Inquiétude des chercheurs

22 mai 2019 06:06; Act: 22.05.2019 14:28 Print

Le sperme des Suisses est de mauvaise qualité

Les chercheurs sont inquiets pour la fertilité en Suisse: la qualité de la semence des jeunes est parmi les plus mauvaises d'Europe.

storybild

Image d'illustration. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour la première fois, le sperme des jeunes Suisses a été évalué au niveau national. Et les résultats s'avèrent inquiétants, selon l'Université de Genève (UNIGE). La qualité de la semence helvétique est parmi les plus mauvaises d'Europe.

Dans le cadre du recrutement militaire, les chercheurs de l'UNIGE ont étudié le profil de 2523 jeunes hommes de 18 à 22 ans, provenant des quatre coins du pays, conçus et nés en Suisse. Ces garçons ont répondu à un questionnaire sur leur santé, leur mode de vie, leur alimentation, leur éducation. Leurs parents ont aussi été interrogés.

Le sperme des recrues a été analysé en fonction du nombre de spermatozoïdes trouvés par millilitre (ml), la mobilité de ces spermatozoïdes et leur morphologie. Chacun de ces trois critères, pris séparément, peut potentiellement affecter la fertilité. Le problème peut devenir encore plus aigu lorsqu'ils se combinent.

Baisse de qualité générale

Les résultats trouvés par l'UNIGE, publié mercredi, sont jugés préoccupants. Des études épidémiologiques ont déjà mis en avant une dégradation de la qualité du sperme au fil des décennies dans les pays industrialisés. Il y a cinquante ans, le sperme contenait encore 99 millions de spermatozoïdes par ml.

Aujourd'hui, les concentrations médianes, qui varient d'un pays à l'autre, se situent entre 41 et 67 millions de spermatozoïdes par ml. Avec 47 millions de spermatozoïdes par ml, les jeunes Suisses se trouvent en queue de peloton avec le Danemark, la Norvège et l'Allemagne, fait savoir l'UNIGE.

Selon les spécialistes, en dessous de 40 millions de spermatozoïdes par ml, le temps pour parvenir à la conception d'un bébé augmente significativement. Avec moins de 15 millions de spermatozoïdes par ml, un homme peut être considéré comme «subfertile» et rencontrera probablement des problèmes pour concevoir un enfant, note l'UNIGE.

Les résultats de l'étude indiquent que 17% des 2523 jeunes Helvètes passés au crible se classent dans cette catégorie de «subfertile». D'autre part, un jeune sur quatre possède moins de 40% de spermatozoïdes mobiles. Enfin, le taux de formes morphologiquement normales est inférieur à 4% chez 40% des sujets étudiés.

«Pris globalement, ces résultats suggèrent que la qualité spermatique des jeunes hommes en Suisse est critique et que leur fertilité future sera vraisemblablement affectée», note l'UNIGE. Les chercheurs genevois n'ont pas observé de différences entre les régions du pays ou le lieu de résidence en milieu rural ou urbain.

Cancer des testicules

L'étude a aussi permis d'établir une corrélation entre la mauvaise qualité du sperme et la hausse des cas de cancer des testicules en Suisse. «La qualité du sperme est généralement inférieure dans les pays où l'incidence de cancer testiculaire est élevée», relève le professeur de médecine génétique de l'UNIGE Serge Nef.

L'UNIGE va tenter maintenant d'identifier les causes de cette faible qualité du sperme en Suisse, en évaluant divers facteurs, environnementaux ou de style de vie. Les chercheurs aimeraient aussi pouvoir retrouver dans dix ans les 2523 jeunes qui se sont prêtés à l'étude, afin de réaliser un suivi de leur santé reproductive.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Doc le 22.05.2019 06:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je parie que c'est

    La mauvaise nouriture, les pesticides, l'alcool, le tabac et le stress.

  • Aucun le 22.05.2019 06:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aucun

    Si ce n'est que la fertilité c est pas très grave. Méthode naturelle pour limiter la surpopulation sur terre. Par contre le cancer la c est plus embêtant.

  • Nicole le 22.05.2019 06:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La nature se défend

    C'est pas si grave, on est déjà trop sur cette planète !

Les derniers commentaires

  • Je dis ça le 24.05.2019 10:42 Report dénoncer ce commentaire

    Je dis rien

    Merci à la malbouf, aux Aliments industriels, aux materiaux de construction remplis de COV qui font que l'air dans nos habitations est plus pollué que dehors, sans compter les fumettes et autres boissons soit disant e energisantes elles ne stimulent en tout cas pas les spermatozoïdes. Vive l'effet cocktail..

  • Gilles le 24.05.2019 06:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Échantillonnage

    Ah ces chercheurs :) Ils n'ont peut-être pas pris les meilleurs spécimens pour leurs statistiques

  • iodine deficiency le 23.05.2019 19:11 Report dénoncer ce commentaire

    petite carence en iode

    Il ne faut pas chercher plus loin pour découvrir le résultat.

  • Mike le 23.05.2019 11:16 Report dénoncer ce commentaire

    La téléphonie mobile?

    Des études montrent que, sur 3 mois et à haute dose, les ondes utilisées (4G, 5G c'est pire) baisse la fertilité des souris (en plus de créer des cancer, des troubles neurologiques et hormonaux, entre autre...). Nos autorités ont décidé que ce n'était pas transposable sur l'homme à moindre dose et sur une longue période, et comme personne ne finance d'autres études, l'incertitude est totale

    • Alfred le 08.06.2019 10:56 Report dénoncer ce commentaire

      Oui elles sont en partie responsable

      Et pourtant il y a des études là-dessus qui demande des études complémentaire : Mais tout le monde ferme les yeux comme si les ondes étaient indispensable pourtant cela est extremement récent à l'échelle humaine.

  • Hélène le 23.05.2019 09:07 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pas nouveau

    Il y a déjà eu une étude, il y a quelques années et c'était déjà inquiétant. C'est devenu encore pire. Je ne m'inquiète pas, il y a assez d'enfants qui naissent en Suisse.