Suisse

19 juillet 2018 09:26; Act: 19.07.2018 12:25 Print

Les paysans doivent jeter des tonnes de légumes

La météo favorise la surabondance des légumes. Hic: ce surplus fait baisser les prix du marché. Au point que les récoltes ne sont plus rentables pour certains paysans.

storybild

Ces carottes suisses vont-elles finir à la poubelle? (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La Suisse croule sous les légumes en raison des conditions météo idéales. Et les stocks de carottes, céleris ou choux ont de la peine à s'écouler, d'autant que les réserves de l'an dernier ne sont pas encore épuisées. Conséquence: la pression sur les prix se fait sentir: le prix du céleri est 25% plus bas que la moyenne de ces 4 dernières années, relève 20 Minuten ce jeudi.

Il jette dix tonnes de courgettes

Cette surabondance commence à poser de gros problèmes aux agriculteurs. Au point que selon le journal Schweizer Bauer, il ne vaut plus la peine pour nombre d'entre eux de vendre leurs légumes à des prix si bas. Du coup, leurs produits sont jetés ou finissent dans une usine de biogaz. Un maraîcher lucernois a ainsi expliqué à 20 Minuten avoir dû jeter récemment 10 tonnes de courgettes. «Les quantités récoltées étaient nettement plus élevées que ce qu'il était possible de vendre», explique-t-il. «Cela fait mal, mais en tant que chef d'exploitation, je dois faire avec. »

Un autre producteur de légumes, de Bâle, a dû lui jeter 1,6 tonne de choux frisés car ils ne trouvaient pas preneur. «Cela fait mal, mais c'est peu si on compare cette quantité aux 55 tonnes que l'on consomme par semaine en Suisse», explique-t-il. Pas question pour le moment de réduire la production. «Avec le système actuel, presque tous les maraîchers doivent détruire les légumes ou les mettre à l'usine de biogaz en raison d'une surproduction».

Exploitations toujours plus grosses

Comment en arrive-t-on à ce phénomène? En grande partie à cause des grands producteurs qui augmentent toujours plus leurs surfaces de culture afin de réduire leurs coûts grâce aux nouvelles technologies. Hic: les fermes ne peuvent alors pas arrêter de croître en raison des investissements consentis. Il y a donc trop de production et les prix chutent.

Selon un expert, le marché suisse des légumes, qui dépend des conditions météorologiques, est en outre très volatil. Il n'y a souvent que des contrats d'achat, pas de prix fixes. Le producteur ne fait ainsi que conclure un accord avec un intermédiaire sur une certaine quantité de légumes à livrer. Mais leur prix dépend du jour. Si le rendement est plus élevé que prévu, les tarifs baissent et le producteur n'a pas d'acheteur pour le surplus. Et dans des cas exceptionnels, la récolte n'est plus rentable si le prix est trop bas.

Le maraîcher lucernois qui a dû se débarrasser de ses courgettes est fataliste: «il y a aussi des années où les prix sont bons. En tant qu'exploitation, il faut faire un calcul mixte. Il est trop facile de blâmer les commerçants.»

(cht/nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • VSX 1290 le 19.07.2018 11:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Donner?

    Il ny a pas moyen de donner ce surplus de légumes à des associations caritatives?

  • Catamaran le 19.07.2018 11:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cest une honte

    Cest une honte ! Et dire quen Suisse il y a des milliers de personnes qui se nourrissent mal pour des raisons financières....

  • dan le 19.07.2018 11:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    . .

    et les cartons du coeur? des gens on faim aussi chez nous

Les derniers commentaires

  • Bmbm le 06.08.2018 07:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu il soit possible de venir se servir pour les cu

    Faites des sauces pour l hiver comme en Italie, des jus..

  • motanel le 02.08.2018 17:23 Report dénoncer ce commentaire

    aberation

    jeter la nourriture quel horeur

  • zigouille le 21.07.2018 09:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vendez votre marchandise

    Bien des agriculteurs touchent des subsides de la Confédération, Alors, si c'est pour jeter la nourriture merci Berne ! Pourquoi les agriculteurs ne viennent pas vendrent leurs produits sur les marchés ! cela ferait tout de même ne rentrée financières non négligeable ! Boycottons Migros et Coop et achetons local, mais pour cela il faut aussi que les agriculteurs se déplacent surtout dans les grandes villes pour vendent leurs produits ! Faites aussi un effort Mesdames et Messieurs les agriculteurs !

    • Simone demieville le 22.07.2018 04:25 Report dénoncer ce commentaire

      Les paysans ne sont pas des vendeurs aux marché

      C est sur qu'après 75heures de travail par semaine ils ont évidemment le temps de courir les marchés...

  • MGZR le 20.07.2018 22:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    lisez, réfléchissez, renseignez-vous, achetez de m

    je crois halluciner quand je lis certains commentaires. Le vol organisé du cartel sur les fermes sont quotidiens. Les agriculteurs vendent à pertes et on demande qu' ils donnent leurs produits. Et est ce que aux agriculteurs on leurs donne l engrais, les machines ou autres? non. voilà le résultat quand c est l acheteur qui fait les prix. dans les autres secteurs c est le vendeurs qui décide du prix. on peut pas faire le plein à la voiture avoir 80frs au compteur et poser 40 frs sur le comptoir et au revoir merci. C est pourtant ce qui se passe sur nos ferme. il y a quelques année j ai proposé à une association 10 tonnes de pomme de terre issu du triage. on me répond non nous acceptons uniquement des produits emballé venant du super marché. Alors ces associations j en rigole seulement depuis. Le consommateur est directement responsable de cette situation. sachant que le territoire Suisse ne produits que 60% des calories nécessaires à la population, si le consommateur achetait que des produits suisse, il n y aurait rien à jeter de la production indigène mais étant donné qu' il préfère acheter hors des frontières ou des produits made à 4000km hors saison. et si des gens crèvent de faim c est pas à cause du manque de nourriture mais uniquement parce que la Suisse et les pays industrialisés importent de l hémisphère Sud de manière démesurée afin de saturé le marché intérieure à 120 % pour faire pression sur le prix des producteurs indigène. C est pour cela qu' il faut jeter ensuite. Si la Suisse arrêtait d importer des pays qui sont en déficit de nourriture ça changerait un peu. mais voilà le capitalisme et la mondialisation empêche de faire fonctionner l humanité et la planète de manière intelligente et rationnelle. Ouais c est pas facile quand on ne réfléchis pas plus loin que le début de son nez avec des oeillères sur les yeux.

    • Criss le 22.07.2018 15:51 Report dénoncer ce commentaire

      Les lobby

      Vous avez entièrement raisons c est les grandes surfaces qui fond la loi .

  • W.Garraux le 20.07.2018 20:40 Report dénoncer ce commentaire

    Vaches à lait

    Il faudrait que le peuple Suisse se révolte et depose une interpallation à notre ministre de l'agriculture pour stopper les importations s'il y a assez sur notre territoire et surtout baisser les prix. On nous prend vraiment toujours pour des vaches à lait . Et si l'on jetait les primes maladie ?