Asile

24 décembre 2011 10:22; Act: 24.12.2011 14:22 Print

Les cantons en manque de places d'accueil

Les capacités d'accueil de requérants d'asile sont épuisées dans bon nombre de cantons.

Une faute?

Durant les derniers mois, quelque 2000 places ont été mises à disposition. Si en général, il n'y a pas une grosse opposition à l'ouverture d'un centre, l'UDC en Valais met les pieds au mur.

Il n'y a pas que la Confédération qui manque de places d'accueil. Plusieurs cantons affichent complet. Mais pour l'heure, aucun demandeur d'asile ne s'est retrouvé à la rue, selon une enquête de l'ats dans les cantons.

Les places d'accueil sont prévues dans des appartements, des centres d'hébergement collectif, de vieux locatifs ou dans les cas de nécessité absolue dans des abris de protection civile (PC). Pour des urgences temporaires, il y a l'hôtel, comme dans le canton de Vaud.

La plupart des requérants d'asile sont en principe logés dans des appartements. Dans le canton de Neuchâtel, qui en accueille 1200 à 1300, seulement 240 sont dirigés dans des centres collectifs d'accueil. Dans le canton de Fribourg, 900 sur un total de 1200 sont placés en appartement.

Solutions de secours

Si dans plusieurs petits cantons alémaniques, on est encore loin de la saturation, ce n'est pas le cas en Suisse romande. Les cantons de Vaud, Neuchâtel et Genève ont déjà recours aux abris PC.

L'ouverture d'un nouvel abri de 50 places est prévue en janvier à Pully (VD). «Il faudra encore en ouvrir d'autres en 2012 si ça continue comme ça», a indiqué Emmanuelle Marendaz Colle, porte- parole de l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM).

Pour Neuchâtel, le canton compte sur une nouvelle structure à Boudry pour désengorger les centres d'accueil actuels. A Genève, on recense de 100 à 130 nouvelles arrivées par mois. Si elles se poursuivent au même rythme, le dispositif sera saturé en février.

Seul le Jura affiche une situation sereine car il existe suffisamment de logements vacants dans le canton. L'association jurassienne d'accueil des migrants (AJAM) cherche des logements au fur et à mesure des arrivées.

Bateau-hôtel refusé

Dans le canton de Berne, 484 places ont été trouvées depuis juillet, selon l'office cantonal pour les migrations. En dépit de ces lits supplémentaires, la situation devient tendue. Les autorités sont en contact avec des communes pour trouver des solutions pour le premier trimestre 2012.

A Bâle-Ville, les places sont également toutes occupées, selon Renata Gäumann, responsable des questions d'asile. Dans ce contexte, elle regrette que le Grand Conseil ait récemment refusé d'installer des demandeurs d'asile sur un bateau-hôtel, une solution proposée par l'UDC.

Ce canton aurait besoin de 80 à 100 places supplémentaires. Zurich a rouvert d'anciennes structures d'accueil pour créer 200 places.

Opposition en Valais

Si les centres cantonaux rencontrent quelques protestations locales, cela n'a rien à voir avec les mouvements d'opposition virulents qui se sont manifestés pour certains centres d'accueil relevant de la Confédération, comme à Bettwil (AG).

En Valais, les partis se sont mobilisés. En novembre dernier, le Grand Conseil a accepté une motion du PLR proposant une révision totale de la loi cantonale en matière d'asile et des étrangers.

Au niveau local, l'UDC n'a pas manqué de se mettre en avant dans plusieurs communes comme Vouvry, les Collons ou Vernamiège dans la commune de Mont-Noble. Ce parti a aussi lancé l'initiative cantonale «Halte au diktat du canton: pour un droit des communes d'être consultées et associées en matière d'asile».

Depuis le début de l'année en Suisse, 20'016 nouvelles demandes d'asile ont été déposées. En 2010, il y en a eu 15'567.

(ats)