents titres de Tamedia. Pas moins de 11'475 personnes issues de toute la Suisse y ont participé. Les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen ont pondéré les réponses en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques afin de correspondre le plus étroitement possible à la structure de la population suisse. La marge d'erreur est de 1,5%.

(ofu/ats)