Armes à électrochocs

16 février 2011 12:03; Act: 16.02.2011 12:08 Print

Les polices cantonales ont fait trois blessés

En huit ans, les forces de police cantonales ont légèrement blessé trois personnes au moyens d'armes à électrochocs («tasers»).

storybild

Les policiers suisses ont fait usage de leur arme à impulsions électriques à diverses reprises. (Photo: AFP)

Une faute?

Selon le rapport d'évaluation publié mercredi par le Conseil fédéral, les polices cantonales ont immobilisé 52 suspects sans les blesser et trois en les blessant légèrement.

Dans 42 cas, les personnes concernées ont été touchées par une arme à impulsions électriques ressemblant à un pistolet. Dans dix cas, il a suffi de menacer la personne avec une telle arme pour qu'elle se rende. Les fonctionnaires de police ont par ailleurs effectué des centaines de tests sur eux-mêmes durant leur formation.

Neuf personnes ont subi un contrôle médical après avoir reçu des décharges de tasers. Seules trois ont présenté des blessures légères. Selon le Département fédéral de justice et police, le risque majeur est lié à la chute incontrôlée après l'immobilisation. Il est pratiquement exclu que les impulsions électriques provoquent à elles seules un arrêt cardiaque subit.

Eviter les abus

Comme pour la consommation de médicaments, l'usage de tasers peut toutefois comporter des effets secondaires et le policier doit toujours faire la pesée entre l'indication, l'utilité et le risque. Le rapport contient une liste de 17 recommandations pour éviter les abus. Chaque cas devra notamment être annoncé pour être évalué et toutes les personnes électrisées examinées par un médecin ou du personnel paramédical.

La plupart des polices cantonales (18 actuellement) utilisent des tasers depuis 2003. L'usage de tels dispositifs incapacitants n'est réglementé sur le plan fédéral que depuis le 1er janvier 2009, date d'entrée en vigueur de la loi sur l'usage de la contrainte. Jusqu'à ce jour, seule une unité spéciale du Corps des garde-frontières a été équipée de tasers mais ne les a encore jamais utilisés.

(ats)