Suisse

13 février 2020 09:24; Act: 13.02.2020 13:14 Print

Le taux de chômage au sens du BIT a reculé

Tous les niveaux de formation ont profité de la baisse du chômage, affirme le Bureau International du Travail (BIT).

storybild

Le Bureau International du Travail (BIT), basé à Genève, a célébré ses 100 ans en 2019.

Sur ce sujet
Une faute?

Le chômage calculé selon le modèle du Bureau International du Travail (BIT) a diminué en Suisse au quatrième trimestre 2019, s'inscrivant à 3,9%, contre 4,6% à la même période un an plus tôt. Au total 192'000 personnes étaient au chômage selon la définition du BIT, a indiqué l'Office fédéral de la statistique jeudi.

Si le chômage des jeunes (15-24 ans) a progressé à 7,7%, contre 7,3% précédemment. Il a par contre diminué tant chez les 25 à 49 ans, à 3,5% de 4,6%) que chez les 50 à 64 ans, à 3,4% de 3,9%.

Tous les niveaux de formation ont profité de la baisse du chômage, tant les personnes sans formation postobligatoire (de 8,3% à 6,7%) qu'avec une formation de degré secondaire (de 4,7% à 4,0%) ou une formation de degré tertiaire (de 3,2% à 3,0%).

Sur la même période, le niveau du chômage a fléchi chez les personnes de nationalité suisse (de 3,5% à 3,0%) et chez les personnes de nationalité étrangère (de 7,5% à 6,3%).

Hausse du travail à temps partiel

En outre, le nombre de chômeurs de longue durée au sens du BIT (1 an ou plus) a fortement reculé de 93'000 à 67'000. La part des chômeurs de longue durée dans l'ensemble des chômeurs a diminué, passant de 41,0% à 34,6%.

Le nombre de personnes travaillant à temps partiel se montait à 1,762 million au dernier trimestre 2019, soit une augmentation de 1,4% sur un an. La part d'actifs occupés à temps partiel était de 17,7% chez les hommes et 59,3% chez les femmes.

L'Union européenne (UE) a aussi vu son taux de chômage diminuer de 6,6% à 6,2% tandis que la Zone euro a profité d'un repli à 7,5%, contre 7,9% un an plus tôt entre le dernier trimestre 2019 et celui 2018.

Hausse de la population active

La population active occupée a également progressé sur la période, augmentant de 0,9% sur un an pour atteindre 5,13 millions de personnes. Les femmes ( 1,7%) ont largement contribué à cette hausse alors que le nombre d'hommes actif occupé est resté quasi stable ( 0,2%).

Entre les derniers trimestres 2018 et 2019, le nombre de travailleurs de nationalité étrangère a progressé de 1,7% et celui de nationalité suisse de 0,5%. Les frontaliers ( 4,5%) ont tiré cette hausse, en partie en raison d'un effet technique, tout comme les titulaires d'un permis d'établissement C ( 1,1%) et de séjour B ( 0,7%). Le nombre d'actifs occupés détenant un permis de séjour de courte durée L a pour sa part chuté de 4,5%.

En termes d'équivalents plein temps (EPT), la hausse entre les derniers trimestres 2018 et 2019 a été de 0,6% (hommes: 0,1%; femmes: 1,4%).

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • roro le 13.02.2020 09:50 Report dénoncer ce commentaire

    ORP puis RI

    et les fins de droit - ceux au social, on n'en tient pas compte. le droit au chômage, c'est une période, ceux qui sont "sortis" du chômage sans travail, arrivent au social. quand les stats mentionneront ce déplacement de population en recherche d'emploi, elles seront enfin justes et crédibles.

  • Jo le taxi le 13.02.2020 09:56 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne crois pas

    Les conclusions de cet article ne correspondent pas à la réalité que j'observe autour de moi. Navré mais pour moi ce sont de fake news.

  • Jules Bretier le 13.02.2020 09:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bla bla

    N importe quoi comme d habitude !

Les derniers commentaires

  • Valentine's Day le 14.02.2020 12:23 Report dénoncer ce commentaire

    cadeau du ciel

    Les infirmières singapouriennes pourront non seulement éviter les files d'attente, mais aussi profiter du déjeuner gratuit défiant les adages dans la dernière initiative pour les travailleurs de première ligne face au coronavirus. Ce vendredi, le jour de la Saint-Valentin, le bureau de circonscription a annoncé le lancement du "MoCa Cares For Nurses", qui permet aux infirmières des hôpitaux et cliniques publics et privés de toute l'île en uniforme de profiter à des ensembles de repas quotidiens gratuits jusqu'au 31 mars. Comme chez nous, au BIT et l'OMS!

    • Blob le 16.02.2020 04:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Valentine's Day

      Bla-bla bla-bla

  • D. Role le 13.02.2020 20:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Juste pour rire

    Ah ah! Après le coconavirus, y en aura des travails pour tous et des appartements libres, dont le prix aura baisé. Lol! Par contre, Lamal risque d'augmenté un peu.

    • Dr Seuss le 16.02.2020 04:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @D. Role

      Du travail ou des travaux, mais travails je ne connais pas ce mot.

    • Maître Capelllo le 16.02.2020 04:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @D. Role

      Ta maîtrise du français me fait pleurer !

  • Beat Me le 13.02.2020 20:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    I've got the BEAT

    Vive le BIT

  • moi le 13.02.2020 19:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    .....

    pour infos chiffre sachez que juste pour la ville de Lausanne les bénéficiaires du RI au CSR/ ORP représentaient à eux seuls 17,50% des demandeurs d'emplois et ils ont augmenté en une année.....

    • source le 13.02.2020 21:29 Report dénoncer ce commentaire

      @moi

      Combien ??? Si vous avez la source, j'aimerais bien. merci !

  • Georges le 13.02.2020 18:42 Report dénoncer ce commentaire

    Suite :

    -Et les patrons en profitent, ils les font bosser pour peu cher et leur signalent l'emplacement "du social" pour arrondir leur salaire en complément. Avec à la clé, aide financière au logement, aide financière à l'assurance maladie. Et ces aides viennent d'où ? Du paiement de nos/vos impôts ! Elle est pas belle la vie ?