Crash au Tessin

12 septembre 2018 12:09; Act: 12.09.2018 15:59 Print

«Il connaissait sa machine, on ne comprend pas»

par Pauline Rumpf/vde - Le pilote décédé dans un accident d'avion au Tessin mardi est un Romand, basé à Courtelary (BE). Il était expérimenté sur son appareil. Dans son club, c'est l'incompréhension.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Un accident d'avion s'est produit au sommet du Val Bedretto, du côté tessinois du col du Nufenen, apprenait-on mardi. Le pilote était seul à bord du moto-planeur biplace. Il est resté prisonnier du cockpit en feu, et est décédé de ses blessures. Il s'agit d'un Romand, co-propriétaire de la machine, basée à l'aérodrome de Courtelary (BE), révélait ce matin la presse tessinoise.

Le planeur motorisé avait décollé dans l'après-midi de l'aérodrome de Courtelary. Ce type d'avion apprécié des plaisanciers permet de faire des longues distances dans le cadre d'un «vol d'Alpe», explique un connaisseur. Profitant de bonnes conditions météo, il aurait donc survolé les Alpes pendant au moins 120 kilomètres, mais l'enquête doit encore déterminer le trajet exact de son vol. Les causes de l'accident doivent elles aussi être éclaircies.

Le pilote était un passionné, très actif dans le Groupe de vol à voile de Courtelary (GVVC), un club spécialisé dans les planeurs. «Cet avion-là était doté d'un moteur, c'est une exception ici, raconte le co-propriétaire de l'appareil, qui a souhaité rester anonyme. Ce pilote connaissait bien la machine, il volait dessus depuis des années, et l'avion avait passé tous les contrôles d'entretien obligatoires. On ne comprend pas ce qui s'est passé.»

«Pour le club, c'est évidemment un choc, on accuse le coup, réagit Stefano Gori, président du GVVC. On perd un collègue, et un ami. On attend maintenant les résultats de l'enquête pour avoir des réponses.»