Ski alpin

19 octobre 2016 12:59; Act: 20.10.2016 10:33 Print

Les dix domaines les plus chers sont en Suisse

Une application allemande pour smartphone recense les tarifs des 50 domaines de sports d'hiver les plus appréciés des Alpes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La bonne nouvelle pour les amateurs de sports d'hiver: les tarifs des abonnements restent stables pour la plupart. La mauvaise nouvelle pour les résidents suisses: ils paient les prix les plus élevés d'Europe.

L'application «Schnee und Mehr - Der Atlas» révèle que les dix destinations les plus chères se trouvent toutes en Suisse. En haute saison, le forfait de ski de six jours y coûte partout plus de 300 euros (326 francs).

En tête de liste figure la région de Zermatt (VS)-Val d'Aoste (I), avec un prix de 463 francs pour un adulte. L'abonnement permet toutefois d'emprunter des pistes à cheval entre la Suisse et l'Italie. Les 2e et 3e rangs sont occupés respectivement par Zermatt-Cervinia (434 francs) et Zermatt (380 francs).

Suivent les destinations Engadine - St-Moritz (GR) et Quatre Vallées-Verbier (VS), qui facturent toutes deux 370 francs. L'abonnement le moins cher parmi les stations suisses examinées est le «Superpass», qui donne accès, pour 333 francs, aux régions Alpes vaudoises, Gstaad et Adelboden-Lenk (BE).

Petite consolation pour les amateurs suisses de glisse: la majorité des stations n'augmentent pas leurs tarifs, contrairement à ce qui est constaté à l'étranger. Grâce à l'évolution des taux de change, la Suisse devient même un peu plus avantageuse pour les hôtes de l'étranger.

L'association faîtière Remontées Mécaniques Suisses (RMS) a indiqué récemment que plus de 70% des stations ne relèveront pas leurs tarifs ou prévoient même de les baisser. De plus, il existe des domaines où une famille de deux adultes et deux enfants pourra continuer à skier pour moins de 120 francs la journée.

La France la plus chère en zone euro

En Europe, pour la saison 2016/17, le forfait de six jours augmente en moyenne de 2% pour atteindre 271,70 euros (295,50 francs), selon l'application. La saison passée, l'augmentation avait été de 5%.

En dehors de la Suisse, c'est en France que les tarifs sont les plus élevés. Les domaines de Chamonix, Les Arcs et Trois Vallées se situent peu en dessous de 300 euros. Suit au 14e rang le domaine italien Dolomiti Superski (314 francs), qui précède celui de «Party-Mekka Ischgl» (308 francs), le plus cher d'Autriche.

Dans la plupart des autres stations autrichiennes, l'abonnement de six jours revient entre 280 et 290 francs. Les domaines allemands d'Oberstdorf-Kleinwalsertal et Zugspitze sont relativement avantageux, avec des tarifs entre 240 et 250 francs.

Mais dans ces stations, le nombre de kilomètres de pistes disponibles est nettement moins élevé que par exemple dans le domaine franco-suisse des Portes du Soleil (285 francs), qui rivalise avec Trois Vallées, en Savoie (F), pour le titre de plus grand domaine de ski du monde.

Pistes sûres, beaux paysages

Auprès de Suisse Tourisme, on n'accorde guère de crédit aux classements qui ne se basent que sur les prix. André Aschwanden, son porte-parole, évoque de vastes études internationales qui montrent «que les destinations suisses de sports d'hiver se distinguent en comparaison européenne dans plusieurs catégories, comme par exemple la sécurité des pistes, les paysages, l'authenticité des sites ou les conditions favorables pour les familles».

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Darth Vader le 19.10.2016 14:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils comprendront jamais...

    Dolomites cette année le pass d une semaine, 250 euros et des poussières... Par contre les arguments de Tourisme Suisse pour justifier leurs prix...faut qu ils arrêtent de chialer, ils sont vraiment niais à ce point où ils font semblant? L accueil des familles est le pire en Suisse et ce depuis des années...

  • John le 19.10.2016 14:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cher... oui mais!

    Le ski c'est cher et ça l'a toujours été. Par contre, une famille de classe moyenne en Suisse arrivera plus facilement à payer un forfait qu'une famille française par exemple. Imaginez vous ce que ça représente de payer 280 euros quand vous en gagnez 1400 par mois! Donc oui... la Suisse est chère... il n'empêche que notre niveau de vie reste incomparable au niveau européen. Mais quand on veut toujours le beurre et l'argent du beurre...

  • Johnny le 19.10.2016 13:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pas étonnant

    Quand on voit les prix exorbitants de Verbier...

Les derniers commentaires

  • Auguste Wiseman le 23.10.2016 10:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les dix meilleures stations aussi

    D'un autre côté, il est normal de payer un peu plus cher, pour les meilleures stations du monde.

  • La Manche le 20.10.2016 15:38 Report dénoncer ce commentaire

    La classe moyenne n'a plus ça place

    La Suisse est entrain de devenir une réserve à millionnaires

  • chips le 20.10.2016 13:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On est chez nous dabord

    Les suisses ont leurs stations et les français de même Chacun va là où ses moyens le permet

  • Reno le 20.10.2016 09:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive l'isolationnisme

    Les pays qui nous entourent c'est juste l'Europe...

  • Mona le 20.10.2016 09:18 Report dénoncer ce commentaire

    Titre trompeur

    Il est dans la logique que le niveau de vie du pays le plus élevé de l'arc alpin, que les prix en stations soient les plus cher. Débat sans fondement, ridicule même. Il faut comparer par rapport au niveau de vie. Ex: Si en Suisse 1 semaine coûte 500.- et en France 250.-. Salaire moyen Suisse 6000.-, France 2000.-, le prix à la semaine est moins cher en Suisse au pro rata du salaire moyen.