Cellule mafieuse à Frauenfeld (TG)

02 décembre 2019 14:45; Act: 02.12.2019 22:27 Print

La justice italienne fait libérer deux chefs mafieux

La Cour suprême italienne a annulé le verdict contre deux boss de la cellule mafieuse démantelée en Thurgovie en 2014. Ils avaient été condamnés à 12 et 14 ans de prison.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Ils avaient pourtant écopé de lourdes peines. Deux chefs d’une cellule de la ’Ndrangheta arrêtés en Suisse, à Frauenfeld, en 2014 avaient été condamnés par la justice italienne à 12 et 14 ans de prison lors d’un second jugement. Mais la Cour de cassation de Rome en a décidé autrement, révèle le «SonntagsBlick». Les juges ont en effet ordonné la libération immédiate des deux hommes.

Selon leurs avocats, les preuves censées attester de l’appartenance des mafieux présumés à la cellule de Frauenfeld étaient insuffisantes. Pour eux, leurs méthodes s’apparentaient davantage à celles d’une «mafia silencieuse», une organisation qui ne pratique pas l’intimidation ou le chantage. L’affaire devra être rejugée.

Cette nouvelle décision de la justice italienne pourrait également avoir des répercussions sur les procédures en cours contre d’autres membres de la mafia calabraise visée par l’important coup de filet mené à Frauenfeld en 2014. À l’époque la police avait diffusé en guise de preuve les images d’une réunion dans un restaurant, où les suspects discutaient de trafic de drogue, d’armes, d’extorsion et proclamaient leur allégeance à la ’Ndrangheta.

Après leur arrestation, leur détention et leur extradition vers l’Italie, validées par le Tribunal fédéral, neuf personnes avaient été condamnées à des peines de prison allant de 10 à 13 ans. Ces jugements pourraient donc être remis en cause. Selon la journaliste indépendante Madeleine Rossi, citée par «Le Temps» cet été, la Suisse est très prisée de la ’Ndrangheta, notamment par ses membres qui veulent se faire oublier.

(20 minutes)