Immigration de masse

10 juillet 2014 15:41; Act: 10.07.2014 15:57 Print

Les recteurs «profondément déçus»

La Conférence des recteurs des universités suisses (CRUS) se dit déçue du projet du Conseil fédéral lié à la mise en oeuvre du texte de l'UDC sur l'immigration, voté le 9 février.

Sur ce sujet
Une faute?

Le CRUS demande que les scientifiques soient traités de manière prioritaire dans les futurs contingents d'immigration. Quant aux étudiants, leur entrée en Suisse ne devrait pas être limitée, a indiqué jeudi la CRUS à l'issue de sa séance plénière tenue début juillet à Fribourg.

Les recteurs ont évoqué à cette occasion le concept gouvernemental de mise en oeuvre de l'initiative de l'UDC sur l'immigration adoptée le 9 février. «Nous comprenons bien la situation difficile dans laquelle se trouve le Conseil fédéral, mais pour être honnête, nous sommes profondément déçus», déclare le président de la CRUS et recteur de l'Université de Bâle Antonio Loprieno dans la newsletter de la conférence.

Le concept prévoit que tous les étrangers séjournant plus de quatre mois en Suisse seraient soumis à un contingentement. Or «à aucun moment le Conseil fédéral ne dit explicitement qu'il va exclure les étudiants des contingents», déplore M. Loprieno. «C'était pourtant pour nous une évidence, tant il est vrai que les étudiants ne viennent pas ici pour avoir une activité lucrative et ne prennent la place de personne».

La CRUS déplore en outre que le projet ne fasse pas de différence entre le personnel scientifique et les autres secteurs. Or, «pour préserver la prospérité du pays, il faut soutenir les domaines qui créent de la valeur ajoutée soit par l«innovation, soit par l«extrême spécialisation».

Les recteurs saluent en revanche le fait que le Conseil fédéral ne souhaite par limiter le regroupement familial. Pour les chercheurs expatriés, c'est très important. La CRUS va maintenant écrire au gouvernement et espère que ses requêtes seront mieux prises en compte dans le message au Parlement.

(ats)