Meurtre de Zurich-Seefeld

30 avril 2019 16:01; Act: 30.04.2019 16:11 Print

Le suspect avait planifié d'autres passages à l'acte

Un quadragénaire a été mortellement poignardé à Zurich-Seefeld, en été 2016. Le Ministère public vient de déposer l'acte d'accusation contre le tueur présumé et un complice.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le meurtre de Zurich-Seefeld avait fait couler beaucoup d'encre en juin 2016. Un jeune détenu, alors âgé de 23 ans, n'était pas revenu de sa permission au pénitencier de Pöschwies, à Regensdorf (ZH). Une semaine plus tard, un homme de 42 ans avait été trouvé en pleine rue, dans l'arrondissement de Seefeld, mortellement blessé par des coups de couteau. La police avait alors rapidement soupçonné le jeune homme de 23 ans d'être impliqué dans ce crime. Il avait finalement été interpellé en janvier 2017 dans le canton de Berne après avoir voulu acheter une arme sur le darknet.

Le Ministère public zurichois a annoncé ce mardi avoir déposé l'acte d'accusation contre le suspect, désormais âgé de 26 ans, et un de ses anciens co-détenus, un Lituanien de 38 ans. Les deux hommes sont accusés de meurtre, actes préparatoires punissables, tentative de faire évader des détenus et tentative de violation de la loi sur les armes. Le plus jeune, auteur de l'assassinat, a fait des aveux partiels. L'aîné conteste les faits qui lui sont reprochés, a indiqué le Ministère public.

Lourd passé criminel

Concrètement, les deux prisonniers sont accusés d'avoir adressé une lettre anonyme au Grand conseil zurichois, menaçant de tuer une personne au hasard si le Lituanien n'était pas libéré sur-le-champ. Dans le cas où le premier meurtre n'aurait pas entraîné sa libération, le duo avait menacé de tuer davantage de personnes. L'arme que le jeune détenu avait tenté de se procurer sur le darknet aurait justement dû servir à commettre d'autres crimes.

Les deux hommes ont un passé criminel, a indiqué à Keystone-ATS Adrian Kaegi, procureur chargé du dossier. Le Suisse était en prison pour tentative d'extorsion et séquestration. La liste des délits commis par le Lituanien est longue. Il avait exercé un chantage sur la ville de Zurich. Il avait exigé 20 millions de francs, menaçant de poser des bombes à l'aéroport, à la gare principale et dans des écoles. Il avait aussi menacé de tuer un industriel si celui-ci ne lui versait pas 50 millions de francs.

Pour l'instant, on ignore quand le procès aura lieu.


(ofu/ats)