Etude

06 mai 2012 14:36; Act: 06.05.2012 15:39 Print

Les apprentis migrants savent briller à l'école

Les jeunes issus de familles immigrées qui excellent en apprentissage sont en moyenne plus nombreux que les «bons Suisses». Ils pourraient couvrir la demande de travailleurs hautement qualifiés.

Une faute?

Les meilleures apprentis sont proportionnellement plus nombreux à avoir des origines étrangères. C'est la conclusion d'une étude représentative menée par l'Université de Fribourg. Parmi les 757 meilleurs apprentis diplômés en Suisse alémanique, les 40% d'entre eux étaient issus de familles d'immigrés. Ces apprentis d'origine étrangère qui excellent proviennent principalement de l'Italie, de l'Allemagne et des Balkans.

L'étude tord le coup au cliché qui veut que les familles des migrants ne s'intéressent pas à l'éducation de leurs enfants. Au contraire, ces familles ont des hautes attentes et attachent une plus grande importance aux notes que les familles autochtones.

Forte demande

«Comme remède contre la pénurie de travailleurs qualifiés, on peut mentionner presque exclusivement le personnel qualifié issu du flux migratoire», explique Margrit Stamm, la directrice de l'étude au SonntagsZeitung. De quoi réjouir Jürg Zellweger, membre de direction de l'Union patronale suisse. «Pour lutter contre la pénurie de travailleurs qualifiés, un soutien ciblé aux migrants peut être un instrument important». Des études chiffrent à 34'000 le nombre de jeunes migrants issus de milieux défavorisés qui, chaque année, pourraient être soutenus pour suivre une formation. «Dans la population migrante, il y a un noyau dur de réfractaires», relativise cependant Rudolf Strahm, économiste et expert en formation.

L'Office fédéral de la formation professionnelle veut lui encore plus d'apprentis hautement qualifiés. «Le talent est la priorité de notre nouvelle campagne», explique sa directrice adjointe Belinda Walther Weger. Mais le temps presse car il y a un urgent besoin d'apprentis pour pourvoir des postes.

(laf)