Votation fédérale

27 novembre 2016 04:29; Act: 27.11.2016 17:34 Print

Les Suisses refusent la sortie du nucléaire

Les centrales nucléaires resteront branchées tant qu'elles peuvent fonctionner. L'initiative des Verts a été rejetée dimanche par 54,2% des votants. La participation avoisine les 45%.

Sur ce sujet
Une faute?

L'initiative populaire voulait tirer la prise des centrales au bout de 45 ans et remplacer l'atome par du courant vert. Beznau I, mise en service en 1969, aurait dû arrêter l'année prochaine. Idem pour les centrales de Beznau II et de Mühleberg, construites en 1972. Gösgen aurait dû être débranchée en 2024 et Leibstadt en 2029, soit dans treize ans.

Un résultat clair

Cette perspective a été repoussée par 1,3 million de personnes, alors qu'environ 1 million a glissé un «oui» dans l'urne. Un résultat clair, contrairement à ce que prévoyaient les instituts de sondage, a remarqué la conseillère fédérale Doris Leuthard.

Les plus farouches adversaires du texte se trouvent dans les cantons de Schwyz (68,1%) et d'Appenzell Rhodes-Intérieures (65,8%). L'initiative compte le plus de soutien dans les cantons de Bâle-Ville (60,5%) et de Genève (58,9%), talonnés par ceux du Jura (57,5%), Neuchâtel (56,8%), Vaud (54,6%) et Bâle-Campagne (50,4%). Les Valaisans (53,3%), Fribourgeois (51,5%) et Tessinois (53,7%) ont glissé un petit «non» dans l'urne.

Le refus de l'initiative s'élève à 60,5% dans le canton de Soleure, où se trouve la centrale de Gösgen et à 63% dans celui d'Argovie, qui abrite les centrales de Beznau et celle de Leibstadt. Le canton de Berne, où se situe la centrale de Mühleberg, rejette le texte à 56,2%.

Les initiants n'ont pas réussi à convaincre qu'il fallait mettre un terme rapide à une énergie nucléaire qu'ils jugent dépassée et dangereuse. En plus des risques, le nucléaire serait un «fiasco financier». Avec les bas prix de l'électricité, il ne serait plus rentable.

Proche de 1979

La composition des camps est proche de celle qu'a connue la première initiative sur l'énergie nucléaire rejetée de justesse en 1979, avec 51% de non. La différence entre les régions était toutefois encore plus marquée lors du premier vote antinucléaire.

En 1984, les cantons latins et le Tessin, sauf Fribourg et le Valais, ont soutenu l'initiative «pour un avenir sans nouvelles centrales nucléaires». Dans la partie francophone, le oui ne l'a pas emporté auprès du peuple avec 49,9%, mais a fait tout de même mieux que la moyenne nationale de 45%.

En 2003, les positions exprimées par les deux régions de Suisse se sont rapprochées sur la prolongation du moratoire et «moratoire plus». Avant de refaire le grand écart dimanche, avec une majorité entre 54 et 59% de oui, exprimés à Neuchâtel, Vaud, Jura et Genève.

Refus net dans les cantons à centrales

Le refus de l'initiative s'élève à 60,5% dans le canton de Soleure, où se trouve la centrale de Gösgen et à 63% dans celui d'Argovie, qui abrite les centrales de Beznau et celle de Leibstadt. Le canton de Berne, où se situe la centrale de Mühleberg, rejette le texte à 56,2%.

Les initiants n'ont pas réussi à convaincre qu'il fallait mettre un terme rapide à une énergie nucléaire qu'ils jugent dépassée et dangereuse. En plus des risques, le nucléaire serait un «fiasco financier». Avec les bas prix de l'électricité, il ne serait plus rentable.

Stratégie énergétique renforcée

Les Suisses se sont rangés à l'avis de la droite et du Conseil fédéral. Les Suisses n'ont pas voulu prendre le risque de subir des coupures de courant ou de devoir rembourser les propriétaires des centrales, a lancé la conseillère fédérale PDC.

Durant la campagne, Axpo a articulé le chiffre de 4 milliards de francs de dédommagements, Alpiq évoquant des pertes de 2,5 milliards.

