Evolution

18 février 2011 10:03; Act: 18.02.2011 16:19 Print

Les menottes de l'armée sont trop petites

Le diamètre des poignets des personnes ayant augmenté depuis 20 ans, l'armée doit acheter de nouvelles menottes.

storybild

Les menottes d'il y a 20 ans ne passent plus aux poignets des hommes d'aujourd'hui. (Photo: Keystone)

Une faute?

L'armée suisse jette les menottes qui équipent les membres de la police militaire. Motif: le diamètre des poignets de la population a augmenté depuis vingt ans. Dans la foulée, le nombre de ces objets de contention passeront de 1500 à 6800, confirme Daniel Reist, porte-parole du Département militaire fédéral dans le «Berner Zeitung».

Des menottes pour tous

Ces menottes sont utilisées par la police militaire. Toutes les autres troupes utilisent des liens en plastique tant pour l'instruction que lors d'engagements réels, comme lors du WEF à Davos, par exemple. Ces liens sont à usage unique et doivent être coupés pour libérer la personne entravée. A l'avenir, ce mode de faire va être abandonné au profit de l'utilisation systématique de menottes ce qui explique l'achat de 6800 pièces.

Daniel Reist justifie l'achat de ces menottes ainsi: «L'utilisation généralisée des attaches en plastique provoque des coûts récurrents». Par ailleurs, ces attaches ont des inconvénients. Elles peuvent couper la circulation sanguine et provoquer des blessures lorsqu'elles sont coupées pour être enlevées. De plus, elles sont moins sûres que les menottes.

La taille des menottes ne semble en revanche pas poser de problème aux polices cantonales. La Conférence des commandants de police n'en a elle-même jamais parlé, a déclaré son secrétaire Vladimir Novotny. Les achats de menottes sont de la compétence de chaque corps de police.

Les polices cantonales contactées, de Zurich, Berne et Neuchâtel n'ont elles non plus jamais été confrontées au problème de menottes trop étroites. Celle de Neuchâtel a récemment acheté un nouveau modèle; il n'a pas été question de la taille, a précisé à l'ATS David Maccabez, du service de presse de la police cantonale neuchâteloise.

(jbm/tas)