Garderie en Suisse

29 mars 2011 13:49; Act: 29.03.2011 14:06 Print

Les crèches de plus en plus chères

Une forte réglementation, notamment en matière de personnel, a tendance à faire augmenter le coût des crèches.

Une faute?

Selon une étude publiée mardi par le Secrétariat d'Etat à l'économie et portant uniquement sur des structures privées non subventionnées, les crèches sont généralement plus réglementées que les accueils parascolaires et les parents de jour. Argovie, les deux Appenzells, Uri et Bâle-Campagne n'ont que peu ou prou de dispositions légales allant au-delà des directives fédérales.

A Genève, les crèches sont réglementées de manière nettement plus importante que les accueils parascolaires et les parents de jour. A l'inverse, le Valais soumet ces deux dernières catégories à une densité réglementaire supérieure à la moyenne. Quant aux cantons du Jura et de Vaud, ils réglementent fortement tous les domaines.

Frais de personnel

Les frais de personnel priment dans les coûts d'exploitation des crèches (part de 75 à 80%). Les frais de locaux varient quant à eux de 7% (BE,VD) à 12,6% (ZH). Un bilan semblable devrait pouvoir être tiré pour l'accueil parascolaire alors que la structure des coûts des parents de jour reste très difficile à analyser.

Les réglementations liées aux frais de personnel (taux d'encadrement, rémunération, qualification, horaires d'ouverture) ont donc les incidences les plus fortes sur les coûts d'exploitation des crèches. Les directives concernant l'obtention de l'autorisation, la surveillance, le concept pédagogique ou les questions d'hygiène et de sécurité ont des répercussions moindres.

Là aussi, un parallèle peut être fait avec l'accueil parascolaire alors que les estimations sont nettement plus basses pour les parents de jour.

Tableau partiel

Les auteurs de l'étude, qui ne se penche par sur les effets en matière de qualité de la prise en charge, soulignent toutefois que les réglementations étant généralement formulées de manière très ouverte, l'incidence sur les coûts en est rendue d'autant plus difficile. L'excécution des directives est décisive.

Et le tableau brossé serait aussi probablement différent si l'analyse prenait en compte les structures publiques ou privées subventionnées.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • jaiéduquémesgosses le 29.03.2011 19:16 Report dénoncer ce commentaire

    Réduisons le nombre de crèches

    On a critiqué les méthodes éducatives de la petite enfance dans l'ex-URSS. Les crèches c'est exactement la même chose. Avec le recul des enquêtes sérieuses montrent que c'est le creuset de formation des bandes de futurs délinquants la socialicrapulisation. L'éducation est l'affaire des parents même s'il faut se serrer la ceinture mais éduquer un gosse c'est tellement gratifiant. Ciblons une aide pour les familles monoparentales point barre. Pour les autres, des vacances au bout du monde ne sont pas nécessaire.

  • Manon le 29.03.2011 16:08 Report dénoncer ce commentaire

    ben voyons

    et elles le seront de plus en plus. Merci qui ? merci Shengen...

  • David YERLY le 29.03.2011 14:35 Report dénoncer ce commentaire

    On se moque des familles

    Quand on apprend dans le journal que des réseaux comme Arasma (le réseau de mamans de jour de la région morgienne) ont besoin d'un "directeur des resources humaines" il ne faut pas chercher plus loin!!!! Faire des enfants devient un véritable casse-tête financier et rien n'est fait dans ce pays pour favoriser les familles. Trop de papiers, trop de règlements. Le système ne peut qu'engendrer une recrudescence du travail au noir étant donné le ras-le-bol des parents. On se moque des familles et pourtant nos enfants sont notre futur.

Les derniers commentaires

  • Ricou 1 le 29.03.2011 19:59 Report dénoncer ce commentaire

    rien sur le personnel dans votre article

    frais de personnel et rien sur ce que gagne une educatrice et surtout le travail qu'elle fait pour le bien de vos enfants qui parfois passe plus de 6 heutres en garderie un article pour rien comme d'ab vide

  • jaiéduquémesgosses le 29.03.2011 19:16 Report dénoncer ce commentaire

    Réduisons le nombre de crèches

    On a critiqué les méthodes éducatives de la petite enfance dans l'ex-URSS. Les crèches c'est exactement la même chose. Avec le recul des enquêtes sérieuses montrent que c'est le creuset de formation des bandes de futurs délinquants la socialicrapulisation. L'éducation est l'affaire des parents même s'il faut se serrer la ceinture mais éduquer un gosse c'est tellement gratifiant. Ciblons une aide pour les familles monoparentales point barre. Pour les autres, des vacances au bout du monde ne sont pas nécessaire.

  • Pépé le 29.03.2011 17:36 Report dénoncer ce commentaire

    Les parents doivent casquer.

    Je suis bien d'accord d'aider les familles monoparentales, mais ceux qui sont marié et qui veulent travailler les 2 doivent aussi assumer financièrement leur enfants.on peut aussi confier les enfants à mémé et pépé plutot que de les mettre de coté.

    • Annette le 30.03.2011 07:39 Report dénoncer ce commentaire

      Et si plus de mémé et pépé car au ciel?

      Quand on a des salaires de working poor, les 2 sont bien obligés de travailler. Si la maman lâche son job pour s'occuper de bb, elle aura de la peine à retrouver du travail après quelques années passées à la maison. Cela nous est arrivé, je suis comptable et j'ai passé la 40e, j'ai dû quitter mon job pour m'occuper de mon fils. On a bcp souffert financièrement et pas osé en faire un 2e à cause de ça. Maintenant il a 10 ans. J'ai suivi avec succès des études intensives pour m'adapter, mais depuis 2 ans impossible de trouver un emploi à temps partiel, donc on peine encore. Alors c'est juste ?

  • Manon le 29.03.2011 16:08 Report dénoncer ce commentaire

    ben voyons

    et elles le seront de plus en plus. Merci qui ? merci Shengen...

  • David YERLY le 29.03.2011 14:35 Report dénoncer ce commentaire

    On se moque des familles

    Quand on apprend dans le journal que des réseaux comme Arasma (le réseau de mamans de jour de la région morgienne) ont besoin d'un "directeur des resources humaines" il ne faut pas chercher plus loin!!!! Faire des enfants devient un véritable casse-tête financier et rien n'est fait dans ce pays pour favoriser les familles. Trop de papiers, trop de règlements. Le système ne peut qu'engendrer une recrudescence du travail au noir étant donné le ras-le-bol des parents. On se moque des familles et pourtant nos enfants sont notre futur.

    • Ted Demore le 29.03.2011 20:19 Report dénoncer ce commentaire

      Exact

      Nos politiques s'en foutent! Dans tout les cas on atteindra bientôt 1'000'000 d'habitants dans le canton de Vaud que les gens fassent des enfants ou non. Et ils savent bien que ça coute bien moins cher d'importer de la population que de la produire en Suisse. Ou comment les humains deviennent une marchandise

    • Info le 30.03.2011 08:22 Report dénoncer ce commentaire

      a David

      Travail au noir dans le domaine la il existe , et il coûte 60% moins cher qu'une crèche, la faute a qui au gf toujours de nouvelles lois concernant les crèches , bientôt pour ouvrir une creche va falloir être médecin.