Journée de la femme

08 mars 2011 11:03; Act: 08.03.2011 11:07 Print

Les syndicats appellent à faire grève le 14 juin

La réduction des inégalités entre hommes et femmes fait du surplace constatent les syndicats.

storybild

La Journée de la femme est l'occasion de manifester pour l'égalité des sexes. (Photo: AFP)

Une faute?

En cette Journée internationale de la femme, les syndicats lancent un appel à la grève le 14 juin 2011, trente ans après l'adoption de l'article constitutionnel sur l'égalité.

La Journée nationale d'action et de grève verra partout en Suisse des travailleurs et travailleuses faire des pauses prolongées ou sortir dans la rue pour manifester, indique mardi l'Union syndicale suisse (USS). Ses revendications principales: l'égalité des salaires entre femmes et hommes, une hausse des salaires minimaux, suffisamment de places dans les crèches et un congé de paternité.

Femmes discriminées

Les syndicats font de la lutte contre la discrimination salariale leur priorité. «Pourquoi, ayant effectué la même formation, assumant la même fonction au même niveau hiérarchique et possédant la même expérience professionnelle, les femmes devraient-elles accepter d'être privées en moyenne de 9,4% de leur salaire?», se demande Corinne Schärer, secrétaire responsable de l'égalité au syndicat Unia.

Les femmes se chargent toujours d'une grande partie des tâches domestiques, payant ainsi le prix fort en termes de revenu, de chances de carrière et de leur place dans la société, argumentent aussi les organisateurs de la Journée d'action. «Afin qu'il soit possible de concilier famille et profession, il faut consacrer beaucoup plus de moyens aux structures d'accueil des enfants», revendique Michela Bovolenta, secrétaire du Syndicat suisse des services publics (ssp).

Congé parental

Celui-ci demande aussi un congé maternité de 18 semaines, un congé paternité de 8 semaines et un congé parental. Enfin, les syndicats saisissent l'occasion de promouvoir l'initiative pour les salaires minimaux. Pour Corinne Schärer, les très bas salaires concernent en effet en majorité des femmes.

(ats)