Militante basque

24 avril 2017 16:30; Act: 25.04.2017 07:32 Print

Le rapporteur de l'ONU fustige Berne

Nils Melzer, rapporteur de l'ONU contre la torture, demande à la Suisse de ne pas extrader l'activiste. Elle aurait fourni des aveux sous la contrainte.

storybild

Nekane Txapartegi (Photo: Guardia civil)

Sur ce sujet
Une faute?

Le rapporteur de l'ONU contre la torture demande à la Suisse de ne pas extrader la militante basque Nekane Txapartegi vers l'Espagne. Le Zurichois Nils Melzer estime que la condamnation de l'activiste dans son pays a pu être prononcée après des aveux sous la torture.

«La Suisse se doit de respecter l'interdiction absolue de la torture», a-t-il affirmé lundi. Le Tribunal pénal fédéral (TPF) doit encore se prononcer sur la décision de l'Office fédéral de la justice (OFJ) de renvoyer vers l'Espagne Nekane Txapartegi. Cette mesure «semble» avoir violé la Convention contre la torture, explique M. Melzer.

En 2007, la militante s'était vu infliger six ans et neuf mois de prison pour collaboration avec l'organisation séparatiste ETA, peine confirmée deux ans plus tard. En 2017, elle est révisée à trois ans et six mois, à la suite d'un changement de loi.

Avant d'être incarcérée, Nekane Txapartegi avait fui vers la Suisse sous une fausse identité. Après son arrestation à Zurich le 6 avril 2016, l'OFJ avait décidé le 22 mars dernier de l'extrader.

Plusieurs viols présumés

Mais au moment de son interpellation en Espagne, elle avait été détenue à l'isolement pendant cinq jours à Madrid. «Au cours des 120 premières heures de sa détention, Mme Txapartegi aurait été soumise à des actes de torture», ajoute encore M. Melzer.

Il mentionne notamment de présumés viols, coups, asphyxies, chocs électriques, longues privations de sommeil ou encore une simulation d'exécution. «Ce n'est qu'au terme de cinq jours d'interrogation brutale que Mme Txapartegi aurait confessé avoir participé aux activités criminelles de l'ETA».

Selon M. Melzer, «de multiples et sérieux éléments» laissent penser que la condamnation pénale en Espagne, qui a provoqué la demande d'extradition, a été obtenue sous contrainte. Les autorités fédérales «ne semblent pas avoir pris en considération» des témoignages et des rapports médicaux légaux, en Espagne et en Suisse, qui valident les allégations de torture.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Remau le 24.04.2017 17:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dehors

    Dehors! C'est un mensonge Cela fait longtemps que l'Espagne applique et respecte les droits des prisonniers Par contre l'ETA n'a jamais rien respecté. Surtout pas les vies de tant d'innocents tués et leurs familles dévastées La peine qu'elle encoure est ridicule alors DEHORS! Ne nous rendons pas complices du terrorisme

  • Clasher le 24.04.2017 17:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les journaux ne sont pas des tribunaux.

    La logique de cet onusien est lumineuse : l'Espagne aurait torturé une prisonnière, alors il hurle sur...la Suisse. Pas un mot contre Madrid. Soit ces allégations sont fausses, soit il faut changer le système judiciaire espagnol; cour européenne des droits de l'homme, TPI, UE, tout ce que l'on veut. Mais se contenter de planquer une seule supposée victime -ce qui implique qu'on laisse tomber les autres -en jugeant urgent de ne pas froisser l'Espagne...

  • bady le 24.04.2017 17:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    responsabilité

    ce n'est qu'une criminelle rien à faire ici qu'elle assume.

Les derniers commentaires

  • Pedro Gonzalez le 25.04.2017 06:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas toujours juste

    La pratique de la torture a été publiquement avouée par la garde civile espagnole. Les faits sont bien réels. La Suisse se doit d'appliquer les lois en vigueur. Malheureusement celles-ci ne protègent pas toujours les bonnes personnes et l'Espagne a une grande part de responsabilité dans cette affaire.

  • Jean Luc le 25.04.2017 00:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    rapporter ailleurs

    Que l'ONU se débrouille avec l'Espagne ,membre de la grande UE !

  • Hotch le 24.04.2017 21:32 Report dénoncer ce commentaire

    ONU, socialistes : même combat

    C'est exactement ce que soutient cesla amarelle : il faut être gentils avec les terroristes. Une bonne raison pour - évacuer sans délai cette criminelle vers l'Espagne - voter de manière intelligente (pour les Vaudois)

  • Hansueli le 24.04.2017 19:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oh que si

    Suite logique: délation puis expulsion ! moi je dis bravo la chouisse !

  • Flooo le 24.04.2017 19:33 Report dénoncer ce commentaire

    Les vrais terroristes

    En Suisse-Romande nous accueillons des émirs du GIA, des anciens d'al-quaeda, de l'UCK et des membres de daech appelés poliment des "policiers ouïgours".... Et on veut rendre aux espagnoles une militante indépendantiste basque ? Elle a tué combien de civil cette dame ? Comparés aux frères musulmans et autres pourriture soit-disant islamique ? Le sens de priorité il est où ?

    • Nana97 le 25.04.2017 00:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Rien Que Ça

      Owned :)