Suisse

30 mars 2014 10:40; Act: 30.03.2014 13:37 Print

Le président du PLR veut dépasser le PS en 2015

Dix-huit mois avant les élections fédérales de 2015, Philipp Müller a lancé la campagne. Il a fixé comme objectif à son parti de dépasser le PS et de devenir la deuxième formation de Suisse.

storybild

Devant l'assemblée des délégués du PLR, Philipp Müller n'a pas caché ses ambitions pour le parti. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président du PLR n'entend pas revenir sur les deux sièges du PLR au Conseil fédéral. «Si nous devenons la deuxième force du pays, nous avons un droit incontestable à deux sièges au Conseil fédéral», déclare Philipp Müller dans une interview publiée dimanche dans le «SonntagsBlick». Mais même si le PLR reste à la troisième place, la formule magique doit toujours s'appliquer, comme aujourd'hui, selon lui.

La formule magique, avec deux ministres pour les trois plus grands partis et un pour le quatrième, doit continuer à être appliquée, d'après lui. «Le siège du PBD appartient à l'UDC», estime-t-il.

Faute de soutien suffisant, la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf échoue régulièrement devant le Parlement avec ses projets, note le président du PLR. Il fait référence à la «Lex USA», la convention sur les successions avec la France et le programme d'austérité CRT, tous rejetés. «Sans un fort soutien, gouverner n'est guère possible», lance M. Müller.

Pour le président du PLR, il est également exclu que son parti renonce à un siège en faveur d'une union ou d'un groupe parlementaire composé du PDC et du PBD. «Si le PDC et le PBD fusionnent et que la nouvelle formation devienne le troisième parti, ils pourraient alors prétendre à deux sièges au gouvernement», reconnaît-il.

Faire l'impossible

M. Müller admet que de dépasser le PS est un gros défi. Les socialistes ont récolté 18,7% des suffrages lors des élections fédérales de 2011, contre 15,1% pour les libéraux-radicaux. «Avec mon équipe, je veux rendre l'impossible possible», explique-t-il.

Le parti socialiste apparaît toutefois actuellement affaibli aux yeux de Philipp Müller. Ce dernier accuse le président du PS, Christian Levrat, d'être coresponsable de la défaite de la votation sur l'initiative anti-immigration le 9 février, car les syndicats n'ont pas pleinement soutenu la libre circulation des personnes.

Lors de l'assemblée des délégués samedi, le PLR a adopté sa stratégie pour les élections, qui se base sur trois piliers: la liberté, la cohésion et l'innovation.

Mais la cohésion ne signifie pas que le PLR est social dans le sens socialiste, explique M. Müller. Au contraire, il implique de prendre des responsabilités et, par exemple, «de ne pas laisser des montagnes de dette à nos enfants et petits-enfants», précise-t-il.


Pour la Suisse dans l'Europe

De leur côté, les délégués socialistes Réunis à Malleray (BE) se sont concentrés sur la délicate question des relations avec l'Union européenne après le vote du 9 février dernier. Les orateurs ont plaidé pour le maintien résolu de l'ouverture de la Suisse sur l'UE.

Dans ce sens, les délégués socialistes ont adopté la résolution «Ensemble pour une Suisse sociale et ouverte dans une Europe sociale et prospère». Dans ce cadre, le PS s'engage à se battre pour une meilleure protection des salaires, le développement des mesures d'accompagnement et contre toute réglementation discriminatoire.

Sans grande discussion et sans opposition, les militants du PS ont recommandé de voter «non» à l'achat des Gripen. Ils disent «non» également à l'initiative populaire «Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec les enfants» et «oui» à l'arrêté fédéral sur les soins médicaux de base. Le soutien au salaire minimum n'a fait aucun doute.

Référendum sur le Gothard

Réunis à Ziegelbrücke (GL), les délégués des Verts suisses ont littéralement et d'une seule voix «jeté à la poubelle» l'achat de 22 avions de combat Gripen, en organisant un lancer d'avions en papier en direction d'une poubelle. Sans trouver la même unanimité, ils ont aussi recommandé le «oui» au salaire minimum.

Ils ont en outre rappelé qu'ils allaient lancer un référendum contre le percement d'un deuxième tube routier au Gothard, si le projet devait être approuvé au parlement.

