Tessin/Genève

28 juillet 2014 22:44; Act: 28.07.2014 22:49 Print

Les «touristes des achats» se moquent des contrôles

La limitation de l’importation de la viande freine l’appétit des Tessinois. Les Romands, eux, n’ont pas peur des gardes-frontière.

storybild

Les habitudes des clients n'ont pas changé depuis le 1er juillet. (Photo: Reuters/© Jean-paul Pelissier / Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis le 1er juillet, l’importation de viande est limitée à 1 kg, charcuterie comprise. Le surplus est taxé 17 fr. le kilo. A en croire le journal «La Regione», cette nouvelle réglementation pèse sur les petits commerces frontaliers du Tessin. Les boucheries italiennes des régions de Côme, Varese et Sondrio enregistrent des baisses de chiffre d’affaires de 25 à 30%. Rien de tel en France voisine: «Nous n’avons encore observé aucune différence. Mais il faudra attendre la fin des vacances et la rentrée pour se prononcer véritablement», souligne le gérant d’un supermarché de Collonges-sous-Salève (F). A son avis, rien ne va changer: «La différence de prix est trop importante entre les deux pays. Les clients viendront effectuer leurs achats en deux ou trois fois au lieu d’une seule.»

Ou ils frauderont. Car le chaland ne semble pas effrayé par les douaniers: «Un client s’est fait attraper voici quelques mois, poursuit le même commerçant. Il m’a dit: j’ai joué, j’ai perdu, mais je vais recommencer. Car le ratio de personnes contrôlées est ridicule!»

La proportion n’est pas près de changer. Aucun contrôle supplémentaire n’a été effectué depuis le 1er juillet: «Notre objectif n’est pas la chasse à la ménagère. Mais si nous constatons des infractions, nous sévissons comme d’habitude», assure Michel Bachar, porte-parole de gardes-frontière de la région VI.

(phf/jef)