Suisse

02 juillet 2018 13:44; Act: 02.07.2018 17:40 Print

Les entreprises favorables à un accord-cadre

Les milieux économiques recherchent principalement un accès non discriminatoire au marché intérieur de l'Union Européenne.

storybild

Monika Rühl, présidente de la direction d'economiesuisse, ne veut pas entendre parler d'une résiliation de l'accord sur la libre circulation des personnes.

Une faute?

Trois entreprises sur quatre disent «oui» à un accord-cadre avec l'Union européenne (UE), révèle une étude de gfs.bern. Cette enquête a été menée auprès d?un millier d?entreprises environ, sur mandat d?economiesuisse et de l?Alliance Economie-Politique (EP).

«Pour les entreprises, l?intérêt des accords bilatéraux réside principalement dans l?accès non discriminatoire au marché intérieur de l'UE», a déclaré lundi Monika Rühl, présidente de la direction d'economiesuisse, selon la version écrite de son discours. Les milieux économiques suisses saluent également la position du Conseil fédéral dans les négociations. Et plus l'entreprise est grande, plus son soutien est fort.

Aux yeux de la majorité des milieux économiques, tant la résiliation de l'accord sur la libre circulation des personnes que la disparition des accords bilatéraux I avec l'UE ainsi qu'un gel de la situation en l'état actuel ne sont pas des options.

L'image des accords bilatéraux est encore plus positive au sein des milieux économiques suisses que parmi la population. Et près de 80% des entreprises environ espèrent un développement de ces accords.

Le marché intérieur de l'UE reste le principal débouché pour les produits suisses. Il compte plus de 500 millions de consommateurs potentiels. Pour accéder à ce marché si possible sans entraves, la Suisse a négocié quelque 120 accords avec l'UE.

Protéger l'espace économique suisse

La sécurité juridique dans les relations avec l'UE est cruciale pour les entreprises suisses. Selon elles, renoncer à développer les accords bilatéraux avec l'UE menacerait la Suisse en tant qu'espace économique.

Rien d'étonnant pour Simon Michel, CEO d'Ypsomed et représentant d'Alliance EP: «Une grande partie des entreprises suisses ont besoin des exportations et de bonnes relations commerciales avec l'UE. Les nombreux accords bilatéraux constituent la base des échanges. Parce que nous n?avons pas d'accord-cadre, nous ne pouvons pas les développer ni les compléter depuis des années. C'est dangereux.»

Majorités moins claires

Sur d'autres thèmes majeurs, les majorités sont moins claires. Ainsi 53% des sondés rejettent l'initiative de l'UDC sur l'autodétermination (juges étrangers) et ils sont 52% à se prononcer en faveur du «milliard de cohésion» suisse à l'UE.

Enfin, concernant le référendum touchant au durcissement de la loi sur les armes dans l?espace Schengen, il serait disproportionné de mettre en jeu l'accord de Schengen en raison d'un durcissement tout compte fait minime, souligne Monika Rühl.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Luc le 02.07.2018 14:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Très simple

    c'est pourtant les entreprises qui mettent en danger ces accords, la libre circulation et les bilatérales , Si les entreprises tiennent à ce point à ces accords avec l'UE, il suffit qu'elles absorbent les chômeurs, hors elles jouent avec le feu avec leurs calculs à court terme, la population en a aussi assez de leurs excuses à deux balles pour embaucher à meilleur prix, le peuple risque de sanctionner à son tour.....

  • DATA le 02.07.2018 14:09 Report dénoncer ce commentaire

    Prêt à tout !

    Ils sont prêts à détruire notre société pour leur intérêts économiques ! Ils le disent, on le sait et c'est au citoyens par leurs votes à préserver les intérêts du pays !

  • Guillaume le 02.07.2018 14:56 Report dénoncer ce commentaire

    Donnez-nous des garanties

    La première chose que l'on va nous demander c'est de prendre des travailleurs de l'UE au détriment des locaux. Nous les ouvriers nous sommes en grand danger nous voulons aussi des garanties pour nos emploies des seulement des mots.

Les derniers commentaires

  • Trump le 03.07.2018 14:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les entreprises

    "soit disant" favorable à cela se tire une balle dans le pied ! si on engage de plus en plus de gens a bas salaire ben les gens ont de moins en moins d argent pour acheté leur produit ! c'est le serpent qui se mord la queu

    • None le 03.07.2018 19:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Trump

      On parle dexport vers lUE au cas où.... Allô??

  • Nestor le 03.07.2018 07:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    MR

    Cest du nimporte quoi ces commentaires de gens qui ne connaissent rien à léconomie. Il faut voir le nombre de chômeurs supplémentaires sans ces accords!

  • mik le 03.07.2018 05:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    genevois

    on veut pas que les frontaliers puissent venir travailler en suisse si ils viennent qu'ils recoivent le salaire de chez eux et le reste pour augmenter le salaire de nos retraiter.

    • maki le 03.07.2018 08:42 Report dénoncer ce commentaire

      @mik

      On veut pas que les Suisses puissent venir habiter en France. Qu'ils bétonnent et fassent monter les prix de leur pays. Facile non?

  • Byebye UE le 02.07.2018 23:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stop

    Heureusement que les entreprises ne votent pas. On va voir si la population est daccord avec elles? Ah non!

  • Jean le 02.07.2018 22:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    sûrement pas nous

    Bien sûr que les sociétés le veulent. Salaire européen pour nous, prix de vente suisse, baisse d'impôt à la charge des citoyens suisses. Les citoyens suisses ne s'intéressent pas à ce que des profiteurs veulent. Désolé