Eglise catholique

13 février 2011 10:58; Act: 13.02.2011 11:05 Print

Les cas d’abus font fuir les fidèles

L’Eglise catholique connaît un véritable exode: l’an dernier, 25 000 personnes ont tourné le dos à l’institution en raison du scandale des cas d’abus sexuels.

storybild

L'Eglise catholique est victime de la mauvaise image qu'elle a donnée d'elle-même dans le scandale des abus sexuels commis par des prêtres du monde entier. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les abus sexuels sont la cause principale

En 2010, 25 000 à 30 000 fidèles ont quitté l’Eglise catholique, selon Daniel Kosch, secrétaire général de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse, et le nombre de retraits est une nouvelle fois en augmentation. «Dans les années précédentes, on dénombrait environ 15 000 à 20 000 par an», déclare-t-il dans la « NZZ am Sonntag ». Les cas d’abus dans l’Eglise sont la raison principale de cet exode. «Il apparaît clairement que chez de nombreux catholiques le scandale des abus sexuels dans l’Eglise a été la goutte qui a fait déborder le vase», précise Daniel Kosch.

Des raisons plus pragmatiques pourraient également avoir joué un certain rôle. Selon Roger Husistein, de l’institut d’études sociologiques et pastorales à St. Gall, la crise financière qui a agité la planète entre 2008 et 2010 pourrait avoir incité certains fidèles à faire des épargnes en ne payant plus la taxe ecclésiastique. Husistein admet cependant qu’il n’existe pas, à ce jour, d’études approfondies sur le phénomène du retrait de l’Eglise catholique. Les responsables catholiques auraient cependant constaté, par exemple, un nombre croissant de visites sur les sites Internet donnant des explications sur la manière de se retirer de l’Eglise, constate Aschi Rutz, porte-parole de l’Eglise catholique zurichoise.

Chiffres détaillés ce printemps

Les chiffres définitifs seront connus ce printemps, bien que la Suisse ne possède pas de statistique exhaustive sur ce phénomène de société. Les derniers chiffres officiels remontent au recensement fédéral de 2000. A l’époque, 42% de la population suisse étaient de foi catholique. Ils ne seraient plus que 38%, selon Roger Husistein.

(rga)