Suisse

03 février 2019 16:02; Act: 04.02.2019 06:54 Print

Les primes maladie sont la 2e raison d'endettement

L'augmentation annuelle des primes maladie et la diminution des réductions font basculer de plus en plus de Suisses dans la spirale des dettes.

storybild

Les Suisses qui ne parviennent plus à s'en sortir renoncent en premier lieu à payer leurs impôts. Suivent ensuite les primes maladie. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le nombre de personnes qui s'endettent parce qu'elles n'arrivent pas à payer leurs primes d'assurance-maladie augmente chaque année de un à deux pourcents. Ces dettes se classent juste après celles fiscales.

Parmi les ménages endettés, 58% l'étaient à cause des primes maladie en 2015, contre 62% en 2017, selon des chiffres de Dettes Conseils Suisse, que Keystone-ATS s'est procuré.

L'augmentation annuelle des primes associée à la diminution des réductions de primes dans les cantons ont aggravé la situation des personnes avec des bas revenus, a expliqué à l'agence Sébastien Mercier, de Dettes Conseils Suisse. Il confirmait un article de la Sonntagszeitung.

Les plus touchés sont les «working poor», les personnes qui, malgré un emploi, vivent sous le seuil de pauvreté: 72% d'entre elles ont des dettes liées aux primes maladie. «Si les réductions de primes avaient l'effet souhaité, cela ne devrait pas arriver», a ajouté M. Mercier.

Le piège des dettes

Les raisons pour lesquelles les citoyens ne peuvent plus payer ces factures sont multiples: séparation ou divorce, chômage, maladie mais aussi la naissance d'un enfant.

Pour les travailleurs à faible revenu, la moindre détérioration de la situation financière peut les mener dans le piège de l'endettement: «Si une personne tombe malade ou perd son travail, son revenu diminue soudainement de 20%», a avertit M. Mercier. Et lorsque les enfants atteignent la maturité, les primes augmentent; une charge difficile à supporter pour ces ménages.

Ils renoncent en premier lieu à payer leurs impôts. Suivent ensuite les primes maladie. Et lorsqu'une poursuite et une saisie sur salaire sont engagées, ces personnes ne peuvent plus payer les factures courantes, souligne encore le responsable de Dettes Conseils Suisse.

Dans le calcul du minimum existentiel, seules les dépenses reconnues sont prises en compte dans ces cas. Les primes appartiennent théoriquement à cette catégorie, mais seulement tant qu'elles peuvent être payées - comme le loyer ou l'alimentation. Et ceux qui ne remplissent pas leur déclaration d'impôts n'ont pas le droit à une réduction de primes.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nono le 03.02.2019 16:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toujours le même disc

    Et nos politiciens ne font toujours rien ! C'est une honte pour un pays aussi riche que la Suisse. Et le serpent qui se mord la queue avec tous ces gens qui finiront par toucher des subsides payés par nos impôts ! Il faut que des solutions soient trouvées et très vite, on suffoque !

  • Nicky73 le 03.02.2019 17:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo et on fait rien ....

    On attends quoi pour agir ... on attend jusqu'à qu'on puisse plus ? Ha c'est plus important aller manifester pour le climat

  • Dpereira le 03.02.2019 16:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Chaque année plus cher..

    Et ca étonne quelqu'un ca ? Vu le prix qu'on les paient ..

Les derniers commentaires

  • Julien Johnson le 06.02.2019 10:42 Report dénoncer ce commentaire

    Simple constatation

    On dit souvent que la Suisse à 50 ans de retard sur les États-Unis. Mais je comprends mieux pourquoi au Usa l'assurance n'est plus obligatoire .

  • Sébastien F. le 04.02.2019 22:08 Report dénoncer ce commentaire

    Fontage de gueule

    Comme chaque année ,on crie au scandale par rapport au assurance et surprise l année d après on voit nos assurance augmenter ..bravo beau pays .. pour les poursuite le pire c est que l hors d une saisi sur salaire et quand ils font leur calcul ils ne déduisent pas les impôt alors voilà aussi pourquoi on ne peux jamais en sortir.. ABE

  • @rob le 04.02.2019 21:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la folie

    Ce n'est qu'un début. Les primes devraient doubler d'ici à 2040....combien de familles pourront encore les payer? La mienne a pris 31% en 2 ans...donc je n'aurais probablement pas à attendre jusqu'à là pour qu'elle double.

  • Adler le 04.02.2019 18:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Payer essayer de manger et surtout se taire!

    Il y aurait tellement à dire que je ne veux même pas m'y aventurer car ça ferait peur aux futurs jeunes parents . Mais en tout cas les jeunes d'aujourd'hui sont belle et bien dans la M....

  • mensous le 04.02.2019 09:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    gerard

    si tu veux vivre en suisse tu dois avoir 2 voir 3 boulots au rythme ou ça va autrement tu arrive pas à finir le mois et encore moins à mettre de côté des économies donc bosser comme un c..c'est sans intérêt