Suisse

20 juin 2019 10:44; Act: 20.06.2019 11:21 Print

Les tests des futurs avions de combat sont terminés

L'Office fédéral de l'armement (armasuisse) procédera à un second appel d'offres auprès des quatre derniers candidats à la fin 2019.

Voir le diaporama en grand »
La Société suisse des officiers (SSO) essaie de profiter du renouvellement de la flotte aérienne suisse pour soutirer de l'argent aux quatre fabricants d'avions de combat ayant répondu à l'appel d'offre de l'armée suisse, affirme la SonntagsZeitung. (Dimanche 8 septembre 2019) Cet appareil avait été retenu par les Forces aériennes suisses pour remplacer les F-5 Tiger et épauler les F/A-18. Le programme avait toutefois été rejeté dans les urnes par le peuple suisse le 16 mai 2014. Son constructeur, le groupe suédois Saab, a annoncé à la mi-juin qu'il ne participerait finalement pas aux essais en vol prévus à la fin du mois à Payerne. C'est le successeur du F/A-18 qui équipe les Forces aériennes suisses depuis 1996. Malgré son appellation et son apparence, il s'agit d'un appareil entièrement nouveau, embarquant notamment deux nouveaux réacteurs plus puissants. Cet avion a fait la preuve de ses capacités en Libye. Il faisait déjà partie de la première sélection qui avait vu le Gripen suédois retenu. Les experts avaient reconnu son excellence, mais son prix avait été jugé trop élevé. Développé par plusieurs pays réunis dans le consortium Eurofighter, cet appareil équipe déjà plusieurs forces armées européennes, dont les pays voisins que sont l'Autriche, l'Allemagne et l'Italie. C'est également un avion de combat multirôle. Cet avion furtif de dernière génération fait partie des plus modernes actuellement en service. Il est également célèbre outre-Atlantique pour le retard de son programme de développement et l'envolée budgétaire qui en a découlé. Il a été développé et financé par une dizaine de pays de l'OTAN.

Sur ce sujet
Une faute?

Les tests des avions en lice pour remplacer les Tiger et les F/A 18 de l'armée suisse se sont achevés. Il ne reste plus que quatre candidats, Saab ayant retiré son appareil, le Gripen E, de l'évaluation.

Les candidats encore en course sont le Rafale français (Dassault), l'européen Eurofighter (Airbus) ainsi que les deux avions américains, le successeur du F/A-18, le Super Hornet de Boeing et le F-35A de Lockheed-Martin. Ils ont été soumis à des essais en vol et au sol entre avril et mi-juin à Payerne, indique jeudi le Département fédéral de la défense (DDPS).

Dans le cadre des essais en vol, chaque candidat a dû effectuer huit missions, avec un ou deux appareils, précise le DDPS. Le but des tests était de «vérifier les capteurs dans l'environnement suisse, la compatibilité avec l'infrastructure technique de notre pays ainsi que le degré de maturité de l'avion de combat».

Pour la suite de la procédure, les constats tirés de ces essais seront tout d'abord compilés dans des rapports spécialisés. Sur cette base, l'Office fédéral de l'armement (armasuisse) procédera à un second appel d'offres auprès des candidats à la fin 2019. Armasuisse comparera ensuite les avantages de chaque appareil et préparera un rapport d'évaluation.

Ce dernier «ne sera finalisé qu'après un éventuel scrutin référendaire», précise le DDPS. Ce n'est qu'ensuite que le Conseil fédéral se prononcera sur le modèle et le nombre d'avions à acquérir.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jules césar le 20.06.2019 11:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    occasion à ne pas négliger

    Le choix d'un avion de combat est une affaire de spécialistes qui doivent être en mesure d'évaluer les caractéristiques techniques et opérationnelles en rapport de la configuration du pays et de notre armée . Les politiques ont un rôle différent. Ils doivent mettre en balance cet achat milliardaire avec les relations que nous entretenons avec les pays des constructeurs. Par exemple les relations un peu tendues avec l'UE . Un atout non négligeable, comme aussi les infrastructures ferroviaires (Alptransit) que nous avons fait, aux prix faramineux de 37 milliards, et mis à disposition de l'UE.

  • Yvan Démissil le 20.06.2019 11:40 Report dénoncer ce commentaire

    je pige pas mais bon

    surtout pas le F 35 , cout de developpement et d entretien exorbitant , la navy et l US Air Force , la RAF ,l AAF ont revu à la baisse leurs précommandes du fait de l explosion des couts et du retard de production ! Je ne pige toujours pas pourquoi nos forces aériennes ne se tournent pas vers les avionneurs Russes , Mig , Sukhoi , Yakolev , Tupolev ont la meme valeur technologique que les avions occidentaux. Nous sommes neutres , alors pourquoi se tourner toujours vers les pays de l OTAN ?! pressions politiques ? lobbys a Bern ? baissage de froc envers l ouest ?

  • Sammy le 20.06.2019 11:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les pilotes diront

    Rafale, les politiques diront F35 et le peuple choisira le F18 ou... rien.

Les derniers commentaires

  • Justin Trukadir le 21.06.2019 08:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et des avions russes ???

    encore et toujours des avions européens ou yankee pour l'évaluation mais on parle jamais des avions russes Shoukhoi ou Mig qui ont fait leurs preuves en Syrie et qui sont de haute technologie et moins chers. la Suisse se fait malmenée par l UE et le protectionisme americain donc nous devons nous tourner vers la Russie pour diversifier nos affaires

  • Gilles le 21.06.2019 08:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ne pas se tromper d'objectif

    Pour faire leur choix, j'espère que les militaires se rendront compte que la Luftwaffe ne refera pas la bataille d'Angleterre dans le ciel suisse.

  • Louis aristo le 21.06.2019 07:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    otanconnection

    Comment tester de vieux avions vraiment y a qu'en Suisse qu'on voit ça ,la confédération à tellement peur des autres nations qu'elle n'ose pas tester les avions Russe.

    • Pas beau le 21.06.2019 21:14 Report dénoncer ce commentaire

      L'avion

      Meuh non. Ces avions sont très chers, inutiles et c... . Tout à fait comme l'armée. Surtout que Poutine serait probablement très content de nous faire une démo gratos. Et pour longtemps.

  • OuiOui le 20.06.2019 22:37 Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre !

    Mis à part ma voisine portugaise, je n'ai rien entendu passer !

  • Avions de Poutine oui. le 20.06.2019 22:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les ecolos qu' en pensez vous ?

    Notre ministre de la défense nationale les à essayés , elle plane entre un planeur qui ne fait aucun bruit et un aile delta à moteur au c.. pour remonter la pente.