Suisse

05 janvier 2016 08:04; Act: 05.01.2016 09:53 Print

Le renvoi des secondos déchire l'UDC

par Pascal Schmuck, Zurich - Des voix s'élèvent au sein du parti pour demander une application mesurée de l'initiative pour le renvoi des criminels étrangers.

storybild

Le conseiller national Hans-Ueli Vogt (UDC/ZH, au premier plan) a été désavoué par Christoph Blocher.

Sur ce sujet
Une faute?

L'UDC affiche ces derniers jours une cacophonie rare au sein d'un parti pourtant réputé pour sa discipline et sa rigueur. Mais les propos de son conseiller national zurichois Hans-Ueli Vogt pour exempter les secondos de l'initiative pour le renvoi des criminels étrangers ont mis le feu aux poudres.

A tel point que même Christoph Blocher est monté au front, désavouant son élu. «Hans-Ueli Vogt n'exprime que son avis personnel qui contredit aussi bien l'initiative que le droit», a asséné le vice-président du parti dans une interview au Tages-Anzeiger.

Hans-Ueli Vogt n'est pas isolé

Des propos à peu près comparables à ceux déjà délivrés dimanche par le secrétaire général du parti, Martin Baltisser. Christoph Blocher ne se dit toutefois pas dérangé par les divergences au sein de son parti, où les membres sont «libres d'exprimer leur opinion».

Une prudence bienvenue car Hans-Ueli Vogt est loin d'être isolé au sein du parti, où il a reçu des soutiens de poids. «Sa proposition serait une base pertinente pour une application différenciée», a estimé le conseiller aux Etats schwyzois Alex Kuprecht.

Son collègue thurgovien aux Etats Roland Eberle approuve, jugeant l'idée «intelligente». Selon lui, les juges doivent utiliser leur marge de manoeuvre au nom du principe de la proportionnalité.

Hannes Germann veut de la mesure

Le conseiller aux Etats schaffhousois Hannes Germann, pourtant membre du comité d'initiative, soutient ses confrères. «Nous arriverons à préserver un certain sens de la mesure dans la mise en oeuvre», a-t-il déclaré à Radio 24, ajoutant qu'il existe une catégorie d'étrangers qui doit être spécialement surveillée.

La cacophonie au sein de l'UDC fait la joie des opposants à l'initiative, à moins de huit semaines de la votation. Ce dont comptent bien mettre à profit les adversaires bourgeois du texte, comme Hans-Jürg Käser (PLR/BE). Le président de la conférence des directeurs des départements cantonaux de justice et police (CDDJP) prévoit une campagne d'information qui informera les citoyens des conséquences de l'initiative.

(nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Kurt Sempach le 05.01.2016 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    Une tempête dans un verre d'eau

    Secondos ou non, si on n'a pas le passeport suisse, on est considéré légalement comme étranger. Et le peuple ayant déjà approuvé l'initiative sur le renvoi (la votation du 28 février à venir étant une façon pour le peuple de forcer le Parlement à enfin appliquer sa volonté), un étranger qui commet un crime grave (viol, meurtre, etc.) n'a rien à faire chez nous et doit être expulsé, c'est tout, c'est simple, c'est la règle !

  • bobo le 05.01.2016 10:16 Report dénoncer ce commentaire

    très bien

    Au moins ça démontre qu'à l'UDC on peut faire autrement que de suivre la ligne du parti radicalement comme au PS...Cette initiative est parfaite. Les gens n'ont qu'à se comporter correctement et ils ne risqueront rien! Et en quoi ce serait mauvais pour l'économie du pays si on expulse des délinquants et des criminels? Ca enlèvera du boulot aux assistants sociaux et autres personnes qui vivent grâce à ces délinquants?

  • Observateur le 05.01.2016 11:06 Report dénoncer ce commentaire

    Avant de les expulser....

    ...il faudrait trouver le moyen de ne pas les faire entrer.... c'est ça la clé. Là, on ne s'attaquerait (de manière maladroite) qu'aux conséquences et non aux causes...

Les derniers commentaires

  • To Go le 06.01.2016 18:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trop de facho en Suisse.

    Il n'y pas plus criminel que les sales NAZI. Pourtant.

  • Blaise le 06.01.2016 12:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N'importe quoi

    Faut mieux réfléchir a qui on donne la nationalité suisse! Et une fois donne il faut assumer et nn pas la donner pour que on s'installe avec la famille enfants et que on te mette dehors parce que tu as fait un excès de vitesse après 20 ans !

  • a. mordan le 06.01.2016 09:26 Report dénoncer ce commentaire

    Tout crime se paie

    Un criminel reste un criminel qu'il soit ou pas de la génération des "secondos". Pourquoi toujours tergiverser quand il s'agit de sévir? Sinon, à quoi servent les lois et le gouvernement?

  • El Capitan le 06.01.2016 09:24 Report dénoncer ce commentaire

    A quoi sert le renvoi ?

    A quoi sert le renvoi s'il n'intervient qu'après la peine de prison ? Ces étrangers/secundos criminels auront purgé leur peine, alors foutons-leur ensuite la paix. Après quoi, l'UDC veut durcir les procédures de naturalisation, veut instaurer la déchéance de la nationalité pour certains crimes, et veut supprimer la dépendance au droit international. Tout cela a un relent nauséabond d'eugénisme national, on veut une Suisse propre, avec uniquement des Suisses "de souche" et des étrangers qui se tiennent à carreau. Et visiblement, ça plait !

  • ynot le 06.01.2016 05:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Expulser les bad segundos no bueno

    Le renvoi des criminels "segundos" est non conforme à l'art. 8 de la Constitution fédérale. Ce qui, pour une future loi est, disons-le tout net "no bueno". Expulser des criminels étrangers, ça passait limite. Renvoyer des "segundos" ou bi-nationaux vers le pays de papa/maman, ça, ça ne va plus être possible sans créer un fâcheux précédent qui établirait de fait 2 catégories de citoyens devant la loi: il y aurait donc des Suisses non expulsables et des Suisses expulsables devenant du coup nettement moins Suisses. Je vous l'ai dit: no bueno! Les Pistoleros de l'udc devraient réfléchir des fois.