Réforme des pensions

20 février 2019 19:58; Act: 20.02.2019 20:04 Print

Le personnel de l'Etat de Fribourg dans la rue

Plus de 3000 employés de l'Etat de Fribourg ont manifesté mercredi soir pour protester contre le projet d'assainissement de leur caisse de pension.

storybild

Des salaries de la ville de Fribourg manifestent pour protester contre la revision de la Caisse de prevoyance du personnel de la ville de Fribourg (CPPVF), 18 fevrier 2019. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les employés de l''Etat de Fribourg demandent une amélioration des conditions de la réforme de la caisse de retraite menée par le conseiller d'Etat Georges Godel.

«Le projet du Conseil d'Etat est inacceptable», a lancé à Fribourg Gaétan Emonet, de la Fédération des associations du personnel des services publics du canton de Fribourg (Fede). «L'Etat se désengage de ses responsabilités et met en péril la qualité des services publics», a ajouté l'enseignant et député socialiste au Grand Conseil.

Selon lui, la baisse des rentes pourrait atteindre jusqu'à 25% pour certaines catégories d'âge. «Les vraies négociations n'ont pas encore commencé. Le Conseil d'Etat ne devrait pas essayer de passer en force», a-t-il encore dit, en précisant que l'objectif consistait notamment à obtenir une meilleure répartition des efforts.

Pas si dramatique

«On tend à toujours peindre le diable sur la muraille à Fribourg», a renchéri Gaétan Zurkinden, secrétaire régional du Syndicat des services publics (SSP). Ce dernier a indiqué que la Caisse de prévoyance du personnel de l'Etat de Fribourg (CPPEF) affichait le deuxième meilleur taux de couverture des cantons romands, derrière le Valais.

Dans la foule, réunie place Georges-Python et comprise entre 3000 et 4000 personnes, selon la police et les organisateurs, on pouvait lire des slogans dénonçant la situation sur la base des propositions avancées par le Conseil d'Etat. «La retraite, pas la traite», arborait ainsi une pancarte.

Après les discours, les manifestants sont partis en cortège. Ils ont rallié l'Hôtel cantonal, siège du Grand Conseil, non sans passer devant le bâtiment de la Direction des finances (DFIN) de Georges Godel. De premiers pourparlers ont commencé avec les représentants du personnel, au terme desquels le ministre démocrate-chrétien a affirmé avoir pris bonne note des revendications.

Menace d'escalade

Une nouvelle rencontre doit avoir lieu lundi. Ensuite, la Fede et le SSP vont réunir une assemblée du personnel mercredi prochain. Les participants seront informés de l'évolution des discussions. Les employés trancheront alors sur la suite à donner, avec l'éventuelle organisation d'une journée d'action et de grève le 13 mars.

La manifestation de mercredi intervenait 48 heures après la résolution d'un conflit du même type autour de l'assainissement de la réforme de la Caisse de pension du personnel de la ville de Fribourg (CPPVF). Le dossier a connu son épilogue lundi soir, après une grève d'environ un quart des plus de 600 employés de la ville lundi après-midi.

Le Conseil général, à majorité de gauche, a décidé d'améliorer les conditions de la réforme, en votant un montant supplémentaire de 4 millions de francs pour atténuer l'ampleur des baisses de rentes. Sur le plan cantonal, le projet de révision du gouvernement fribourgeois est en phase de consultation jusqu'au 15 mars.

Péjoration dénoncée

La précédente assemblée du personnel, le 29 janvier, avait rassemblé quelque 600 employés. Elle avait rejeté les trois variantes proposées par le Conseil d'Etat et constaté globalement que le projet gouvernemental «constituait une péjoration sans précédent des conditions de retraite du personnel de l'Etat de Fribourg».

La situation actuelle de la CPPEF est marquée par une diminution du degré de couverture, avait fait savoir en novembre dernier le Conseil d'Etat en lançant la consultation. La caisse compte 19'300 assurés, dont 6140 rentiers, parmi lesquels se trouvent 5000 retraités.

(nxp/ats)