La population veut quitter le nucléaire au profit des énergies renouvelables, mais veut laisser le temps nécessaire à leur développement, a commenté la ministre de l'énergie. «La stratégie énergétique nous donne les instruments pour ce tournant.» Elle sort renforcée de ce vote.

Le paquet de mesures pose les jalons d'un retrait par étapes en visant une réduction de la consommation d'électricité, un accroissement de la part de courant vert et une réduction des émissions de CO2. Adoptée en septembre par le Parlement, la réforme est remise en cause par l'UDC, qui a lancé un référendum.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Schmidt le 27.11.2016 09:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On se réveille

    Arrêtez avec ces arguments fatalistes avancés par le lobby du nucléaire!! Surtout qu'aucun n'est prouvé! Nous avons des exemples de pays et de canton qui sont sortis du nucléaire et ils se portent très bien. Si le oui l'emporte vous pensez vrmt que la Suisse va s'écrouler?? Il est grand temps de prendre des décisions pour les générations futures! Il est temps de changer notre façon de vivre bordel.. On ne pourra pas faire l'autruche avec la tête dans le sable éternellement

  • Jean-Da le 27.11.2016 08:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trop de risques

    Il est temps de sortir d'une énergie qui sème la mort à grande échelle dès qu'il y a un problème et qui produit des déchets dont on ne sait que faire De plus ces gens sont des menteurs qui cachent les problèmes jusqu'à la dernière et qui minimisent les risques. Revenons aux énergies propres

  • bisounours 1er le 27.11.2016 09:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sortir

    J'ai des petits enfants et j'ai voté oui. J'aime mieux devoir me serrer un peu la ceinture que de devoir bouffer des pastilles d'iode. L'énergie propre est là (solaire, éolienne, hydraulique) à nous d'en profiter et de ne pas nous laisser manipuler par les lobby des marchands de mort qui sont souvent vieux et n'espèrent qu'à pouvoir utiliser leure couverture chauffante jusqu'à leure mort.

Les derniers commentaires

  • Casper le 28.11.2016 10:47 Report dénoncer ce commentaire

    Aïe aïe les romands ...

    Une fois encore, nous sommes sauvés par nos chers suisses-alémaniques. Merci à eux.

  • UnRetraité le 28.11.2016 07:55 Report dénoncer ce commentaire

    Juste retour de manivelle

    Les roses-verts ont la même déception que les retraités lors de la votations pour des retraites équitables, sauf que nous retraités on perd entre 600 et 1000 fr par mois à cause du manque de soutien des roses-verts romands et des cantons romands, la carte des votes c'est la même inversée que celle de l'autre votation

  • Alastor le 28.11.2016 07:54 Report dénoncer ce commentaire

    Respecter le vote

    Le peuple à voté et c'est ainsi si vous souhaitez revenir à l'ère du charbon c'est votre problème. La majorité des Suisses a voté alors arrêtez d'être frustré car vous auriez été les premiers à pleurnicher car l'électricité augmente. Et pour recharger votre smartphone pour aller sur les réseaux sociaux vous êtes bien content d'avoir le nucléaire ... Et puis un gouvernement de gauche n'a jamais été saint on le voit bien dans certain pays voisin ...

  • jeme suicide le 27.11.2016 22:27 Report dénoncer ce commentaire

    Mensonges des conseillers

    Quel désastre et quelle honte,nous allons donc tous finir iradiés ces prochains temps...Amen...

  • DATA le 27.11.2016 22:27 Report dénoncer ce commentaire

    Ce que je vois...

    Ce que je vois dans 20 minutes, c'est que 30 ans après on pose un couvercle d'acier sur Tchernobyl, couvercle qui sera rouillé dans 20 ans et qu'il faudra de nouveau remplacer ! Quand je regarde autour de moi ici et maintenant, je vois du laxisme et de l'incompétence et je me dits que l'accident que je pensais impossible en Suisse il y a trente ans me semble tout à fait probable aujourd'hui.... Il me semble donc raisonnable d'arrêter une technologie qui est désormais au delà de notre maitrise.