La direction du parti a été confirmée pour un nouveau mandat de deux ans, avec toutefois un nouveau venu, Luca Maggi en tant que nouveau représentant des Jeunes Verts.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MaurOli le 30.03.2014 12:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    PLR à côté de ses pompes

    Depuis les années 60 le parti radical puis PLR est responsable de sa descente en enfer. À force de dire toujours (comme le fait encore notre ancien Couchepin): je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire! Ils ne sont plus crédibles du tout. Il faudra bien des années pour refaire une image de liberté d'innovation et de dynamisme pour faire oublier également leurs "casseroles"...! Quant au PBD il ne représente QUE la conseillère elle-même et personne d'autre. Surtout pas l'UDC. Preuve que le PLR a une vision très claire de la politique suisse. On n'est pas sorti de l'auberge...! ;0)

  • La Fouine le 30.03.2014 12:05 Report dénoncer ce commentaire

    PLR idées dépassées

    Que le PLR dépasse le PS n'est pas important. Leurs idées sont complètement dépassées mais ils ne sont pas dangereux pour la Suisse. En revanche il en va de tout autre pour le PS, il faudrait, pour que nous allions de l'avant, qu'ils ne bénéficient plus que d'un seul strapontin au C Nat et un seul au C. des Etats. Enfin pas un strapontin mais un botte-cul afin que l'on puisse plus rapidement donner un coup de pied dans la béquille lorsqu'ils l'ouvrent!

  • PicSous le 30.03.2014 15:27 Report dénoncer ce commentaire

    Ce ne sera pas difficile

    Depuis que les socialistes ne font plus rien et attendent que les autres partis lancent des initiatives il va certainement disparaître. La seule préoccupation des socialistes c'est de diminuer le salaire des cadres au lieu de s'occuper à faire augmenter le nôtre et à baisser nos charges et nos impôts

Les derniers commentaires

  • jack le 31.03.2014 13:00 Report dénoncer ce commentaire

    belle erreur

    Ils auraient jamais du fusionner!

  • le vourm le 30.03.2014 15:51 Report dénoncer ce commentaire

    c'est permis de rêver

    HA HA HA y en a qui rêve foi d'UDC

  • PicSous le 30.03.2014 15:27 Report dénoncer ce commentaire

    Ce ne sera pas difficile

    Depuis que les socialistes ne font plus rien et attendent que les autres partis lancent des initiatives il va certainement disparaître. La seule préoccupation des socialistes c'est de diminuer le salaire des cadres au lieu de s'occuper à faire augmenter le nôtre et à baisser nos charges et nos impôts

    • MaurOli le 30.03.2014 15:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      PS dangereux pour la Suisse

      Il est très vrai que l'appel d'air laissé par l'incompétence du PLR aux socialistes, a rendu ces derniers très dangereux pour les intérêts de la Suisse, car comme des sangsues ils pompent les ressources du pays. À part introduire des taxes ou augmenter les impôts au nom de la soi-disante "solidarité" (= générosité avec l'argent des autres) pour financer leurs projets éculés et leurs présences, il n'y a rien d'innovateur en leurs propos affligeants (Levrat est l'exemple type). Ce qu'il faut en Suisse, comme dans les pays européens, c'est une force nouvelle créatrice et entrepreneuriale.

  • MaurOli le 30.03.2014 12:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    PLR à côté de ses pompes

    Depuis les années 60 le parti radical puis PLR est responsable de sa descente en enfer. À force de dire toujours (comme le fait encore notre ancien Couchepin): je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire! Ils ne sont plus crédibles du tout. Il faudra bien des années pour refaire une image de liberté d'innovation et de dynamisme pour faire oublier également leurs "casseroles"...! Quant au PBD il ne représente QUE la conseillère elle-même et personne d'autre. Surtout pas l'UDC. Preuve que le PLR a une vision très claire de la politique suisse. On n'est pas sorti de l'auberge...! ;0)

  • Margot le 30.03.2014 12:14 Report dénoncer ce commentaire

    Il est grand temps, c'est évident

    Cette partie à mon soutien à 100% en raison de l'ignorance générale et flagrante des parties politiques de la gauche dans notre pays.

    • Georges B. le 30.03.2014 15:46 Report dénoncer ce commentaire

      Brave Margot

      Ah... les parties politiques... Quelle inextinguible source de plaisir ...