Suisse

13 juillet 2018 11:00; Act: 13.07.2018 12:48 Print

Les crèches ne manquent pas, elles sont trop chères

De nombreuses familles renoncent à confier leurs enfants à des crèches non pas en raison du manque de places mais de leur prix.

storybild

Les familles assurent les deux tiers des frais de garde dans la plupart des cantons. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La question des crèches en Suisse occupera le Conseil des Etats après les vacances d'été. Le Conseil national a déjà décidé de prolonger l'actuel programme d'impulsion de quatre ans mais les résistances sont plus fortes dans la chambre haute du Parlement.

Selon de nombreux parlementaires, l'offre est encore insuffisante. Mais selon un rapport cité par l'Office fédéral de la statistique (OFS) et publié fin 2017, le nombre de places est jugé satisfaisant, souligne le Tages-Anzeiger.

Des places en nombre suffisant

«L'ère du financement de départ est révolue. La construction des crèches est plus ou moins achevée dans la plupart des régions», conclut un des co-auteurs, Oliver Bieri. Le rapport a été rédigé par des collaborateurs de l'Université de Saint-Gall et de la société Interface, spécialisée dans les études politiques.

Il existe en Suisse 60'000 places de crèche, selon le rapport. Ce qui signifie qu'un enfant sur cinq en préscolaire dispose d'une place pour toute la semaine. Avec des variations selon les cantons puisqu'en Romandie, ce taux est d'un bambin sur trois contre un sur dix dans les cantons ruraux alémaniques. Dans les grandes villes, le ratio est même d'un sur deux.

Deux tiers des frais pour les familles

Le problème vient plutôt des prix pratiqués, selon le rapport. Près de la moitié des familles interrogées renoncent aux crèches en raison de leurs tarifs trop élevés ou du manque de places subventionnées.

Les responsables cantonaux à Berne et à Zurich confirment les grandes lignes du rapport. Ce sont surtout les coûts de prise en charge qui sont le principal problème des familles et non le manque de places.

Dans la plupart des cantons, les pouvoirs publics assurent un tiers des frais, les deux tiers restants revenant aux familles. Difficile toutefois d'inverser ce ratio, comme c'est le cas dans certains cantons romands. «Si l'Etat participait davantage aux frais de garde, les coûts des familles diminueraient et la demande de places en garderie augmenterait en conséquence. L'offre actuelle ne suffirait plus», prévient André Woodtli, directeur du bureau zurichois des mineurs.

Rencontre au sommet en novembre

«Nous sommes trop chers pour de nombreuses familles», reconnaît la conseillère nationale Rosmarie Quadranti (PBD/ZH), présidente de la Fédération suisse pour l'accueil de jour de l'enfant (Kibesuisse). «Non pas à cause de la masse salariale ou des besoins d'infrastructure mais parce que le secteur public et les employeurs versent trop peu.»

Dans le canton de Vaud, les employeurs contribuent au financement des places de garde par le biais d'un fonds. Peu de chances toutefois de voir ce système étendu à toute la Suisse puisque comme le rappelle Simon Wey, spécialiste en économie du marché du travail à l'Union Patronale Suisse (UPS), «le financement est du ressort des pouvoirs publics».

Une grande réunion est prévue en novembre entre l'UPS et des représentants de quasiment tous les partis politiques. A l'exception de l'UDC, qui réserve encore sa participation. Outre le financement des places de garderie, l'UPS veut donner la priorité à l'expansion des écoles de jour. Si le projet ne devrait pas rencontrer de grandes résistances, il en ira tout autrement lorsqu'il faudra déterminer qui mettra la main au porte-monnaie.

(smk)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • 17ayla7 le 13.07.2018 11:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mensonge

    Alors si il y a assez de places, comment cela se fait-il que les listes dattente sois si longue????

  • femme au foyer le 13.07.2018 11:37 Report dénoncer ce commentaire

    prix

    Le calcul est très rapide. Cela nous coûte plus cher de mettre nos enfants à la crèche et que je travaille, plutôt que de rester à la maison m'en occuper...

  • Marisa le 13.07.2018 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    Le compte est vite fait!

    On est un couple avec 3 enfants et un revenu de 5200 pour mon mari et 3000 pour moi a 80% pour un total de 7900.- net y compris allocations. Les frais fixe sont de 2600 loyer, 1000 de maladie, 700 impôts, 500 de factures diverses et 1800 pour la garde de mes enfants, pour un total de 6'600.- Il nous reste 1300.- pour manger a 5 personnes et 2 voitures. Depuis le début de l'année je ne travail plus et déménagement! 1400.- de loyer, 200 de maladie, zéro impôts, 100.- abonnement train pour mon mari et une voiture en moins. Résultat? 2700.- pour vivre au lieu de 1300! et les enfants avec moi..

Les derniers commentaires

  • Lou le 14.07.2018 23:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive le progrès

    Dans le canton de Neuchâtel, pendant 4 ans le message de la commune était clair face au manque de place: choisir entre travailler et faire des enfants!

  • jeanne Dosez le 14.07.2018 23:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    heureux

    nous avons également fait nos calculs et j'ai décidé d'abandonner mon boulot...oui j'assume ma progéniture. j'avoue que nous n'allons plus au resto, je n'achète pas jouet, mais nous sommes très heureux de vivre d'amour et d'eau fraîche.

  • jdj le 14.07.2018 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On connaît la suite !

    Avec une politique familiale aussi désastreuse, les suisses font de moins en moins d'enfants. Notre population vieillit et comme en Allemagne on fera appel à de jeunes requerants pour contre-balancer le vieillissement de la population. Lamentable !

    • Proliferator le 15.07.2018 00:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jdj

      Imaginez notre surnombre si lEtat misait sur laide aux familles. Quelle catastrophe, on serait déjà 10 Mio sur notre mouchoir de poche.

  • Jeveuxrespirer le 14.07.2018 10:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    SOS

    Arrêtez de faire des gosses, on est trop nombreux! Pas de logements, bouchons, pollution etc...n en rajoutez pas une couche.

  • Bill le 14.07.2018 07:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci

    Un grand merci aux grand-parents qui peuvent soccuper de notre fille quelques jours par semaine! Je vous aime!