Suisse

18 avril 2019 11:55; Act: 18.04.2019 12:11 Print

Le terroriste vaudois présumé reste en prison

Un jeune homme souffrant d'une schizophrénie paranoïde arrêté en juin 2017 pour avoir participé à une organisation criminelle, voit sa détention prolongée.

storybild

Le Tribunal pénal fédéral. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Vaudois soupçonné de terrorisme reste en prison. Le Tribunal pénal fédéral a admis la prolongation de sa détention préventive qui dure depuis son arrestation en juin 2017 à Lausanne. L'homme est jugé dangereux en raison de son état psychiatrique.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a ouvert une enquête à fin juin 2017 pour participation ou soutien à une organisation criminelle et infraction à la loi interdisant les groupes «Al-Qaïda» et «Etat islamique». Cette procédure fait suite à la découverte dans la chambre du jeune homme de bouteilles remplies d'essence et de documents sur l'islam et le Coran.

En février dernier, le MPC a élargi son enquête à l'agression commise en septembre 2018 contre un gardien dans une prison vaudoise. Au cri d'«Allah Akbar», le détenu s'était jeté sur le fonctionnaire qui lui apportait son repas, lui avait donné un coup de poing au visage et avait tenté de l'étrangler. Deux autres gardiens avaient dû intervenir afin de dégager leur collègue.

Quelques jours auparavant, le détenu avait déjà tenté de donner un coup de pied à la tête de cet agent. Il l'avait également menacé de mort.

Grave trouble psychiatrique

Une expertise psychiatrique a révélé que le jeune homme souffrait d'une «schizophrénie paranoïde associée à une dépendance à l'alcool et au cannabis». Un trouble qui imposerait la prise de médicaments et un suivi psychiatrique, des soins que l'intéressé refuse.

Les experts estiment que le risque de commissions de nouvelles violences est important et qu'un traitement institutionnel en milieu fermé s'impose. Saisie d'un recours contre la prolongation de la détention préventive de trois mois, jusqu'au 20 mai 2019, la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral a confirmé la décision du Tribunal des mesures de contrainte vaudois. Elle relève le grave trouble mental chronique dont souffre l'intéressé, ses antécédents de violences conjugales et son délire de persécution.

En février dernier, le Tribunal pénal fédéral avait évoqué la possibilité que la procédure pour terrorisme soit classée. Dans la présente décision, les juges de Bellinzone soulignent la gravité des faits qui justifient cette longue détention préventive. A savoir la tentative de meurtre et la participation à une organisation criminelle ou à une organisation terroriste interdite. (décision BH 2019-4 du 21 mars 2019)

(nxp/ats)