Médecine

21 février 2011 13:03; Act: 21.02.2011 13:14 Print

Les patients sont ouverts aux placebos

La majorité des patients ne voient rien de mal à utiliser des placebos, des pilules que les médecins n'hésitent pas à prescrire.

Une faute?

Les patients ne sont pas opposés aux placebos. Ils veulent toutefois que leur médecin les informe s'il leur prescrit un médicament qui n'a pas d'effet spécifique. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Zurich.

Sur les 414 patients interrogés, 87% sont d'avis que de croire à l'efficacité d'une thérapie peut diminuer les douleurs physiques, a indiqué lundi l'Université de Zurich. Les 95% des 232 médecins ayant participé à l'étude menée par Margrit Fässler partagent cet avis.

Il ressort aussi de l'étude que 72% des patients veulent absolument être informés si le médecin leur donne un placebo, c'est-à-dire une substance neutre dépourvue d'activité pharmacologique. Seulement 33% des médecins pensent en revanche que les patients ont cette exigence.

57% de médicaments inappropriés

Dans une étude publiée en 2009, Margrit Fässler et son équipe avaient déjà montré que la grande majorité des médecins prescrivent occasionnellement des placebos à leurs patients. Seulement 28% des 233 médecins interrogés disaient ne jamais y avoir recours.

Sur ces 233 médecins, 17% affirmaient utiliser de purs placebos, par exemple des pilules sucrées. 57% prescrivent des placebos dits «impurs», c'est-à-dire des substances possédant effectivement des propriétés pharmacodynamiques, mais sans lien avec la pathologie.

(ats)