Suisse

17 janvier 2014 11:43; Act: 17.01.2014 12:15 Print

Le peuple s'exprimera en mai sur le Gripen

Les Suisses pourront se prononcer sur quatre sujets, dont la loi sur le fonds destiné à l'achat de l'avion de combat suédois, lors des votations fédérales du 18 mai.

Voir le diaporama en grand »
04.05 Selon un sondage publié par «SonntagsBlick», 52% des Suisses diraient «non» au Gripen, confirmant ainsi la tendance qui se dessinait à la mi-avril avec la publication de l'enquête de la SSR. 30.04 Per Thöresson, le controversé ambassadeur suédois en Suisse, va être prochainement remplacé. M. Thöresson est sous le feu des critiques pour son lobbying en faveur des avions de combat Gripen. Le ministre suédois des affaires étrangères Carl Bildt parle d'une «rotation habituelle». 25.04 L'envol du Gripen le 18 mai est tout sauf acquis. Le ministre de la défense Ueli Maurer a fort à faire pour convaincre la population de la nécessité d'acquérir un nouvel avion de combat. Les remous entourant ce dossier depuis le début pourraient être fatals. 07.04 Malgré des sondages défavorables et malgré une campagne agitée, Ueli Maurer veut croire que les Suisses accepteront l'achat de Gripen le 18 mai prochain. 06.04.2014 Des partisans du Gripen ont déjà un plan B sous la main, au cas où le peuple refuserait l'achat des avions de combat. 31.03 L'alliance «Non aux milliards pour des avions de combat» part en campagne contre l'achat de 22 Gripen pour un montant de 3,126 milliards de francs. 30.03 Le constructeur suédois Saab a décidé de confier le module radio des nouveaux avions suisses à l'entreprise américaine Rockell Collins, et non à un fabriquant helvétique. 11.02.2014 Le ministre de la défense Ueli Maurer a lancé mardi la campagne en vue de la votation sur l'achat des Gripen, soumis au peuple le 18 mai. 29.01.2014 Les Suisses voteront le 18 mai sur le financement de l'achat de 22 avions de combat Gripen, comme l'ont réclamé la gauche, des militants écologistes et des antimilitaristes, a annoncé mercredi la Chancellerie fédérale à Berne. 04.12.2013 Le référendum contre les avions de combat a recueilli environ 80'000 paraphes, alors que le délai de récolte n'échoit que dans six semaines. La votation devrait avoir lieu le 18 mai prochain. 15.02.2013 Saab et les autorités suédoises ont signé vendredi un accord sur le Gripen pour la période 2014 à 2026. Le doute subsiste sur le prix qu'il coûtera à la Suisse. 14.11 Ueli Maurer a une nouvelle fois défendu mercredi le choix du Gripen. Le Conseil fédéral a transmis au Parlement sa proposition d'achat pour 22 avions suédois pour un peu plus de 3 milliards de francs. 12.10 La presse a été conviée vendredi à Emmen (LU) pour la présentation du Gripen de démonstration. 11.10 Le Gripen a été présenté au public à Brienz (BE). En novembre, le ministre de la Défense, Ueli Maurer, expliquait pourquoi le Conseil fédéral avait choisi le Gripen: il est techniquement excellent et répond à toutes les exigences de l'armée suisse. C'était de loin la solution la plus avantageuse à l'achat et à long terme. Le Gripen équipe les armées de l'air de Suède, de Tchéquie, de Thaïlande et de Bulgarie.

Sur ce sujet
Une faute?

Outre la loi sur le fonds Gripen, le Conseil fédéral a mis au menu l'initiative populaire sur les salaires minimums et celle contre les pédophiles ainsi que le contre-projet à l'initiative sur la médecine de famille.

La loi sur le financement des nouveaux avions de combat ne sera soumise au vote que si le référendum aboutit, a précisé vendredi le Conseil fédéral. Cela ne fait guère de doute, le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), la gauche et les Vert'libéraux ayant déposé mardi près du double des 50'000 signatures requises.

Il s'agit de financer l'achat de 22 jets Gripen du fabricant suédois Saab. Un fonds alimenté durant dix ans par 300 millions de francs par an prélevés sur le budget de l'armée permettrait de réunir les 3,126 milliards nécessaires.

Le peuple se prononcera aussi de nouveau sur une question de rémunération avec l'initiative de l'Union syndicale suisse qui réclame un salaire minimum de 4000 francs par mois. Alors que son refus par le Parlement était joué d'avance, droite et gauche ont croisé le fer au National durant des heures lors de la dernière session. Le texte doit réunir la majorité des cantons.

Sans recommandation de vote

Les Suisses voteront encore sur l'initiative de la Marche blanche «pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants». Le texte veut interdire à vie à une personne condamnée pour atteinte à l'intégrité sexuelle d'un enfant d'exercer une activité en contact avec des mineurs. Le Parlement n'a pas donné de mot d'ordre, les deux Chambres ne s'étant pas mises d'accord.

Pour barrer la route à l'initiative, il a toutefois adopté l'an dernier un tour de vis. Les pédophiles seraient frappés de sanctions différenciées en fonction de la gravité des actes pouvant aller jusqu'à l'interdiction à vie. Mais elles pourraient aussi être appliquées pour des actes commis hors du cadre professionnel comme un club sportif. Ces mesures n'ont pas fait reculer les initiants.

Satisfaits du contre-projet concocté par le Parlement et des mesures du Conseil fédéral pour revaloriser leur profession, les médecins de famille ont en revanche retiré leur initiative. Au lieu d'une promotion se limitant aux généralistes, les Suisses voteront sur un nouvel article constitutionnel en faveur de la médecine de base, ce qui inclut des professions comme les infirmières ou les physiothérapeutes.

(ats)