Bellinzone

11 décembre 2019 20:39; Act: 11.12.2019 21:54 Print

Le parlement tessinois adopte le salaire minimum

La décision du Conseil d'Etat tessinois fait suite à l'initiative populaire cantonale des Verts approuvée par le peuple en 2015.

storybild

Le Tessin est généralement considéré comme un canton à bas revenus. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La décision du Conseil d'Etat fait suite à l'initiative populaire cantonale des Verts approuvée par le peuple en 2015. Elle permet à des secteurs individuels de négocier un salaire minimum si aucune convention collective de travail (CCT) n'existe. Le PS, les milieux proches des syndicats et une partie de la Lega avaient soutenu l'initiative. Des critiques étaient venues du PLR et de l'UDC.

L'initiative exige aussi que le gouvernement fixe un salaire minimum proportionnel au salaire médian selon l'activité et le secteur, si cela n'est pas déterminé par une convention collective de travail.

En réponse, le ministre tessinois des finances et de l'économie Christian Vitta (PLR) a présenté en novembre 2017 un projet de loi sur un salaire minimum cantonal, qui sera différencié par branche. Il devrait se situer entre 3372 et 3462 francs, ce qui correspond a un salaire horaire en dessous de 20 francs.

Seul le PLR soutient la proposition du Conseil d'Etat. Les libéraux-radicaux souhaitent l'introduction de ce salaire minimum à partir de juilllet 2020.

Pas assez, selon la gauche

La gauche et les syndicats jugent le salaire minimum proposé par le gouvernement insuffisant. Elle craint que le seuil soit fixé trop bas pour lutter contre le dumping généralisé des salaires. Les Verts réclament eux un montant d'au moins 21,50 francs. Les socialistes veulent un salaire minimum entre 20 et 20,50 francs et le PDC milite pour 20 francs.

Quant à l'UDC, elle soutient que l'introduction d'un salaire minimum ne fait pas sens alors qu'une grande partie des employeurs engagent des frontaliers italiens. Elle appelle donc à la mise en œuvre de l'initiative populaire "Prima i nostri !" (Les nôtres d'abord!) adoptée en 2016.

Le Tessin est généralement considéré comme un canton à bas revenus. Près d'un quart des emplois du canton sont à bas salaires alors que La moyenne suisse se situe à 10%.

Pionner neuchâtelois

Les parlements fribourgeois et thurgovien ont rejeté l'introduction d'un salaire minimum. Outre le Tessin, deux cantons l'ont approuvé: Neuchâtel l'applique en pionnier depuis l'an dernier, suite à un vote populaire en 2011; le Jura est en train de le mettre en oeuvre, six ans après l'adoption d'une initiative populaire.

Dans le canton de Genève, les citoyens se prononceront sur une initiative populaire du même type, de même que ceux de Bâle-Ville. Au niveau fédéral, une initiative populaire de l'Union syndicale suisse a été balayée par les citoyens en 2014.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • marie le 11.12.2019 22:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faut augmentair à 4000 le salair minimum!

    Eu ce serait pas le moment d' augmenter à 4000fr le salair minimum vue le prix des loyés et des assurances ainssi que les impôt donc une augmentation de ce côté la serait aussi la bienvenue!

  • Jaime Pallewoleur le 11.12.2019 22:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Curieux calculs

    Il n'y a vraiment qu'un plr qui peut vouloir nous faire croire qu'il pense qu'on peut vivre dignement avec 4000.- Parti de pourri.

  • Aline Henry le 11.12.2019 21:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Salaires

    Mon aide ménagère me coûte 25.- de l'heure !

Les derniers commentaires

  • Marco le 12.12.2019 10:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    AVS

    Que l'AVS augmente serait un geste fort du Conseil fédéral sachant que la LPP diminue chaque année, ces gens ont travailler toute leur vie et on cotiser pour leur retraite et payer des impôts, quand au salaire minimum, il va aider qui ? A quel moment? Et combien de temps? Va t'il faire venir tout ceux qui n'ont pas envie de travailler ou vont ils cumuler ce salaire avec un travail au noir ce qui plaira à Unia, déjà qu'il nous ont affirmé que tout allait bien et sous contrôle.

  • travailleuse le 12.12.2019 10:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pauvre

    je suis payée 17.50 net au mcdo.. franchement c'est indigne. mais je n'ai pas le choix question horaire et vie de famille c'était la seule solution qui nous convenait.

    • pour apprendre à marcher le 12.12.2019 11:41 Report dénoncer ce commentaire

      @travailleuse

      Selon la convention du syndicat FOBB et du patronat, le "salaire minimum" brut en 1972 était de 18.20 de l'heure pour tous les corps de métier et pour les saisonniers avec un CFC. Et comme on bossait 9h/jour, 5 jours/semaine, mon salaire brute montait à 3603.60 fr. Mais grâce aux cours du soir, mon salaire grimpait à 37 fr. de l'heure en 1976, et je me rappelle encore de mes misères dans la poussière de mon atelier de menuiserie chez un employeur sans scrupules. Retraité de longue date, je gagne trop et je te conseille des études et un long séjour à Montréal. God bless !

  • Maxou le 12.12.2019 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    Y a qqn ???

    ouais ... les ménagères au black demandent 25.-/h .... donc 4KFr c'est quand même ridicule ...

  • Un travailleur Social le 12.12.2019 09:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    salaire minimum = danger

    Quelle bêtise... S'il faut que les salaires soit défendus dans ce climat de "dumping" , instaurer un salaire minimum comporte à mon sens beaucoup de risques... Premièrement, tous les employeurs pourront légitimement le proposer à leurs emoyés alors qu'ils étaient peut être en dessus avant. Deuxièmement les petites entreprises et celles consistant en "jobs d'étudiants" risquent de ne pas pouvoir suivre les montants proposés et devront donc fermer leurs portes ou réduire leur effectif (donc moins d'emplois et plus de précarité chez les jeunes) Il serait, toujours à mon sens, plus profitable de rendre obligatoire des conventions collectives de travail équitables fixant des barèmes salariaux adéquats pour chaque secteur.

  • Andrea martinho le 12.12.2019 08:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    arrêtons avoir les yeux fermés

    Foutage de gueule des suisses sais une honteux donne salaire minimum aussi bas avec tout qui nous reste à payer avec les assurances obrigatoire en augmentation sans arrêt il nous prenion pas des moutons vraiment ils faut on réveil

    • Damien le 12.12.2019 09:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Andrea martinho

      Allez en France !

    • solange le 12.12.2019 10:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Damien

      je ne vois pas le rapport!

    • Damien le 12.12.2019 11:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @solange

      Le rapport, c'est qu'à force de se plaindre à longueur de journée, ces mêmes personnes feraient mieux d'aller vivre dans un autre pays pour voir si la vie est meilleure. La France est un exemple parmi tant d'autres. Juste histoire qu'ils comprennent qu'ils finiraient par revenir la queue entre les jambes.